Recherche avancée       Liste groupes



      
HORROR PUNK / HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Black Flag, Samhain, Danzig
- Style + Membre : The Ramones
 

 Site Officiel (3780)
 Misfits Central (485)

The MISFITS - The Devil's Rain (2011)
Par RED ONE le 10 Août 2015          Consultée 1406 fois

Jerry Only, c'est quand même un sacré personnage. La mégalomanie galopante du bassiste américain l'a ainsi poussé en 2001 à devenir lui-même le nouveau chanteur des MISFITS. Refusant presque obstinément toute possibilité de retour de Glenn Danzig au sein du groupe, Jerry prétend désormais "incarner" les MISFITS. La foi catholique de Jerry l'a par ailleurs conduit ces dernières années à censurer certaines paroles explicites du vieux répertoire de la période Danzig, en particulier celles de "Last Caress". La bonne blague ! Voilà qui doit bien faire rigoler certains, pas vrai Glenn ?
Point positif : la nouvelle version des MISFITS demeure efficace en live, et Jerry ne s'en sort pas trop mal quand il s'agit de chanter les anciens classiques du groupe. On regrette toutefois que les conflits d'égos permanents entre Danzig et la famille Caiafa aient conduit à cette situation un peu pathétique. Ironie du sort, Doyle (frère de Jerry Only) accompagne Glenn Danzig en tournée depuis 2005 pour jouer de vieux titres des MISFITS, ce qui peut encore entretenir le maigre espoir d'une future réconciliation entre les deux camps.

Après plusieurs années d'attente, The Devil's Rain sort finalement en 2011. Jerry Only reconduit donc ici la formule trio à l'oeuvre depuis l'album de reprises Project 1950 (2003). Après un retour de Robo entre 2005 et 2010 pour remplacer Marky Ramone, c'est finalement Eric "Chupacabra" Arce, ex-batteur de MURPHY'S LAW, qui devient le nouveau cogneur permanent du groupe.

L'album commence sur une note assez heavy, avec le morceau-titre "The Devil's Rain", dont les ambiances pluvieuses nous évoquent évidemment les terrifiants débuts de BLACK SABBATH en 1970. Les MISFITS nous balancent ensuite un horror punk relativement classique avec "Vivid Red", titre plutôt quelconque. On retrouve fort logiquement les deux singles "Land Of The Dead" et "Twilight Of The Dead", déjà publiés en 2009 dans une version enregistrée avec Robo, et ici réenregistrés avec Eric Arce. Certains titres sont assez plaisants, mais peinent sensiblement à convaincre : "Curse Of The Mummy's Hand" sonne très horror punk de carton-pâte, malgré un solo metal assez sympa signé Dez Cadena. Même son de cloche peu enthousiaste à l'écoute de "Monkey's Paw" et "Ghost Of Frankenstein", morceaux totalement anecdotiques malgré quelques bonnes idées. Le groupe semble se réveiller quelque peu sur "Unexplained", puissante et épique, néanmoins rapidement la chanson tourne un peu en rond. Que dire enfin de "Where Did They Go ?", titre qui n'a pas vraiment grand chose à voir avec un morceau des MISFITS et qui ressemble à un morceau non retenu sur Project 1950. On a par ailleurs bien du mal à ne pas rire à l'écoute de "Father", sympathique moment horror punk classique qu'on se plait à imaginer comme une sorte de pied de nez maladroit au célèbre "Mother" de DANZIG.

Dez Cadena, connu pour avoir été brièvement chanteur de BLACK FLAG au début des années 1980, se charge du chant sur "Death Ray" et "Jack The Ripper". Cela rend du coup ces deux morceaux plutôt intéressants à écouter, d'autant que le groupe flirte ici avec un heavy metal cogneur lorgnant quasiment sur MOTÖRHEAD, avec force solo de guitare et double pédale en folie. De metal, il en est également question sur “Dark Shadows”, probablement l'un des titres les plus réussis de cet album : des riffs puissants, une mélodie superbe, un chant épique... L'ambiance est réellement prenante. On est également surpris par "Sleepwalkin'" et sa rythmique metal pachydermique plutôt sympathique. Ces quelques morceaux nous redonnent quelque peu espoir, on a presque du mal à y croire.
Toutefois rien à faire, la sauce ici présente nous est vendue comme épicée, mais on peine franchement à en sentir le piment. "The Black Hole" aurait ainsi été bien plus convaincante si elle avait été chantée par Michale Graves, et les relents RAMONES de "Cold In Hell" ne sont pas non plus ce qu'il y a de plus original dans le répertoire récent du groupe.

Lors de la sortie de The Devil's Rain, un certain nombre de critiques ont pointé du doigt le fait que Jerry Only se "forçait" à écrire des textes parlant de films d'horreur et de thèmes fantastiques afin de correspondre au "cahier des charges" qu'implique le nom MISFITS. Alors bien sûr, Jerry nous cause ici de zombies ("Land Of The Dead", "Twilight Of The Dead"), de momies ("Curse Of The Mummy's Hand"), de science-fiction ("The Black Hole"), de monstres ("Ghost Of Frankenstein"), de vampires ("Father"), etc, etc... C'est plutôt plaisant, mais il ne suffit malheureusement pas de connaître par cœur son petit répertoire des monstres pour faire un bon album des MISFITS. Lorsqu'on écoute cet album, on a bien du mal à dire le contraire : l'atmosphère générale de ces chansons ne fait pas peur, pas le moins du monde. Où est donc passé le punk gothique et malsain de la période Glenn Danzig ? Où donc ont été enfouis les aspects "cartoon sous stéroïdes" de la période Michale Graves ? Il n'en reste pas grand chose, et malgré de nouvelles compos intéressantes, Jerry Only peine à s'imposer comme un frontman convaincant.

The Devil's Rain n'est toutefois pas un mauvais album. Le disque s'écoute, certains titres sont assez réussis et tiennent la route, et globalement l'opus fait passer un bon moment. Toutefois, il serait indécent de considérer cet album comme une réelle réussite. La sensation de malaise, déjà présente à l'écoute de Project 1950, est toujours là. Et franchement, c'est bien dommage. Les MISFITS méritaient meilleur destin.

Ah lalalala, quel gâchis... Snif...

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


DISCHARGE
Why (1981)
Discharge, c'est la guerre




The MISFITS
Earth A.d. / Wolfs Blood (1983)
Prends donc cette guitare dans la gueule !!!


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Jerry Only (chant, basse)
- Dez Cadena (guitare, chant)
- Eric Arce (batterie)


1. The Devil's Rain
2. Vivid Red
3. Land Of The Dead
4. The Black Hole
5. Twilight Of The Dead
6. Curse Of The Mummy's Hand
7. Cold In Hell
8. Unexplained
9. Dark Shadows
10. Father
11. Jack The Ripper
12. Monkey's Paw
13. Where Do They Go
14. Sleepwalkin'
15. Ghost Of Frankenstein
16. Death Ray



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod