Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1985 Killing Is My Busines...
1986 Peace Sells ... But W...
1988 So Far,so Good ... So...
1990 Rust In Peace
1992 Countdown To Extincti...
1994 Youthanasia
  Train Of Consequences
  A Tout Le Monde
1995 Hidden Treasures
1997 Cryptic Writings
1999 Risk
2000 Capitol Punishment - The...
2001 The World Needs A Her...
  Behind The Music
2002 Rude Awakening
  Rude Awakening
2004 The System Has Failed
2005 Greatest Hits: Back To T...
2006 Arsenal Of Megadeth
2007 United Abominations
  That One Night Live: Liv...
  Warchest
2009 Endgame
2010 Rust In Peace Live
  Rust In Peace Live
2011 Th1rt3en
2013 Super Collider
2016 Dystopia
 

- Style : Slayer, Annihilator
- Style + Membre : Metallica

MEGADETH - So Far, So Good... So What ! (1988)
Par KID66 le 8 Mars 2016          Consultée 1412 fois

La sortie de l’intemporel Peace Sells… But Who’s Buying ? a propulsé MEGADETH au rang d’icône du Thrash, et son leader tyrannique a désormais accès au panthéon metallique, où il siège aux côté de Lars Ulrich, James Hetfield et autres Kerry King. Mais la bataille n’est pas terminée, car Mustaine doit en être le maître absolu. La machine MEGADETH ne s’arrêtera que lorsque sa victoire sur METALLICA sera écrasante, définitive, incontestée (et il y a du pain sur la planche).

L’ambiance est cependant peu propice à la composition. Dave et ses sbires sombrent encore davantage dans leur addiction aux substances illicites et des tensions naissent au cours de leur tournée : incapable d’assurer le show à cause des seringues magiques (qui conduiront hélas à sa mort prématurée…), Gar Samuelson est remplacé par un batteur de secours, le pataud Chuck Behler, qui restera pour l’enregistrement de So Far. Un peu plus tard, Mustaine accuse Poland d’avoir vendu du matériel pour s’acheter de l’héroïne et le force à quitter l’aventure MEGADETH. Quelques séances d’audition plus tard (qui pour l’anecdote ont vu passer le petit génie autodidacte Jeff Loomis), Jeff Young est engagé dans l’équipage comme second gratteux.

A l’instar de South Of Heaven (SLAYER) ou Animal Magnetism (SCORPIONS) pour ne citer que deux exemples, So Far So Good… So What s'est retrouve coincé entre un aîné brillant et un petit frère modèle et il n'a jamais réussi à obtenir le même statut « culte », tant la comparaison était douloureuse. Mais il serait trop facile de réduire à une cause uniquement contextuelle le statut plus polémique de ce disque.

Pas de méprise : en 1988, Mustaine est au sommet de sa créativité, et So Far en bénéficie allègrement. Le problème vient plutôt du manque relatif d’un deuxième guitariste : Jeff Young est un artiste déjà expérimenté et très technique, mais lui et Dave ne se sont jamais entendus. Résultat, le second bride le premier dont la performance s’avère fantomatique.

Mustaine compose donc cet album sans influence extérieure, un élément qui pourtant a toujours eu son importance dans le parcours du groupe. Poland, Friedman et Broderick ne sont pourtant clairement pas étrangers respectivement aux touches jazzy de Peace Sells, au perfectionnisme élégant de Rust In Peace et au retour au Thrash d’Endgame. Il en résulte que So Far a peut-être aussi déçu par son aspect plus « ordinaire ». Le Thrash pratiqué dessus est plus traditionnel (en comparaison avec la concurrence), plus sale voire approximatif aussi (et parcouru d’accents Punk), mais toujours très technique… Et pas si Thrash que ça.

Les vingt première secondes d’ « Into The Lungs Of Hell » en sont une bonne illustration : les accords sont secs, l’ambiance est Punk, le son est clair. Rien à voir avec le reste de la discographie du groupe. Ce qui suit me fait pourtant mentir, car rapidement les choses se corsent avec un solo habité du rouquin et une rythmique lourde et puissante. Instrumental trop rare pour un combo dont les qualités s’y prêtent pourtant largement, « Into The Lungs Of Hell » est totalement jouissif et sa tirade guerrière finale ne laisse derrière elle qu’un champ de ruine. Une bombe tombe du ciel pour en remettre une couche et son ambition est sans ambiguité : « Set The World Afire ». Ce titre ahurissant est une avalanche de riffs de soli tous plus renversants les uns que les autres. On remarque que le chant se taille un rôle plus conséquent que sur Peace Sells où il ne servait que de lien entre les séquences instrumentales.

Et de façon plus générale, So Far est certainement le disque Thrash de MEGADETH où Mustaine tire le meilleur de ses minces capacités vocales. Youthanasia ou The System Has Failed seront impeccables à ce niveau-là, mais ce sera après 153 cours de chant. En 1988, Dave chante toujours très mal, mais pourtant la magie opère. J’ai bien dit magie ! Deux compos font office de démonstrations irréfutables : « Mary Jane » est une espèce de power-ballade dont l’introduction dramatique est très marquante, et l’ensemble du titre accélère progressivement son tempo et développe une ambiance malsaine prenante sur fond de riffs incisifs. Excellent. Le sommet reste cependant « In My Darkest Hour », mid-tempo classieux d’une qualité rare où Mustaine prend des intonations tragiques réellement touchantes. L’un des tout meilleurs morceaux du groupe.

Le reste est inspiré mais moins percutant, on y sent un peu les limites de Dave - seul mâitre à bord - Mustaine. « 502 » est un bon titre, et possède un refrain accrocheur (chose assez rare pour MEGADETH à l’époque) mais il lui manque l’étincelle qui fait la différence ; et « Hooks In Mouth » est une conclusion extrêmement sombre et technique mais finalement très froide… Seul « Liar » est plutôt brouillon et pas terrible. Dédié à Chris Poland plus vraiment en odeur de sainteté, ce morceau laisse Mustaine exprimer toute sa haine au travers de figures de style littéraires très fines telles « Your brother’s a gay singer », « your girlfriend’s got herpes ». Quel poète ce Dave!
La reprise « Anarchy In The UK » est peu utile, mais colle bien à l’esprit de l’album.

Tous les MEGADETH sont plus ou moins inégaux, So Far, So Good… So What ! est simplement celui où l’écrat-type est le plus visible et où des titres un peu banals côtoient des chefs-d’oeuvre inoubliables. Doté d’un feeling et de qualités qui lui sont propres, il convient cependant de ne pas l’oublier lorsqu’on cite les incontournables du groupe.

A lire aussi en HARD ROCK par KID66 :


ANATHEMA
Eternity (1996)
Dernière cuvée metallique des anglais




MEGADETH
Countdown To Extinction (1992)
Une belle réussite artistique.


Marquez et partagez





 
   KID66

 
  N/A



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Dave Ellefson (basse)
- Jeff Young (guitare)
- Chuck Behler (batterie)


1. Into The Lungs Of Hell
2. Set The World Afire
3. Anarchy In The Uk
4. Mary Jane
5. 502
6. In My Darkest Hour
7. Liar
8. Hooks In Mouth



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod