Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1989 When Dream & Day Unit...
1992 Images And Words
1993 Live At The Marquee
1994 Awake
1995 A Change Of Seasons
1997 Falling Into Infinity
1998 Once In A Livetime
1999 Metropolis Part Ii : ...
2000 Through Her Eyes
2001 Metropolis 2000 : Scenes...
  Live Scenes From New-yor...
2002 Six Degrees Of Inner ...
2003 Train Of Thought
2004 Live At Budokan
  Live In Tokyo & 5 Years ...
  Master Of Puppets
2005 Octavarium
  The Number Of The Beast
2006 Score
  Score
2007 Systematic Chaos
2008 Chaos In Motion 2007-200...
2009 Black Clouds & Silver...
2011 A Dramatic Turn Of Ev...
2013 Dream Theater
2016 The Astonishing
2019 Distance Over Time
2021 A View From The Top O...
 

- Style : Chroma Key
- Membre : The Winery Dogs
- Style + Membre : Liquid Tension Experiment, Jordan Rudess

DREAM THEATER - Awake (1994)
Par ARP2600 le 7 Janvier 2016          Consultée 2920 fois

Certains disques sont plus difficiles à chroniquer que d'autres, et la pierre d'achoppement de la carrière de DREAM THEATER est certainement son troisième album, Awake. C'est le plus mystérieux et le plus cohérent, celui où ils ont le plus laissé parler leur propre style plutôt que leurs nombreuses influences. Le plus sérieux aussi, autant de superlatifs pour une œuvre qui n'est pourtant pas parfaite. Un effort très méritoire, quoi qu'il en soit, et peut-être leur meilleur album, c'est vraiment difficile à juger.

Après le succès un peu inattendu d'Images and Words, le groupe a été sur un nuage pendant un moment, mais on connait les pièges de la réussite. Il a passé l'année 93 à tourner et a d'ailleurs bien vite sorti un live, puis son label (ATCO ayant fusionné avec East West) l'a un peu pressé de retourner en studio, en revenant si possible avec un disque porteur contenant un ou deux tubes. De telles contraintes à sa liberté artistique de rockers progressifs, ça ne lui a pas trop réussi, forcément. La pression a un peu terni l'ambiance au sein du groupe, ce qui a fini par causer le départ du claviériste Kevin Moore après l'enregistrement du disque. À ce titre, Awake est la fin d'une première époque pour DREAM THEATER.

Cependant, Awake doit également être considéré comme un début. Celui de sa série d'albums fleuves, celui de son style principal, sombre et plus metal que les deux premiers qui étaient un peu kitsch et n'ont pas forcément bien résisté à l'épreuve du temps. Étrangement, c'est le label qui a demandé quelque chose de plus musclé. L'explication n'est pas à chercher bien loin : en 92, le grunge battait son plein mais n'était pas encore totalement confirmé; par contre en 94, il était devenu une tendance inévitable. C'est une nouvelle fois chez RUSH qu'il a trouvé la solution. Ces derniers avaient réussi le pari avec Counterparts en 93, DREAM THEATER pouvait bien y arriver aussi, en proposant quand même quelque chose de beaucoup plus prog que son modèle.

On peut même considérer que les membres du groupe ont pris le label au piège en fournissant un album monolithique, brillant mais peu lisible, certainement pas commercial malgré la présence de quelques mélodies mémorables. Le défaut principal de l'album est celui de sa durée : 75 minutes ! Il n'est pas facile d'y voir clair, contrairement à tous ceux de la grande série débutée en 99 avec Scenes From a Memory. Pour aider l'auditeur qui serait un peu perdu, un certain découpage peut être remarqué : les trois premières chansons plutôt mélodiques, les trois suivantes forment la suite "A Mind Beside Itself" ; ensuite la paire "The Mirror"/"Lie", s'enchaînant avec les deux suivantes dans une longue évolution d'une demi-heure ; enfin l'épilogue "Space-Dye Vest".

La plus grande qualité d'Awake est son intégrité. DREAM THEATER reste prog et vivant, mais plus sérieux qu'à l'accoutumée, et surtout soucieux d'être lui-même. C'est vraiment un moment de transition où il met de côté ses anciennes influences sauf RUSH, avant qu'il ne joue à être un mélange de PINK FLOYD et de METALLICA. Seule compte ici l'écriture musicale, la virtuosité certes, mais au service de séquences instrumentales enchevêtrées. Du prog d'action comme chez RUSH, où la couleur romantique qu'on pouvait percevoir tout au long d'Images and Words est mise un peu de côté, sauf sur la jolie ballade "The Silent Man", sans doute calquée sur GENESIS et YES. Notons aussi un petit côté metal fusion, surtout sur l'excellente introduction "6:00" dont le texte signé Moore doit être compris comme une annonce et une justification de son départ.

La durée de l'album est donc un problème. Est-ce une bonne idée de remplir un CD à ras-bord ? Rien n'est moins sûr, surtout quand le contenu est d'un style homogène mais d'une qualité inégale. Dans le début de l'album, "Innocence Faded" est un peu anecdotique et James LaBrie pousse trop sa voix. C'est cependant vers la fin qu'on tombe dans la redondance : "Lifting Shadows off a Dream" et la longue "Scarred" sont bonnes mais moins marquantes que ce qui précède. Quant au final "Space-Dye Vest", il a ses défenseurs, mais il faut bien remarquer qu'il souffre de son âge. Une dernière fois, les claviers de Moore s'y révèlent peu convaincants, peut-être a-t-il eu raison de partir.

Parlons de la suite "A Mind Beside Itself". Longue d'environ 17 minutes, elle est assez audacieuse, enchaînant l'instrumental "Erotomania" (clin d’œil à la thématique sexuelle de Counterparts ?), la complexe "Voices" et la ballade "The Silent Man" dont la mélodie est annoncée dans l'instrumental. Les trois parties se réfèrent à des problèmes psychologiques, c'est fort intéressant. Du côté le plus metal du disque, on trouve "The Mirror" et son staccato bien gras. Il paraît que le bassiste John Myung avait envie d'être bien audible à l'époque, une autre cause de la nature sombre du disque. Cette chanson traite de l'alcoolisme, une problématique que Mike Portnoy développera encore beaucoup par la suite. Sa contrepartie "Lie" est sans doute le clou de l'album, à la fois accrocheuse et musclée, un bon choix comme single tout comme la percutante "Caught In a Web".

Awake est un peu l'album de la 'maturité précoce' de DREAM THEATER, presque un rite initiatique. Images and Words n'était sans doute qu'un mirage, un disque finalement très prog classique, un peu trop facile, ce qui explique son grand succès. C'est vraiment avec Awake qu'il a commencé à trouver sa vraie voie, une voie grandiloquente, parfois agaçante mais souvent jouissive, une voie risquée également, qui n'a pas manqué de lui attirer des railleries. En se remettant dans le contexte de 1994, c'était une prise de position artistique culottée. Vingt ans plus tard, force est de constater qu'il tient encore bien la route. Alors, son meilleur album ou pas ? Ce n'est pas mon préféré mais je le pense, du moins est-il certainement le plus important.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ARP2600 :


YES
Talk (1994)
Yes adopte un son plus lourd. Plutôt réussi

(+ 1 kro-express)



Peter HAMMILL
The Silent Corner And The Empty Stage (1974)
Un incontournable de l'art rock.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- James Labrie (chant)
- Kevin Moore (claviers)
- John Myung (basse)
- John Petrucci (guitare)
- Mike Portnoy (batterie)


1. 6:00
2. Caught In A Web
3. Innocence Faded
- a Mind Beside Itself
4. I. Erotomania
5. Ii. Voices
6. Iii. The Silent Man
7. The Mirror
8. Lie
9. Lifting Shadows Off A Dream
10. Scarred
11. Space-dye Vest



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod