Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ange, Blackmore's Night, Pentangle, Steeleye Span, The Gentle Storm , Barleyjuice
- Membre : Black Sabbath, Alan Simon , Martin Barre
- Style + Membre : Ian Anderson , Fairport Convention

JETHRO TULL - Too Old To Rock'n'roll : Too Young To Die ! (1976)
Par MARCO STIVELL le 16 Septembre 2010          Consultée 3236 fois

Il m'est difficile de commencer la critique de cet album d'une manière à la fois positive et assurée, tout simplement car nous avons affaire là à l'un de ces albums de JETHRO TULL qui seront les plus susceptibles de laisser l'auditeur indifférent, et aussi parce que pour un concept-album, ce n'est pas le plus marquant ou le plus "égal" que l'on puisse écouter. Par la vie de Ray LOMAS (racontée dans la bande dessinée du livret), rockeur vieillissant mais "trop jeune pour mourir", Ian ANDERSON répond de manière virulente à l'incompréhension et à toutes les critiques auxquelles le groupe à eu droit depuis A Passion Play, ces dernières le considérant en gros comme l'un des "dinosaures" du rock des années 70.

"Quizz Kid" démarre de manière acoustique, mais c'est bien un titre lancé sur les chapeaux de roue que nous offre le groupe. La rythmique est fortement marquée, l'orgue virevolte, mais l'on trouve aussi des arrangements de cuivres par David PALMER, chose qui ne s'était pas produite depuis This Was. Le tout est sympa, moins abrupt que les titres de Minstrel in the Gallery en ce qui concerne les enchaînements, mais malgré un excellent break, on se dit qu'il manque quelque chose, et il faut pourtant se dire que c'est l'un des meilleurs morceaux de l'ensemble. Même constat pour "Crazed Institution" où l'on retrouve aussi un arrangement assez marqué, y compris au niveau des cuivres. Le refrain se retient facilement, et c'est justement le moment principal à retenir. "Salamander", à la guitare acoustique est lancé sur le même rythme et possède un enchaînement d'accords similaire à celui de "Cold Wind to Valhalla", du précédent album. Une fois que le chant arrive cependant, Ian ANDERSON tourne les choses autrement. C'est toujours agréable, la partie avec flûte est plutôt réussie, mais... Bon voyons la suite, "Taxi Grab". Tiens, un titre un peu plus blues-rock. Riff efficace, Ian ANDERSON qui exagère beaucoup ses manières vocales, et qui utilise, ô surprise, un harmonica ! Ca non plus c'était pas arrivé depuis This Was. Les cuivres font des interventions aussi sèches que timides à certains moments, tandis que les guitares de Martin BARRE en harmonie font un sacré effet ! La ballade-slow "From a Dead Beat to an Old Greaser" calme grandement le tout, là c'est le chant qui est en harmonies, et cette chanson folk se révèle plutôt jolie même si sa progression mélodique n'est pas évidente. Le solo de saxophone arrive un peu d'un coup et ne se révèle pas comme la meilleure idée d'arrangement, contrairement aux cordes qui sont plutôt envoûtantes.

La deuxième partie commence avec le bluesy "Bad-Eyed And Loveless", où l'on retrouve Ian seul avec sa guitare acoustique, un peu comme sur la moitié de Minstrel in the Gallery, en peut-être moins efficace. La chanson dure à peine plus longtemps qu'un couple de minutes, mais il y a une certaine continuité avec le début de "Big Dipper", introduit par la flûte. Le duo GLASCOCK-BARLOW est toujours efficace, de même que les petites interventions de John EVAN aux claviers (qui est plutôt sobre sur tout le disque), mais une fois encore, le titre passe toujours comme sympathique et seulement sympathique, bien qu'il soit plutôt enjoué comme les premiers du disque. Arrive finalement LE morceau, celui qui donne son nom à la galette, étalé sur près de six minutes. La mélodie est jolie, mais les arrangements de cuivres surtout sonnent un peu "lourds", sans vouloir être méchant (j'ai un respect total pour David PALMER). Certaines mélodies ressemblent trait pour trait au tout début de l'album, l'intro acoustique de "Quizz Kid". Là encore refrain plutôt mémorable, mais on regrettera que cette magnifique chanteuse qu'est Maddy PRIOR (STEELEYE SPAN) ne soit pas plus mise en avant. D'ailleurs c'est pas seulement la première fois que ça arrive dans l'album, et pas seulement avec Maddy. Grrr... Vers la fin, on a un passage plus rythmé, un peu plus déjanté on peut le dire. "Pied Piper" rejoint les "Quizz Kid", "Crazed Institution" et "Big Dipper" sur un aspect qu'il me sera impossible de répéter sous peine que vous m'attribuiez le qualificatif de radoteur. Et puis Ian qui force toujours sur son nez pour les refrains, ça peut devenir lassant à la longue (j'avoue que j'ai mis du temps à m'y faire). L'intro de "The Chequered Flag (Dead or Alive)" est tout simplement magnifique : Ian ANDERSON à la guitare électrique avec cordes. Le reste de la chanson est dans la lignée du morceau-titre, l'émotion s'y trouvant néanmoins renforcée grâce à des montées en puissance, une mélodie mieux ciselée et des arrangements plus adaptés, même si le ton est en apparence quasi déchirant (le pont est sublime). Une manière agréable de terminer l'album.

Nous voilà donc en présence d'un concept-album légèrement pied-de-nez à tous les opéras rock ou doubles albums et autres oeuvres du même genre, y compris celles du groupe lui-même quelque part (Thick as a Brick et A Passion Play), de par son côté simple, plutôt accessible malgré quelque pirouettes musicales sympathiques... Mais sympathique est vraiment le seul réel qualificatif qui résume entièrement l'album, dans le cas où celui-ci arrive à plaire. Il n'étonnera pas aussi bien qu'un Thick as a Brick, ne séduira pas aussi fortement qu'un Stand Up ou un Aqualung... C'est un album un peu entre deux feux (pour ne pas dire le cul entre deux chaises), qui mérite tout juste son petit 3/5, qui ne fera pas date dans l'histoire et que l'on écoutera plutôt par curiosité, celle qui veut que l'on ait une connaissance de tout ce qu'a produit le groupe.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Rumours (1977)
Le neuvième album le plus vendu de l'Histoire




COVEN
Coven (1972)
Sorciers repentis et chanteuse canon


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
   ARP2600

 
   (2 chroniques)



- Ian Anderson (chant, flûte, harmonica, guitares acoustique et él)
- Martin Barre (guitare électrique)
- John Glascock (basse, choeurs)
- John Evan (claviers)
- Barriemore Barlow (batterie, percussions)
- David Palmer (arrangements et direction d'orchestre, saxophone s)
- Maddy Prior (choeurs)
- Angela Allen (choeurs)


1. Quizz Kid
2. Crazed Institution
3. Salamander
4. Taxi Grab
5. From An Dead Beat To An Old Greaser
6. Bad-eyed And Loveless
7. Big Dipper
8. Too Old To Rock'n'roll : Too Young To Die
9. Pied Piper
10. The Chequered Flag (dead Or Alive)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod