Recherche avancée       Liste groupes



      
DISCO  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alex Beaupain , Jan Kaczmarek , John Barry , John Williams , Ludovic Bource , Ramin Djawadi , Trevor Jones , Murray Gold , Michael Nyman , Zbigniew Preisner , James Newton Howard , James Horner , Basil Poledouris , Carter Burwell , Danny Elfman , Ennio Morricone , François De Roubaix , Georges Delerue , Hans Zimmer , Henry Jackman , Howard Shore , Justin Hurwitz

BANDE ORIGINALE DE FILM - Saturday Night Fever (1977)
Par MANIAC BLUES le 7 Janvier 2011          Consultée 2306 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

« Stayin' alive. Stayin' Alive. Ah, ha, ha, ha. » Le déhanchement de Travolta sur les grands succès des Bee Gees a laissé une trace indélébile. Alors que le film avait tout pour rentrer dans le top 10 des nanars cultes, La Fièvre du Samedi Soir a finalement bien resisté à l'épreuve du temps. Film de toute une génération, cette comédie a fait découvrir au monde entier le disco pour le meilleur et pour le pire. Mode clinquante, brushing inimitable de Travolta, discothèques survoltées, trémoussement des danseurs, tous les stéréotypes du genre y sont passés au peigne fin. L'intrigue se concentre sur le quotidien de Tony qui finit par réprouver la médiocrité de son existence à Brooklyn et cherche un échapatoir avec la danse. Bande originale de rêve,formidables numéros de danses par un Travolta au sommet, cette comédie musicale aux allures de drame social se savoure avec nostalgie. La palme revient évidemment aux Bee Gees dont la musique euphorisante et exaltante ennivre les habitués du "2001 Odyssey" tous les samedis soirs.

Dés les premières minutes du film dans les rues de Brooklyn , « Staying Alive » impose son ryhme à un John travolta à la dégaine inégalable. Avec ses mélodies sophistiquées, sa rythmique énergique, son refrain irrésistible, ses voix androgynes, ce morceau est l'Hymne disco par excellence. Maurice, Robin et Barry Gibb n'interprètent que six titres mais l'émotion, le charme de chacune de leurs compositions relèguent le reste en arrière plan. On ne peut que frissoner à l'écoute des douces chansons pop « How Deep Is Your Love » et « More than A Woman » qui montrent tout le savoir-faire du groupe dans l'art de confectionner des airs à la fois sensibles, émouvants et accrocheurs. En outre, il est difficle de résister à la puissance de « Night Fever » qui enfièvre l'atmosphère du "2001" et donne envie de se déhancher comme Travolta. Ce classique atteint la première place du top mondial en 1978 ce qui constitue un sommet dans la carrière du groupe.

Moins brillant, le reste du disque tient plus ou moins bien la comparaison avec les tubes des frères Gibbs. Des morceaux à la frontière de la pop et de la disco tel « If I Can't Have You », interprété par Yvonne Elliman (mais composé par les Bee Gees) sont vraiment formidables et nous plongent dans un bain de culture seventies. L'atmosphère est souvent survoltée, à l'instar de l'exalté « You Should Be Dancing » des Bee Gees ou du final flamboyant « Disco Inferno » à la rythmique endiablée et interprété par les Trammps, une des valeurs sûres du genre. Cependant, cette BO regorge d'instrumentaux peu intéressants comme « Manahattan Skyline » ou d' adaptions insignifiantes de grandes compositions classiques telles « a Fifth of Beethoven » et « Night On Disco Mountain ». En outre, cet album n'est pas exempt de quelques longueurs et finit parfois par lasser : par exemple, les huit minutes de « Calypso Breakdown » sont vraiment pénibles à écouter.

Tous les artistes présents sur cette B.O. ont vraiment connu leur apogée dans les années 1976-1979, même si musicalement le disco a dénaturé leur style. Beaucoup de groupes afro-américains comme les Tavares sont à l'honneur sur ce disque. Pour survivre, ils ont dû abandonner la soul et le funk pour surfer sur cette nouvelle vague qui écrase tout sur son passage. Saturday Night Fever constitue ainsi un panorama intéressant de groupes plus ou moins connus qui sont alors au sommet de leur gloire comme les KC & the Sunshine Band ou les Kool & The Gang. Cependant, la période pré-disco de certains de ces artistes est souvent bien plus intéressante, ce constat étant surtout valable pour les Bee Gees.

Certes, le disco a fait très mal au monde de la musique, reléguant en arrière plan des artistes majeurs comme James Brown. Certes, à cause du disco,les salles de concert se sont dépeuplées au profit des discothèques. Certes, le disco, musique de producteurs, a signé l'arrêt de mort du funk et de la soul. Mais on peut tout de même reconnaître une certaine force à la musique des Bee Gees et de certains autres groupes présents sur cette bande originale. Saturday Night Fever restera en tout cas par l'ampleur de son succès une des grandes références mainstream du genre.

A lire aussi en POP :


Kate BUSH
The Kick Inside (1978)
L'éveil de la fée...




KARNATAKA
The Storm (2000)
Une tempête hyper mélodique


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. Stayin' Alive
2. How Deep Is Your Love
3. Night Fever
4. More Than A Woman
5. If I Can't Have You
6. A Fifth Of Beethoven
7. More Than A Woman
8. Manhattan Skyline
9. Calypso Breakdown
10. Night On Disco Mountain
11. Open Sesame
12. Jive Talkin'
13. You Should Be Dancing
14. Boogie Shoes
15. Salsation
16. K-jee
17. Disco Inferno



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod