Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Chuck BERRY - After School Session (1957)
Par MANIAC BLUES le 6 Avril 2012          Consultée 1082 fois

En 1955, le rock’n’roll commence à saturer les ondes des radios américaines. Les figures de proue du genre dynamitent les charts, gravent standard sur standard, et imposent un nouveau tempo à la jeunesse américaine. En 1955, c’est « Rock Around the Clock » de Bill Haley, « Tutti Frutti » de Little Richard et puis « Maybellene » de Chuck Berry, un des actes de naissance du rock’n’roll. Ce morceau révolutionnaire a connu un succès immédiat, faisant de Chuck Berry une grande star attirant aussi bien un public noir que blanc. Né à Saint-Louis, il connaît une ascension difficile. Entre un séjour prison et des petits boulots, sa carrière franchit une première grande étape lorsqu’il intègre le Johnnie Johnson Trio à l’occasion d’un petit concert pour le nouvel an. Le pianiste et excellent compositeur Johnnie Johnson et le batteur Ebby Hardy sont les musiciens qui vont aider Chuck Berry à atteindre le sommet, du Cosmopolitan Club de Saint-Louis aux plus hautes places des classements pop et R’n’B.

Chuck Berry se sent trop à l’étroit à Saint-Louis ; il décide de partir à Chicago, la ville venteuse sur laquelle règne Muddy Waters. Ce dernier conseille à Berry d’aller sonner à la porte de Phil et Leonard Chess qui auront assez de flair pour le faire enregistrer, en demandant tout de même l’avis de leur précieux producteur Willie Dixon. Le 21 mai 1955, ce dernier l'accompagne à la basse sur le fameux « Maybellene », morceau inspiré du standard country « Ida Red ». Le tempo est rapide, le chant énergique, la guitare affutée : Chuck Berry s’inspire de la country des blancs pour créer un authentique classique du rock’n’roll. Et il n’oublie pas non plus ses racines blues. Le cas contraire eut été étonnant, car quand on a la peau d’ébène et qu’on fait partie du catalogue de Chess, le blues colle à la peau, à l’image de « No Money Down » qui rappelle certains classiques de Muddy Waters et le splendide standard « Wee Wee Hours ».

Chuck Berry est un magnifique guitariste. Son jeu très fin et fluide témoigne d’une virtuosité et d’un feeling hors-norme. Il sait aussi bien jouer dans un registre plein de douceur que dans une veine agressive. Parlons justement d’agressivité. Il s’agit d’un disque de rock’n’roll, que diable ! Des morceaux plein d’électricité rageuse s’adressent directement aux teenagers qui s’ennuient en cours et n’attendent qu’une chose : que la cloche sonne pour aller draguer et danser le rock au juke joint du quartier. Le LP commence alors par le mythique « School Day », enregistré au début de l’année 1957 : les paroles accrocheuses, le riff magique et la voix musclée de Chuck sont les ingrédients de ce manifeste du rock’n’roll.

Amateur de jolies blondes et de belles carrosseries, Chuck Berry cultive avec « You Can’t Catch Me » des fantasmes de teenagers, même si déjà trentenaire, il n’est guère connaisseur des mœurs des lycéens de son époque. En tout cas, bien des titres sont des invitations à la danse : on imagine sans mal « Brown Eyed Hansdsome Man », « Too Much Monkey Business » et « Thirty Days » animer les pistes de danse l’époque. Avec « Down Bound Train », Chuck Berry montre sa capacité à créer des atmosphères uniques grâce au rythme trépident, à des textes incisifs et à sa voix très expressive.

Entre tous ces chefs-d’œuvre se glissent des titres mineurs qui témoignent des tâtonnements de Chuck Berry. Sans être déplaisants, le poussif « Havana Moon », quelques instrumentaux plus ou moins inspirés parmi lesquels se détache l’excellent « Deep Feeling », et les ballades « Drifting Heart » et « Together (We’ll Always Be) », fortement influencées par Nat King Cole, servent à meubler l’album.

Sorti en 1967, After School Session rassemble douze titres enregistrés entre 1955 et 1957. La réédition de 2004 propose également trois standards supplémentaires, tous indispensables. Ce disque est assurément une pierre angulaire du rock’n’roll. Varié, souvent excitant, parfois bluesy à souhait, ce LP s’écoute avec beaucoup de plaisir.

A lire aussi en ROCK'N ROLL :


Jerry Lee LEWIS
Last Man Standing Live (2007)
Hommage du rock à son Godfather, jouissif




Jerry Lee LEWIS
High School Confidential (1958)
Les débuts du killer


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. School Days (ring Ring Goes The Bell)
2. Deep Feeling
3. Too Much Monkey Business
4. Wee Wee Hours
5. Roly Poly
6. No Money Down
7. Brown Eyed Handsom Man
8. Berry Pickin'
9. Together (we'll Always Be)
10. Havana Moon
11. Down Bound Train
12. Drifting Heart
- bonus Tracks
13. You Can't Catch Me
14. Thirty Days (to Come Back Home)
15. Maybellene



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod