Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Paul Mckenna Band , Runrig, Alistair Ogilvy , Fleadh, Skipinnish, Saoirse Mhor

Dougie MACLEAN - Who Am I (2001)
Par GEGERS le 9 Décembre 2015          Consultée 381 fois

Le folk que crée Dougie MACLEAN est à l'image de l'existence du barde écossais : lent, délicat, porté par un impérieux besoin de faire de la nostalgie une véritable force d'écriture. Ecouter sa musique, c'est lancer un film en noir et blanc, se gorger d'images et de saveurs d'autrefois. Le chanteur n'est pas pour autant un passéiste désabusé. Non, simplement, son inspiration vient de ce temps révolu qui lui a permis de se construire et de s'affirmer. Rappelons-nous un morceau tel que "Scythe Song" (sur Riof) qui décrit les yeux ébahis d'un jeune Dougie apprenant le maniement subtil de la faux auprès de son grand-père.

Dans la droite lignée de son précédent album, Who Am I est un opus hautement personnel et introspectif. Comme son titre l'indique, cet opus sert de support autobiographique, et est illustré par ce que l'on imagine être une photo de famille. Dougie parle de lui, de son enfance, de ses bonheurs et de ses regrets, se livre sans retenue au son d'un folk délicat et minimaliste.

Les compositions sont longues, très longues. Plus de cinq minutes en moyenne, alors que l'accroche mélodique est réduite à son plus simple appareil. Quelques notes de guitares, épaulées par l'intervention tour à tour d'un violon, d'une flûte, ou à l'occasion d'un piano, qui mettent l'attention de l'auditeur à rude épreuve. Il est évident que la sincérité de l'artiste fait mouche et instaure une ambiance chaleureuse, adaptée aux longues soirées d'hiver, où la lumière se fait rare. Lorsque Dougie évoque son père ("Talking to my Father"), impossible de ne pas s'accrocher à ses mots, de ne pas ressentir une évocation personnelle qui nous ramène à notre propre relation avec notre géniteur.

Les ambiances, plus ou moins similaires d'un morceau à l'autre, génèrent néanmoins un ennui préjudiciable. "The boatbuilders", qui s'échine sur près de 7 minutes à nous narrer le destin de ces marins partant régulièrement vers l'incertain et l'inconnu, provoque l'assoupissement, tout comme "Hide in the Wind", qui malgré de sympathiques arpèges ne se fait finalement qu'une simple redite de morceaux passés.

L'originalité se retrouve néanmoins sur le titre final, "Nothing to do with It" qui, doté d'une énergie bienvenue, n'est pas sans évoquer la splendeur d'un titre tel que "Turning Away". Cet instrumental virtuose est sans doute ce qui sauve l'album, et l'on regrette que l'artiste n'ait pas plus pris ce genre d'initiative sur le reste de l'album.

Les amoureux des ambiances et du timbre de voix du barde y trouveront leur compte. "Who Am I", bien que définissant parfaitement son auteur, semble néanmoins hermétique pour qui tenterait de découvrir l'artiste par son biais. Un album riche dans sa nudité, exigeant et difficile d'accès.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Glen HANSARD
Rhythm And Repose (2012)
Folk constructif




RUNRIG
Heartland (1985)
L'Ecosse au coeur


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Dougie Maclean (guitare, chant, violon)
- Jamie Maclean (guitare, basse, percussions)
- Alan Sutherland (piano)
- Gordon Duncan (flûte)


1. Not Lie Down
2. We'll Be Together Again
3. The Boatbuilders
4. Talking With My Father
5. Charlotte
6. Pabay Mor
7. Mary Queen Of Scots
8. Who Am I
9. Hide In The Wind
10. Nothing To Do With It



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod