Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1989 When Dream & Day Unit...
1992 Images And Words
1993 Live At The Marquee
1994 Awake
1995 A Change Of Seasons
1997 Falling Into Infinity
1998 Once In A Livetime
1999 Metropolis Part Ii : ...
2000 Through Her Eyes
2001 Metropolis 2000 : Scenes...
  Live Scenes From New-yor...
2002 Six Degrees Of Inner ...
2003 Train Of Thought
2004 Live At Budokan
  Live In Tokyo & 5 Years ...
  Master Of Puppets
2005 Octavarium
  The Number Of The Beast
2006 Score
  Score
2007 Systematic Chaos
2008 Chaos In Motion 2007-200...
2009 Black Clouds & Silver...
2011 A Dramatic Turn Of Ev...
2013 Dream Theater
2016 The Astonishing
2019 Distance Over Time
 

- Style : Chroma Key
- Style + Membre : Liquid Tension Experiment, Jordan Rudess

DREAM THEATER - Dream Theater (2013)
Par ARP2600 le 20 Mars 2019          Consultée 380 fois

Voyez-vous ça, DREAM THEATER nous fait le coup de l’album sans titre tardif. Sorti en 2013, c’est leur douzième (tiens, comme pour GENESIS, curieux). On peut sans trop risquer de se tromper parier pour la tentative de nouveau départ. Ils ont dit qu’ils voulaient donner une nouvelle référence aux fans, montrer quelle était leur identité, etc. blabla… pas un discours très différent que pour le précédent, A Dramatic Turn of Events, qui était le premier sans Mike Portnoy. Cela me semble être un aveu d’échec de ce disque-là, mais passons.

La petite différence est l’intégration définitive de Mike Mangini à son poste de batteur. Ici, il a participé aux arrangements et vraiment conçu ses parties rythmiques. Il est vrai qu’il avait peu de personnalité sur Dramatic. Sinon, pour un nouveau départ, on ne peut pas dire qu’il soit très original, ce douzième album. Il lorgne même un peu beaucoup sur RUSH. Je veux dire, c’est déjà une de leurs influences principales depuis le début, mais ici, certains passages sont très ressemblants, c’est d’une évidence totale quand on connaît le groupe canadien. Même les titres de chansons font penser à RUSH (des trucs comme « The Enemy Inside » ou « The Bigger Picture » sont bien dans le style de ce cher Neil Peart par exemple).

Seulement voilà, votre serviteur est tellement fan de RUSH qu’une telle ressemblance s’avère plaisante. On est parfois à la limite du plagiat mais la maîtrise de DREAM THEATER lui permet de soutenir la comparaison avec ses maîtres. Cela n’a pas été évident à la première écoute, du moins pas jusqu’au bout de l’album, mais oui, j’ai fini par bien y accrocher. L’ensemble est un peu inégal, et parfois un peu lourd, parfois bricolé, mais il y a aussi de chouettes passages un peu partout là-dedans.

On peut aussi constater que les huit premiers titres sont plus courts que l’habitude de D.T., en moyenne 6 minutes et aucun plus long que 8. C’est un exercice qu’ils se sont imposé, et qui nous rapproche là encore de la durée standard d’une chanson de RUSH. On termine tout de même par une longue suite de 22 minutes, mais même comme ça, c’est loin d’être leur plus long disque. Conformément à la pochette, l’ambiance du disque est assez sombre, les morceaux assez nerveux, la basse bien présente et les synthés en retrait par rapport à Dramatic, tout est aussi moins fouillis.

Le premier tiers me semble être le meilleur. La « False awakening suite » est un genre de mini-Villa Strangiato, que le groupe a conçu comme une intro de concert, courte et délirante. « The Enemy Inside » est le single principal et manifestement la chanson la plus inspirée de l’ère post-Portnoy, elle ronfle bien, c’est ce que j’attends de ce groupe. Ensuite, « The Looking Glass » et « Enigma Machine » ne lorgnent pas à moitié sur Moving Pictures, mais elles sont sympa, surtout l’instrumental bien virtuose. Dans le second tiers, un peu plus ampoulé, c’est surtout « Surrender to reason » qui se détache, voire « Behind the Veil », une histoire d’enlèvement d’enfant. Quant à la grande suite « Illumination Theory », il ne faut pas crier au chef-d’œuvre, mais elle a ses bons moments, surtout ce gros riff au début et vers les minutes 14/15… à noter qu’ils ont même été jusqu’à copier « The Necromancer » de RUSH à la minute 11.

Voilà, je pense qu’il faut comprendre que leur manière de prendre un nouveau départ est avant tout de s’amuser, sans forcément chercher à se casser la tête à composer de l’ambitieux. L’influence de RUSH est trop présente, oui, mais cela leur permet de se lâcher un peu, et ces gars-là n’ont jamais été meilleurs que quand ils s’amusent avec la musique qu’ils aiment. Je donne donc ma bénédiction à cet album sans titre, le seul qu’on peut considérer comme réussi depuis le départ de Mike Portnoy.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ARP2600 :


YES
Yes (1969)
Au commencement du prog, il y avait déjà yes.

(+ 1 kro-express)



RUSH
Hemispheres (1978)
Second rush prog


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- James Labrie (chant)
- Mike Mangini (batterie)
- John Myung (basse)
- John Petrucci (guitare)
- Jordan Rudess (claviers)


1. False Awakening Suite
2. The Enemy Inside
3. The Looking Glass
4. Enigma Machine
5. The Bigger Picture
6. Behind The Veil
7. Surrender To Reason
8. Along For The Ride
9. Illumination Theory



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod