Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Maxime Le Forestier , Julien Clerc
- Style + Membre : Laurent Voulzy

Alain SOUCHON - Souchon Dans L'air (vol. 2) (2018)
Par MARCO STIVELL le 30 Avril 2018          Consultée 595 fois

Bienvenue à BoboLand ! Chers producteurs et artistes, quand BRIGITTE chantait "Allo Maman Bobo" à la fin du premier volume de Souchon Dans l'Air, c'étaient des paroles pleines de blessures morales et affectives comme un enfant parle de blessures de jeu ou de simple maladresse, non pas un appel-demande à des douleurs auditives que vous causez vous-mêmes !

Tout commence pourtant bien avec KATERINE qui reste dans son pré carré avec "Jamais Content", son texte aussi incisif qu'enfantin, ses "nia nia nia" de cour d'école. Des gamineries comme ça, c'est pour lui, et du coup, ça sonne très électro mais pas suffisamment pour nous "tout dégoûter". On craint au début qu'il passe sur la trouvaille de VOULZY, le riff de guitare génial, mais non, il arrive un peu plus tard, de façon moins obsessionnelle. C'est bien fait, c'est dans le ton du morceau en plus moderne ; merci KATERINE, on va pas "tare ta gueule à la récré" !

Maxime LE FORESTIER propose encore une très belle reprise de "L'amour en Fuite", tirée de l'album Toto 30 Ans..., contribution de SOUCHON et VOULZY pour le film du même nom de François Truffaut en 1978, accolée à la partition de Georges DELERUE. Pensée pour Erwin et Aigle Blanc, amateurs de Marie-France Pisier ! On retrouve les éléments latino-bossa chers au guitariste, subtilement distillés à travers une chanson très belle, ponctuée d'une guitare contemplative. Jusque là, tout va bien !

Après en revanche, ça se gâte, parce que beaucoup d'artistes ont cru pouvoir rester dans l'univers de SOUCHON en mettant seulement les sons au goût du jour, une production actuelle tout sauf chaleureuse, sans aller aussi que loin que KATERINE dans l'électro. Et alors là, mes amis, c'est de la bobo parisienne attitude dans ce qu'elle a de plus formel !

Mathieu BOOGAERTS, nouveau pilier des albums-hommages lorsque BIOLAY n'est pas dans le coin, et tout un chapelet d'artistes qui se suivent depuis ARTHUR H pour arriver à Yael NAIM en passant par les fistons du roux Alain eux-mêmes, se contentent de vouloir transposer le doux SOUCHON, le gentil SOUCHON à leur propre univers, linéaire au possible quand tous se suivent.

Claviers "ambient", programmations légères, piano occasionnel, et des chanteurs très... contestables. Voilà le programme. Dès que VIANNEY ouvre la bouche, ça énerve, on parle pourtant de "Rive Gauche", un des chefs-d'oeuvre de SOUCHON (chanson comme l'album duquel elle est extraite) ! La voix est en outre beaucoup trop en avant par rapport aux arrangements. Celle de DELERM sur "On Se Cache des Choses", excellent choix de l'album Ultra Moderne Solitude (l'autre grand-oeuvre de la Souche en 1988), est au contraire trop en retrait, mais l'ensemble paraît bien indigent de toute façon.

Une autre voix qui fait naître des convulsions névrotiques, c'est celle de Gaëtan ROUSSEL sur "S'Asseoir Par Terre" (album Bidon, 1976), et on n'en dira pas plus. Tant de merveilles gâchées, heureusement juste le temps de cet album, car les originaux n'ont rien à craindre. Pareil pour "J'Veux du Cuir", pardon, "J'veau dou Kouir", livré avec force bobo-dandy-attitude-glamour-paris-so-chic par INFINITE BISOUS, accent français très approximatif garanti. On dirait une représentation musicale du pire cauchemar que l'on pourrait imaginer pendant un strip-tease...

"On S'aime Pas" version électro dandy est très passe-partout, "La P'tit Bill" tellement contagieuse que nous aussi on est malade, et "Foule Sentimentale" finit de nous achever par une lancinance et une médiocrité teintée de propos dépressif, que même les derniers albums de SOUCHON seul (ses moins bons) n'ont pas réussi à atteindre. Il y a d'autres artistes féminines, Bleu merci !

La chanson de CAMILLE dédiée à l'artiste, voix et piano uniquement, reste sympa, eu égard de sa personnalité qui peut être clairement plus déroutante. Keren ANN est fidèle à elle-même sur "Somerset Maugham", bien feutré ; L (malgré son nom d'artiste très pratique, vous en conviendrez) s'en sort mieux que beaucoup d'autres ici, avec sa jolie voix pure et ses sons oniriques, très seyants pour "La Beauté d'Ava Gardner".

Le plus réussi des disques de SOUCHON, celui de 88, aura ainsi vraiment été mis à l'honneur sur ce double hommage, c'est l'un des points les plus forts qu'on peut en garder. On ajoute KATERINE, LE FORESTIER et un ou deux autres, mais globalement, ce deuxième volume reste bien facile et tout aussi décevant, après la bonne surprise du premier.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Les MUSICIENS DU LYCéE MILLET
2008-09 (2009)
Ray vaughan, emilie simon, gospel et genesis




Coralie CLEMENT
Salle Des Pas Perdus (2001)
Un premier album prometteur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Jamais Content (katerine)
2. L'amour En Fuite (maxime Le Forestier)
3. J'étais Pas Là (mathieu Boogaerts)
4. On S'aime Pas (adrien Gallo, Stan Neff)
5. Somerset Maugham (keren Ann)
6. La Beauté D'ava Gardner (l)
7. Tailler La Zone (arthur H)
8. Le Dégoût (albin De La Simone)
9. J'veux Du Cuir (infinite Bisous)
10. Rive Gauche (vianney)
11. On Se Cache Des Choses (vincent Delerm)
12. S'asseoir Par Terre (gaëtan Roussel)
13. On Avance (alex Beaupain)
14. La P'tite Bill, Elle Est Malade (ours, Pierre Souc
15. Souchon Sous La Pluie (camille)
16. Foule Sentimentale (yael Naim)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod