Recherche avancée       Liste groupes



      
DIVERS  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1993 Last Action Hero
  Judgement Night
2001 Ghosts Of Mars
 

- Membre : Alex Beaupain , Murray Gold , Michael Nyman , Zbigniew Preisner , Justin Hurwitz , Johann Johannsson , Disney, Miklós Rózsa , Angelo Badalamenti , Richard O'brien , Maurice Jarre , Alfred Newman , Alan Silvestri , Hans Zimmer/benjamin Wallfisch, Elliot Goldenthal , Trevor Jones , Ramin Djawadi , Ludovic Bource , Basil Poledouris , Carter Burwell , Danny Elfman , Ennio Morricone , François De Roubaix , Georges Delerue , Hans Zimmer , Henry Jackman , Howard Shore , James Horner , James Newton Howard , Jan Kaczmarek , John Barry , John Williams , Vladimir Cosma

BANDE ORIGINALE DE FILM - Snatch (2000)
Par CHIPSTOUILLE le 7 Juillet 2018          Consultée 190 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Si un réalisateur a réussi son coup musicalement parlant dans les années 90, c'est bien Quentin Tarantino. Impossible de passer à côté du Missirlou de Pulp Fiction et bien d'autres morceaux. Tarantino a construit ses films au rythme des musiques qu'il aimait et non l'inverse. D'autres réalisateurs vont le suivre, et c'est le cas de Guy Ritchie avec Snatch. Ritchie se distingue de Tarantino par son côté British, bien que les 2 aient un goût prononcé pour les personnages forts et la bonne musique.

Là où Tarantino arbore cependant tout un tas de références rétro qu'il ne fait qu'amplifier par ses choix musicaux, Ritchie contraste en embrassant les codes de son époque. Bien sûr, on retrouve sur Snatch quelques tubes des années 80. Pire, on a quelques titres traditionnels yiddish, russes voire un superbe finish Rythm and blues. Mais dans l'ensemble, la majorité de la B.O. s'articule autour de genres en vogue à la fin du second millénaire.

La plus grande qualité de Snatch réside dans sa panoplie de personnages forts, parfois fondamentalement mauvais, idiots, brutaux, sournois ou simplement inconscients. Les petites frappes y côtoient les caïds carnassiers dans des joutes verbales qui ne trouvent leur pendant que chez Audiard ou Astier de notre côté de la manche. Le tout se met gentiment sur la figure dans un florilège d'accents anglo-saxons du plus bel effet. Cette tragicomédie fait ressortir l'aspect communautaire du Londres moderne. C'est ainsi que toute la B.O. se bariole d'une liste de genres sans fin. A chaque titre, un nouveau genre, un nouveau personnage ou presque: Rock, Reggae, Big Beat, Hip-hop, Soul, Trip-hop, House...

Parmi les deux plus beaux morceaux figure l'indémodable "Golden Brown" des STRANGLERS, que l'on jurerait écrit dans les 90's, tant il se rapproche des velléités alternatives ayant germé dans la décennie. L'autre pièce de choix s'entend dans le "Disco Science" de MIRWAIS, qui sample "Canonball" des BREEDERS avec classe. C'est toute la splendeur du mur du son allégrement franchi dans la période que cette pépite électrique vient nous faire exploser à la figure. Le film délaisse d'ailleurs son rythme effréné pour faire parler les enceintes concernant ces deux titres, avec réussite.

Nous ne citerons pas toutes les réussites de cet album, trop nombreuses. Une ombre ternit cependant le tableau, assez importante en réalité. Que vient faire l'improbable "Lucky Star" de MADONNA sur ce disque? (1) A l'évidence utilisée - très brièvement dans le film - à contrepied pour faire entrer en scène le bas du front "Bullet Tooth Tony", cette sucrerie pop ne trouve pas sa place devant les hymnes à la violence, cet "autel dressé au culte de la barbarie". Le disque n'est pas dénué de titres prenant plus leur temps, mais "Lucky Star" et sa girl attitude juvénile mal placée dénote définitivement dans ce film qui pue la testostérone en excès.

Enfin, impossible de dissocier Snatch du riff de contrebasse de "Diamonds" de KLINT servant de générique. Le groove dont le tube d'intro fait preuve donne le La pour tout le film. L'album enchaîne les coups de poing, respire, relance, cite ses meilleurs dialogues et enchaîne les perles. Cette salade de tubes mélange tellement d'ingrédients qu'on s'étonne même qu'elle fonctionne si bien. On frise la faute de goût à quelques rares occasions que l'on oublie rapidement tant sur le reste, Snatch est allé chercher une bande sonore inoubliable, la marque du grand film qu'il est.

(1) réponse: le réalisateur était sur le point de se marier avec elle!

A lire aussi en DIVERS par CHIPSTOUILLE :


SQ SERIES
Last Sq (2015)
L'éclectisme, une valeur sûre




Nobuo UEMATSU
Blue Dragon Ost (2006)
Ne paye pas de mine, et pourtant...


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Klint (1)
- Overseer (3)
- The Johnston Brothers (4)
- The Stranglers (6)
- 10cc (7)
- John Murphy And Daniel L. Griffiths (8)
- Maceo And The Macks (10)
- Mirwais (11)
- Bobby Byrd (13)
- Madonna (14)
- The Specials (16)
- The Herbaliser (18)
- Massive Attack (19)
- Oasis (21)
- Huey 'piano' Smith And The Clowns (23)


1. Diamonds
2. 'vere Is Da Storn?' (benicio Del Toro)
3. Supermoves
4. Hernando's Hideway
5. 'zee Germans' (jason Statham)
6. Golden Brown
7. Dreadlock Holiday
8. Hava Nagila
9. 'avi Arrives' (dennis Farina)
10. Cross The Tracks (we Better Go Back)
11. Disco Science
12. 'namesis' (alan Ford)
13. Hot Pants (i'm Coming, Coming, I'm Comming)
14. Lucky Star
15. 'come Again' (alan Ford)
16. Ghost Town
17. 'shrinking Balls'
18. Sensual Woman
19. Angel
20. 'rrr... Rumble' (charles Cork)
21. Fuckin' In The Bushes
22. 'avi's Declaration' (dennis Farina)
23. Don't You Just Know It



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod