Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Paul Mckenna Band , Runrig, Alistair Ogilvy , Fleadh, Skipinnish, Saoirse Mhor

Dougie MACLEAN - Indigenous (1991)
Par GEGERS le 25 Janvier 2014          Consultée 622 fois

Il est difficile de dire pourquoi Indigenous est considéré par les amateurs de Dougie MACLEAN comme l'un des tous meilleurs albums du barde écossais. La formule, si on la compare à Whitewash, publié l'année précédente, n'a pas faite l'objet de remaniement particulier. Tout juste note-t-on une place plus importante accordée aux instruments, parmi lesquels la guitare électrique qui signe là son grand retour après quelques années d'absence. Un changement malgré tout mesuré, qui n'explique pas tout, la place prédominante étant toujours laissée à la guitare acoustique. Si Indigenous n'attise que des éloges, c'est parce que, au même titre que Cragie Dhu ou Real Estate, il réfère directement à l'âme écossaise, dégage une sincérité et une chaleur rassurante qui en font un véritable petit bijou.

Les mélodies sont simples, mais leur sens profond. Sur Indigenous, nous retrouvons la facette païenne de Dougie, qui ouvre l'album avec "Rite of Passage", titre introduit par un didgeridoo tribal, et dont les paroles traitent du passage de l'enfance à l'âge adulte, sur fond de rites de passage. La rythmique est envoûtante, le refrain imparable, nous avons ici affaire à un morceau majeur dans le répertoire du barde. Majeur, voici également un adjectif qui correspond à l'incroyable morceau "Turning Away", véritable phare d'un album qu'il éclaire de sa beauté. En matière de folk, peut-on faire mieux que ce titre délicat et sûr de lui, au rythme entraînant ? Agrémenté de mélodies électrique, le titre gagne en profondeur, et s'impose de lui-même comme un joyau brut.

La majorité des titres de l'album parvient, comme les deux précités, à suivre sans réserve. Notons tout de même le charme discret de la ballade finale, "Eternity", pièce guitare/voix toute en arpège ou de nouveau un paganisme, celtique cette fois, transparaît. Qu'il fait bon écouter ce morceau, à l'automne, adossé à un arbre en contemplant l'oeuvre de la nature. La force d'Indigenous réside également dans l'évocation, des grands espaces, des montagnes contre lesquelles les sons résonnent. L'opus n'est pas une oeuvre écologiste, il est lui-même une partie de la Nature.

Les quelques petites bleuettes amoureuses qui agrémentent l'album ("Ae fond kiss", "Let her go") peuvent ainsi paraître bien fades face à ces titres à la portée intemporelle. Elles offrent néanmoins de sympathiques respirations, et témoignent d'un artiste romantique, soudainement pudique au moment d'évoquer ses sentiments.
L'ensemble, bien sûr, est ainsi quasi-parfait. Indigenous, dans sa toute discrète splendeur, constitue une porte d'entré idéale dans l'univers du barde écossais, et offre une splendide collection de morceaux qui ont parfaitement traversé les époques, pour sonner intacts encore aujourd'hui.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Peter HARPER
Peter Harper (2014)
Sculpteur de sons




Francis CABREL
La Tournée Des Roses Et Des Orties (2009)
Lumière tamisée, moustaches non admises


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Dougie Maclean (chant, guitare, didgeridoo, claviers, percussions)
- Jimmy Anderson (guitare électrique)
- Gordon Duncan (flute)
- Jerry Mcpherson (guitare)


1. Rite Of Passage
2. Rank And Roses
3. War
4. Slave's Lament
5. Turning Away
6. Let Her Go
7. This Line Has Broken
8. Ae Fond Kiss
9. Thundering In
10. Eternity



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod