Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Maxime Le Forestier , Julien Clerc
- Style + Membre : Laurent Voulzy

Alain SOUCHON - Rame (1980)
Par MARCO STIVELL le 12 Février 2016          Consultée 2962 fois

Au tournant d'une décennie de plus en plus faste, Alain SOUCHON est fort d'un épanouissement artistique qu'il doit beaucoup à la présence de Laurent VOULZY, son éternel complice, mais aussi bien sûr d'abord à lui-même. C'est son nom qui est affiché sur la façade du mythique Olympia où il fait ses premiers pas en 79.

C'est aussi lui qu'après François Truffaut deux ans plus tôt pour une collaboration musicale, on demande devant les caméras, Claude Berri en particulier. SOUCHON joue aux côtés de Serge GAINSBOURG et Catherine Deneuve dans Je Vous Aime, plus tard ce sera aux côtés d'Isabelle Adjani (Tout Feu Tout Flamme, L'été Meurtrier)... De quoi lui inspirer le texte de "Manivelle".

Il n'est pas très étonnant de voir son activité discographique se ralentir peu à peu. D'autant plus que Laurent VOULZY vient de sortir son premier album et voit sa propre carrière s'envoler enfin. Pourtant, Rame, leur sixième album en commun (si l'on compte Le Coeur Grenadine) et cinquième au nom de SOUCHON, s'affirme comme une promesse de complicité éternelle.

On débute une nouvelle décennie, mais les deux amis ne tiennent point à délaisser leurs goûts d'un autre temps. Rame propose un son certes nouveau, moins sec que les disques précédents, au contraire réverbéré et clair. Malgré quelques titres rock parsemés de guitares grinçantes et mélodiques made in VOULZY, il se fait plus homogène que Toto, 30 Ans... et plus folk.

Une impression de sérénité se dégage sur cet ensemble de chansons pourtant encore hanté par les désillusions, de quoi faire un lien direct avec l'album de 78. Le premier titre "On S'aime Pas" reste l'un des meilleurs de SOUCHON, porté par un rythme blues et un riff cinglant. Le texte est carrément acide, brûle les yeux du grand enfant qui découvre véritablement le monde. Amour ? Solidarité ? Mon oeil ! Rien à foutre de toi. "Tu vois pas qu'on s'aime pas ?"...

L'enfant lutte cependant, le rouquin rêveur-sensible est soucieux de rester en vie sans se laisser dévorer par ce monde impitoyable ("J'veux pas faire carrière dans l'vulgaire, dans l'matériel, dans l'pépère" sur "Tout Me Fait Peur"). Le "Petit" tombe malade, souffre de la réalité au constat de l'amour perdu, une nouvelle fois. C'est un des plus beaux efforts de SOUCHON en la matière, sur fond de basse, de piano et de synthés brumeux. Plus loin, "Aurore" reprend la même ambiance avec cette forme de poésie hantée, un chant splendide et autant de force. Splendeur impressionniste.

La noirceur de 78 est finalement contrebalancée par une certaine légèreté, de l'humour comme sur le délirant "Marchand de Sirop", sorte de tarentelle rock qui parodie l'industrie musicale avec même une parenthèse crooner bien chargée... Excellent ! L'hommage à Jonasz amène un peu plus de sérénité, en conviant le principal intéressé et en offrant un clin d'oeil subtil à sa musique. On ne peut pas faire plus éloigné du "Bagad de Lann-Bihoué" !

C'est à cette époque que SOUCHON révèle proprement sa marque de fabrique, réutilisée à loisir dans les chansons parues ensuite. Il utilise des noms propres contemporains, souvent d'artistes, et les glisse dans des effets d'énumération. Un verbiage qui peut facilement dérouter, "étouffer" les chansons et ne pas faire l'unanimité. Outre Jonasz, on entend ici le nom de Gérard Depardieu.

Difficile toutefois de reprocher quoi que ce soit au titre "Rame", classique qui donne justement son nom à l'album, un hommage modeste à "Hey Jude", volontaire ou non (on ne sait jamais, avec VOULZY !). De la poésie à l'air pur, transcendée par la tournure en canon du refrain final, même si les voix sonnent décidément très variété. Elle s'inscrit dans un milieu d'album folk très bienvenu : "Tout Me Fait Peur" nous avait déjà enchanté avec ses mandolines et son caractère ensoleillé.

Sans parler de chef-d'oeuvre, on peut parler ici d'un très bon disque, moins expérimental que ses prédécesseurs sur le plan musical et plus serein, à l'image de sa pochette ; plein de mots qui font mouche et marquent durablement.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


BARBARA
Madame (1970)
Barbara psychédélique et conceptuelle




Axelle RED
Sans Plus Attendre (1993)
Première réussite de l'artiste belge


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. On S'aime Pas
2. Jonasz (avec Michel Jonasz)
3. Marchand De Sirop
4. Petit
5. Tout Me Fait Peur
6. Rame
7. On S'ennuie
8. Aurore
9. Manivelle
10. Courrier



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod