Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



PULP - This Is Hardcore (1998)
Par WALTERSMOKE le 19 Avril 2016          Consultée 1828 fois

On doit pouvoir acter la fin de la britpop en 1997. Cette année-là, OASIS fait un flop commercial avec Be Here Now, tandis que Damon Albarn, la tête pensante de BLUR, sent le vent tourner et propose un album éponyme qui marque le pas par rapport aux deux précédents albums. Bien vite, les autres formations comprennent qu'une ère se ferme et qu'elles ont intérêt à changer de crémerie pour éviter un sort semblable au rock progressif, par exemple. Même son de cloche chez les voisins de RADIOHEAD qui opèrent un changement radical via leur culte OK Computer.

PULP ne fait pas exception à la règle. Après avoir confortablement raflé la mise avec Different Class, le groupe mené par Jarvis Cocker profite de sa popularité, enchaîne les concerts, et puis se met à plancher sur un éventuel successeur. Une formalité qui devient une corvée à cause du poids de la célébrité que les membres du groupe, et en particulier Jarvis, ont bien du mal à supporter. Le chanteur connaît des déboires avec la drogue (classique) et côté amours, il se retrouve dans la peau du looser qu'il incarnait jusque là dans ses chansons (classique). Ajoutez à cela le départ du guitariste Russell Senior, agacé par des différends artistiques, et vous avez une idée de l'ambiance de ouf qui règne en studio.

Mais PULP reste plutôt actif et sort en 1998 This is Hardcore, son sixième album studio. À cette occasion, le groupe prend donc le pas sur la britpop et passe à une autre forme de rock qui se fait surtout remarquer par son côté clairement plus sombre qu'à l'accoutumée. En effet, derrière sa pochette qui n'a pas manqué de faire débat, This is Hardcore est un album cathartique qui se fait l'écho des épreuves traversées. Des titres comme "Glory Days", "This is Hardcore" ou même "Party Hard" ont le mérite d'être explicites d'emblée. Que ceux qui s'intéressent bien fort aux paroles s'accrochent, le voyage risque d'être corsé.

Musicalement, This is Hardcore est une franche réussite. Si PULP exprime sa douleur et ses peines, ce n'est pas en s'aidant d'une musique pleurnicharde et inutile qu'il y parvient. Oh que non, chacun y met du sien pour un rock direct. Il n'y a qu'à écouter "The Fear" : il faut remonter à Freaks (1987) pour avoir un morceau aussi franc du collier dès le début, et l'emphase dramatique notamment soutenue par les choeurs en fait une ouverture qui laisse des traces. Côté singles, PULP ne ménage pas son public avec des morceaux aussi percutants que "Help the Aged" et "This is Hardcore". Si les paroles du premier semblent un peu classiques, elles n'en restent pas moins intelligentes pour autant, et montrent un Jarvis qui surprend au refrain, ce qui suffit à en faire une grande chanson, et le tout sonne toujours comme du PULP. Le morceau éponyme de l'album, pour sa part, instille un malaise précieux (merci les arrangements de cordes) lorsque Jarvis parle de sexe. Le phénomène d'attraction-répulsion marche à merveille, grâce à une écriture quasi-collective intelligente. "Party Hard" est la chanson la plus dynamique du lot (avec "I'm The Man", addictive), et si sa structure ne sonne pas très originale, la guitare de Mark Webber y fait des merveilles, et l'introduction de vocoders n'est en rien dérangeante. Idem dans "Seductive Barry", la chanson la plus sexy de l'album. Son seul défaut, cependant, étant sa durée un poil excessive – 8 minutes.

D'ailleurs, en parlant de défauts, This is Hardcore en est faiblement pourvu, mais en contient suffisamment pour ne pas être aussi homogène que His 'n' Hers et Different Class. "A Little Soul" est la chanson la plus américaine de PULP et aussi la plus chiante tant elle suinte la variétoche US bas de gamme. Quant à "The Day After the Revolution"... si la chanson en elle-même est réussie, elle n'a d'intérêt que pendant le premier tiers des 15 minutes qu'elle affiche, puisque pendant 10 minutes Candida Doyle bloque son doigt sur l'un de ses synthés. Super.

This is Hardcore reste cependant un opus de qualité, et si son caractère plus sombre, torturé, limite son succès commercial, cela n'empêche pas PULP d'atteindre une nouvelle fois la tête des charts anglais. Comme tant d'autres grands noms de la désormais défunte britpop, PULP reste encore populaire et vendeur, aussi bien chez le public que les critiques. Encore pour longtemps ?

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


Robert FRIPP
The League Of Gentlemen (1981)
Retour au rock




Michael ROTHER
Traumreise (1987)
Vainqueur par défaut


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jarvis Cockers (chant, guitare, claviers)
- Candida Doyle (claviers)
- Mark Webber (guitares)
- Steve Mackey (basse)
- Nick Banks (batterie)
- +
- Anne Dudley (piano, arrangements)
- Chris Thomas (piano)
- Neneh Cherry (chant sur 9)
- Mandy Bell (choeurs sur 1 et 9)
- Carol Kenyon (choeurs sur 1 et 9)
- Jackie Rawe (choeurs sur 1 et 9)


1. The Fear
2. Dishes
3. Party Hard
4. Help The Aged
5. This Is Hardcore
6. Tv Movie
7. A Little Soul
8. I'm The Man
9. Seductive Barry
10. Sylvia
11. Glory Days
12. The Day After The Revolution



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod