Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Maxime Le Forestier , Julien Clerc
- Style + Membre : Laurent Voulzy

Alain SOUCHON - J'ai Dix Ans (1974)
Par MARCO STIVELL le 24 Mai 2015          Consultée 2908 fois

Alain SOUCHON, l'un des nombreux enfants d'une famille recomposée d'origine franco-suisse, vient en cet an de grâce 1974 donner un souffle nouveau et salutaire à la chanson française. Ce garçon réservé, à la sensibilité féminine palpable a, si l'on peut dire, vivoté jusque-là, parti d'études inachevées en horlogerie, pour s'installer à Londres puis Paris et s'entretenir par de petits boulots.

Le moment décisif reste sa rencontre avec Laurent VOULZY, directeur musical à peine moins âgé que lui, qui deviendra son ami et plus proche collaborateur. Il faut, pour cela, remercier Bob Socquet, agent chez RCA, qui signe le "pas si jeune" Alain (il fête alors ses 30 ans !) et qui juge l'aspect musical de ce dernier un peu trop limité.

Dès lors, c'est décidé, SOUCHON, pourtant pas à la rue en terme de composition, posera ses textes sur les orchestrations de VOULZY, qui lui prêtera aussi parfois ses accords ; plus tard, Alain lui renverra la balle avec ses mots. Mots qu'il adapte aux musiques du Guadeloupéen avec plus ou moins de facilité, tant celui-ci se place à part dans la chanson française grâce à son écriture pop finement ciselée.

Toutefois, pour l'heure, l'aspect rythmique des paroles de SOUCHON n'est encore guère trop développé. Le premier album paru chez RCA en 1974, s'appelle Petite Annonce, mais cette formule sera revue quelques années plus tard au profit du titre de la seule chanson emblématique qu'il contient.

"J'ai Dix Ans", sur une musique d'un VOULZY très inspiré par Paul McCARTNEY (c'en est presque indécent, mais quelle réussite ! Quel groove !), déploie les expressions relâchées, révèle déjà le côté enfantin des textes de SOUCHON. Une ritournelle polissonne de la part d'un "petit grand garçon de 30 ans", d'une classe folle. À elle toute seule, la dernière phrase du refrain, "Si Tu M'crois pas, hé ! T'ar ta gueule à la récré" s'ancre en tête tant par son discours que ses phonèmes.

Il va sans dire que si l'on parle de "J'ai Dix Ans" comme seule chanson véritablement marquante pour tout un album, c'est que soit elle se distingue en termes de qualité, soit de style. Le style suffit, car en vérité, cet album est bon, plus agréable et moyennement bon que réellement mémorable, ce qui n'est déjà pas mal ! À l'origine, il avait la forme d'un EP, six titres dont la courte ballade hippie inachevée, "T'aurais dû venir", et certaines chansons ont dû être rajoutées pour faire un LP.

Ce sont d'ailleurs les plus communes, à commencer par "Les Paquebots", "Le Château" et "Les Oiseaux". Les mots et les mélodies, pourtant jolis, sonnent très consensuels, la fragilité elle aussi naturelle de SOUCHON n'est pas encore retranscrite de la meilleure façon. On peut en dire autant des arrangements de VOULZY, des effets phaser et réverbération sur les cordes et vents aussi sucrés que les choeurs féminins. Rien de désagréable, juste un ensemble trop propre à la variété d'alors, quelque chose de prévisible.

Les textes parlent beaucoup de femmes, avec ce côté fleur bleue autant nostalgique qu'idyllique dans un style peu personnel, même si "Londres Sur Tamise" évoque le passé du chanteur, lorsqu'il y vivait et faisait connaître les chansons de Georges BRASSENS aux Anglais. Cependant, si l'on prend le cas de "L'amour 1830", que SOUCHON avait écrit pour Frédéric FRANCOIS et qui lui a permis de remporter un Prix de la critique, on y perçoit mieux qu'ailleurs une touche rétro employée encore largement par la suite ("On Avance", "Les Filles Electriques", pour ne citer qu'elles...).

L'autre marque de fabrique de SOUCHON, déjà présente et opposée à cette touche littéraire romantique, c'est l'emploi de noms propres et références contemporaines, même si pour le moment il ne s'agit que de ses goûts musicaux, les ROLLING STONES et... Paul McCARTNEY ! C'est ce qui fait le charme de ce premier disque, ainsi que la voix rassurante d'un futur grand camarade. À écouter par curiosité.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Gilles SERVAT
Hommage à René Guy Cadou (1980)
Poèmes en musique




DOROTHEE
Qu'il Est Bete (1984)
Pas si bête que cela


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Petite Annonce
2. Les Paquebots
3. La Fille Du Brouillard
4. Partir
5. C'était Un Soir
6. J'ai Dix Ans
7. Le Château
8. L'amour 1830
9. Les Oiseaux
10. Londres Sur Tamise
11. T'aurais Dû Venir



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod