Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 ...>...>>... 799
Comment poster un commentaire ?


VAN DER GRAAF GENERATOR
PAWN HEARTS


Le 06 Juillet 2011 par YAN LE COADOU

Immense groupe d'une incroyable virtuosité mené par un chanteur exceptionnel en la personne de Peter Hammill qui a produit de très bonnes choses en solo. Musique chargée de beaucoup de poésie et d'émotions pour le souvenir que j'en ai conservé des années 70.





MC5
BACK IN THE USA


Le 06 Juillet 2011 par ARNOLDLAYNE


Quelle claque que ce disque ! Et que cette chronique, aussi, franchement injuste avec ce disque phénoménal, malgré une production très médiocre et plate...





VAN DER GRAAF GENERATOR
PAWN HEARTS


Le 06 Juillet 2011 par MR AKOTéDSèPOMP


Impeccable album, c'est leur Close To The Edge, leur Thick As A Brick, bref leur meilleure pièce concernant le rock progressif (leur rock progressif devrais-je dire car, à ces années d'apogée pour le style, chaque groupe faisait un rock progressif personnel, pas un groupe copiait l'autre, sauf peut être les myriades de petits groupes oublié aujourd'hui, ayant produit les mêmes années mais dont même ceux ayant connu l'époque ne se rappellent plus.





ANGE
CARICATURES


Le 05 Juillet 2011 par YANN 77


Album que j'aime vraiment beaucoup, que j'écoute régulièrement (même si je zappe les deux "biafra" en général...) et qui laisse augurer d'un beau futur pour le groupe !

Note de 3,5 sur 5, je ne peux pas lui mettre 4, par respect des futurs chefs-d'oeuvre qui vont arriver !





TANGERINE DREAM
ZEIT


Le 04 Juillet 2011 par PEFO


J'ai jamais accroché à la période avant Phaedra. De Electronic Meditation à Atem, on ne retrouve pas la même magie qu'il y avait, et cette musicalité plannante (et non sombre, stressante, limite angoissante de ses débuts).





Paul MCCARTNEY
RAM


Le 04 Juillet 2011 par LEO


Si le premier album solo de McCartney se résumait en gros à 3 bons morceaux (le reste est assurément insignifiant), ce "Ram" co-crédité à Paul et Linda McCartney (pour des raisons de droits d'auteur et autre cuisine interne) est d'une toute autre teneur, pourtant la nonchalance est toujours là et on ne peut pas dire que la structure des morceaux ou leurs arrangements soient particulièrement exceptionnels, tout ça est plutôt très léger ! Mais c'est sans doute cette légèreté et cette facilité mélodique qui étonne et fascine chez Paulo !

On commence en fanfare avec 'Too Many People' (contrairement à A.T.N. je trouve le morceau parfait comme entrée en matière), suivi du bluesy '3 Legs' et du champêtre et insouciant 'Ram On' sur lequel Paul jour du ukulele.
Sur le magnifique et (Brian) Wilsonien en diable 'Dear Boy' figurent les choeurs entrelacés de Paul et Linda (qui contrairement au jugement définitif de certains, montrait que cette dernière pouvait parfaitement assurer au niveau des vocaux !).
Beaucoup d'admirateurs de McCartney apprécient 'Uncle Albert/Admiral Halsey' en règle générale mais je ne suis pas de ceux-là, même si je reconnais que ce morceau est éminemment sympathique mais sans plus...!
Je préfère nettement le plus rock 'Smile Away' ou le bucolique 'Heart Of The Country'.
Par contre je ne partage pas l'enthousiasme d'A.T.N. pour ce qui est de l'étrange 'Monkberry Moon Delight' ou l'on ne reconnaît pas du tout la voix de Paul ! (c'est le morceau que j'aime le moins sur l'album).
'Eat At Home' est un p'tit rock sans prétention mais néanmoins agréable.
Par contre, la ballade 'Long Haired' Lady' est aussi longue qu'elle est inintéressante !
Etrangement, l'acoustique 'Ram' revient durant quelques secondes avec quelques mesures de ce qui deviendra le morceau 'Big Barn Bed' sur l'album 'Red Rose Speedway' 2 ans plus tard !
L'album se referme sur le morceau à tiroir 'The Back Seat Of My Car' (fait de plusieurs thèmes), que je ne trouve pas exceptionnel mais pas désagréable non plus ! Une fin un peu en dents de scie....
La réédition CD permet de retrouver le mélodique et sympathique 'Another Day' et sa face B, le plus rock 'Oh Woman, Oh Why' sortis en single juste avant l'album.

"Ram" n'est pas un album parfait mais il est fortement attachant et c'est l'un des albums de McCartney que l'on vient à remettre régulièrement sur sa platine.





WISHBONE ASH
WISHBONE ASH


Le 04 Juillet 2011 par DARK SCHNEIDER


Hummm, je ne vois pas pourquoi cet album est qualifié de Rock Progressif ? Il n'a strictement rien de prog. Et WISHBONE ASH ne sera jamais un groupe de rock prog, ou alors juste par de très légères touches (DEEP PURPLE par exemple, est nettement plus prog).

Sinon, ce premier album a pour lui la fougue de la jeunesse! Une musique pas des plus originale si ce n'est la présence des 2 gratteux jouant parfois en harmonie. Un chanteur à la voix plutôt posé mais assez classe. Beaucoup de soli de qualité. Pour ce qui est des morceaux, ça commence de façon classique mais efficace : "Blind eye" et "Lady whiskey" n'ont franchement rien d'exceptionnel mais on sent déjà que le groupe a du potentiel. "Errors of my way" est beaucoup plus intéressante : sous ses airs folk, on a surtout affaire à un titre moyen-âgeux superbe, avec harmonie vocale à la clé, l'on reconnait là les prémisses du génial Argus!
"Queen of torture" est un titre détonnant, avec une intro à mon avis largement pompé par Ritchie Blackmore pour son "Kill the king", et oui rien que ça!
Et puis il y'a "Phoenix"...et là je me demande qui a copié sur qui d'entre WISHBONE ASH et DEEP PURPLE?? Car impossible de ne pas penser à "Child in time" sur ce titre, dont une partie instrumentale est reprise à l'identique! Bon, le titre de Purple est plus flamboyant et épique, mais celui du ASH est également excellent...et vu les antécédents de la bande à Gillan et Ritchie, je pense plutôt que c'est eux qui ont "emprunté" le fameux final du soli de Blackmore a WISHBONE ASH.
Seul "Handy" me parait un peu faible, long jam bien typique de l'époque, avec des touches Space Rock annonciatrices des bizarreries du second opus du ASH (Pilgrimage, que je n'apprécie que moyennement)...l'intérêt me semble faible et l'on s'y ennuie assez vite.

Quoiqu'il en soit, ce premier opus de WISHBONE ASH est fort appréciable, un album qui me parait indispensable pour tous les amateurs de rock 70's au sens large!





STATUS QUO
QUID PRO QUO


Le 03 Juillet 2011 par GLAD


Oui, Status Quo fait toujours la même musique et ils le font de mieux en mieux depuis quelques années. Cet album est une fontaine de jouvence, et je confirme : allez applaudir le groupe sur scène, vous en sortirez... heureux, tout simplement !





Nolwenn LEROY
BRETONNE


Le 03 Juillet 2011 par TERRY


Ben moi, perso, je ne suis pas fan de musique celtique (en fait, je ne connais pas trop), et j'ai plutôt bien aimé cet album (si on m'avait dit, un jour, que j'achèterais et aimerais un album de Nolwenn Leroy ou de quiconque autre rescapé de la' St-arNac', j'aurais rigolé...). Une sorte de disque vulgarisateur pour découvrir cette musique, les chansons sont belles, c'est vraiment bien foutu !





Nolwenn LEROY
BRETONNE


Le 03 Juillet 2011 par MILLINA


Sachant que je suis fan de musique celtique, on m'a prêté l'album de Nolwenn Leroy. Je l'avoue, lorsque j'ai entendu parler de l'album avant la sortie, j'étais sceptique, mais assez curieuse d'entendre le résultat final. Je ne suis partie d'aucun a priori sur ses antécédents Star Ac' et variétés pour juger l'album. A l'écoute de Bretonne, je n'ai guère été séduite...
Je crois que le qualificatif qui correspond le mieux à ce disque (de mon point de vue bien sûr) est "en dents de scie". En effet, je trouve qu'on alterne entre des reprises "sympas mais sans plus" (Tri martolod, La jument de Michao, Suite Sudarmoricaine, Ma Bretagne quand elle pleut, Le Bagad de Lann-Bihoué), des morceaux très ennuyeux (Greensleeves, Karantez Vro, Je ne serai jamais ta Parisienne...) et deux purs massacres (je le dis franchement) avec Les Prisons de Nantes et Le Bro gozh ma zadou. Au final, seules deux reprises sont au-dessus du lot: Mna Na H Eireann, superbe traditionnel irlandais envoûtant, et Brest de Miossec. A la base, je ne connaissais pas la chanson Brest, et j'ai été très agréablement surprise.
Vous l'aurez compris en lisant mes impressions, ça fait trop de déceptions pour être convaincue par ce que j'entends et adhérer à l'album. Et de plus, je trouve ses reprises des deux plus gros tubes des Tri Yann (dont je suis une grande fan) terriblement fades. Ce n'est pas le fait d'avoir fait ces reprises qui me choque (la tradition appartient à tout le monde, elle a le droit de piocher dedans), c'est que j'ai un gros doute, un très (très) gros doute sur la sincérité de sa démarche...
Bien sûr, ce n'est que mon avis personnel. Vous pouvez très bien en avoir un autre! Les chroniques et commentaires de votre site semble être faits dans le respect entre les chroniqueurs et les lecteurs. Ca change des sites où on se fait traiter de tous les noms dès qu'on dit qu'on n'aime pas l'album de Nolwenn, et où ses fans sont totalement intolérants! Certains débats sur ce disque sont parfois très chauds.
En espérant, donc, que mon commentaire soit interprété pour ce qu'il dit, et non de travers...
Cordialement,
Millina





SCORPIONS
CRAZY WORLD


Le 01 Juillet 2011 par TERRY


Un des meilleurs opus du groupe selon moi, même si "Taken By Force" est supérieur !





CAPERCAILLIE
CROSSWINDS


Le 30 Juin 2011 par HELPLESS


Un des traits caractéristiques du groupe est l'emploi du gaélique. Cela donne un "groove" particulier à la musique.





Sonny ROLLINS
SAXOPHONE COLOSSUS


Le 28 Juin 2011 par MANIAC BLUES


Génial. Mon disque de jazz préféré. Il est effectivement idéal pour aborder le jazz et la carrière de l'immense Sonny Rollins.





CYPRESS HILL
CYPRESS HILL III (TEMPLES OF BOOM)


Le 27 Juin 2011 par 7TH CHAMBER


Le seul album de cypress que j'aime vraiment, un chef-d'oeuvre du hip hop





The ROLLING STONES
SOME GIRLS


Le 27 Juin 2011 par FEELGOOD


Les deux premiers titres constituent un parfait résumé de l'atmosphère musicale des années 1977 et 1978 : Miss You ou la folie disco de 78 et When The Whip Comes Down, efficace tentative de restitution de la rage punk de 77...

L'inspiration de l'album est avant tout urbaine et new-yorkaise même s'il fut essentiellement enregistré aux studios Pathé Marconi EMI de Paris. En 78, les Stones étaient attendus au tournant... Les problèmes judiciaires de Keith Richards, arrêté en possession d'héroïne en février 77 au Canada, et l'attente de son procès, compliquaient une situation déjà passablement complexe.
La décennie 70 avait vu le groupe perdre ses repères et son unité. Mick Taylor était parti. Ron Wood, son remplaçant, devait faire ses preuves... Bill Wyman était déjà ailleurs... Le fidèle Ian Stewart avait déserté les sessions de Some Girls estimant que les Cailloux sonnaient comme Status Quo... Il fut remplacé par Ian Mc Lagan, les Stones devenant alors un club d'ex-Faces... Et, dans les rues, une meute de jeunes chiens fous hurlait à l'hallali...
Le groupe prit enfin ses distances avec l'envahissant gourou Billy Preston. Ce fut donc une équipe resserrée qui se lança dans d'interminables sessions nocturnes, les cinq Stones donc, essentiellement flanqués de l'assistant-ingénieur du son Barry Sage, du fidèle Chuch, responsable des guitares, et de l'indispensable responsable de la logistique Alan Dunn... L'ensemble fut mixé par Chris Kimsey et les Glimmer Twins produisirent à nouveau...
Morceau éminemment jaggerien, Miss You constituait une bien trompeuse ouverture. On y retrouvait l'influence des folles nuits que le chanteur passa au fameux Studio 54, temple de la décadence new-yorkaise. Les parties d'harmonica de Sugar Blue, jeune musicien rencontré dans le métro parisien, apportaient une touche d'authenticité bienvenue.
When The Whip Comes Down, rock violent et speedé, mettant en scène un homosexuel très trash, n'avait rien de romantique... Frappe laminante de la batterie, tempo plus rapide qu'à l'accoutumée, solo approximatif, chant rageur, voilà la réponse des Stones aux gamineries des Iroquois...
Le reste de la face A était moins marquant. Just My Imagination, une reprise des Temptations... Version minimaliste et dépouillée d'un vieux tube exquisement suave.

Du cynique morceau-titre sur lequel Jagger débitait une série de lieux communs sur les filles de toutes nationalités, les gens ne retinrent que la phrase "Black girls just want to get fucked all night"... Ou comment alimenter la polémique et se faire de la pub à peu de frais...
Et le seul intérêt de Lies, autre tentative punk bordélique et ratée cette fois, c'était de conclure la première partie du disque.
On a beaucoup glosé sur la face B de Some Girls, presque autant que sur celle de Tatoo You...
Tout ce qui faisait le charme des Stones s'y retrouvait, les rocks saignants mais aussi les ballades, la country, le cynisme et les larmes...
Faraway Eyes, savoureux numéro de country parodique, était un titre plus léger, plus décontracté que le reste.
Beast Of Burden, magnifique ballade richardsienne dans les paroles de laquelle le Riff humain exprimait toute l'intensité de son désarroi, distillait une émotion palpable et le chant de Jagger rendait indéniablement justice à la composition de son acolyte.
Before They Make Me Run permettait au guitariste de faire le point sur sa situation, plutôt désespérée à l'époque puisqu'il se trouvait sous le coup d'une inculpation pour possession et trafic de drogue et risquait plusieurs années de prison. (1)
De cette deuxième face émergeaient aussi deux rocks rapides et énergiques, Respectable et Shattered, enflammés par les solos d'un Ron Wood enfin inspiré. Shattered, ses riffs cinglants et obsédants, ses solos jouissifs et ses paroles percutantes constituait certainement l'un des derniers vrais classiques des Rolling Stones. Shattered ou l'art de résumer l'esprit de la Grosse Pomme en quelques minutes de rock jubilatoire...

La qualité intrinsèque du disque, sa fraîcheur, le fait aussi qu'il constituait un saisissant instantané de l'atmosphère musicale de la fin des seventies, fièvre disco et frénésie punk mêlées, tout cela ne pouvait que contribuer à son succès. Si l'on ajoutait à cela le scandale provoqué par certaines paroles et par la pochette qui reprenait des photos retouchées de quelques gloires du cinéma et du show-biz, Lucille Ball, Farrah Fawcett, Raquel Welch et même notre B.B. nationale, entre autres, Some Girls ne pouvait décidément pas passer inaperçu. (2)
L'album sortit finalement le 9 juin 1978.
Miss You fut l'un des gros tubes de l'été et le dernier N°1 U.S. du groupe.
L'album atteignit la seconde place des classements anglais et la première position aux Etats-Unis. Accouché dans la douleur et l'incertitude, ce disque constitua le plus gros succès commercial des Cailloux, avec à ce jour plus de six millions d'exemplaires écoulés sur le seul territoire américain.
Il contribua à rassurer les vieux fans tout en permettant aux soi-disant dinosaures de toucher un nouveau public, plus jeune.
Contre toute attente, les Stones conclurent de fort respectable façon la décennie 70...


(1) Le verdict ne tomba que quatre mois après la sortie de l'album et Richards fut seulement condamné à jouer pour les aveugles de Toronto.

(2) La pochette originale fut d'ailleurs censurée et les photos compromettantes enlevées, remplacées par les mentions "Pardon our appearance", "Cover under reconstruction".






BLACK SABBATH
SABBATH BLOODY SABBATH


Le 27 Juin 2011 par TERRY


Le sommet du Sabb'. Un disque puissant, violent, agressif, mais aussi très progressif et étonnamment subtil, musicalement parlant !





SCORPIONS
GOLD BALLADS


Le 26 Juin 2011 par BALLADER


C'était la grande époque des SCORPIONS et celle de mes 14 ans ! Je ne peux renier cet album, sa pochette (superbe), cette ambiance, cette époque. Mes premiers flirts aussi, c'est aussi ça, le Rock !





AT THE DRIVE-IN
RELATIONSHIP OF COMMAND


Le 26 Juin 2011 par BARBELé


Alors ça... Pour une surprise... C'est toujours sensation bizarre quand un chroniqueur s'empare d'un de vos albums favoris pour... le casser. Avec ce disque, AT THE DRIVE-IN a pourtant atteint un équilibre parfait où la violence post-hardcore devient enfin accessible à un public plus large.

Structures géniales des chansons, chant hurlé et incandescent... Un testament en forme de chef d'oeuvre pour le groupe. On est loin, très loin de l'émo, de la pop, et de la frustration adolescente bas de gamme. Ici il n'y a que du talent à l'état brut, une créativité hallucinante et un son dérourant, rageur mais jamais bruitiste.

Cet album était le pas en avant que tout le monde attendait à l'époque pour des musiciens parmi les plus doués de leur génération. Finalement ils ont tout plaqué et THE MARS VOLTA et SPARTA ont pris le relais avec un certain panache. Mais AT THE DRIVE-IN, au même titre que TEXAS IS THE REASON, fut l'étoile filante de la fin d'une décennie inoubliable. A écouter absolument !

Je me suis toujours dit que ce serait bien que FP aille chroniquer du côté de QUICKSAND, JAWBREAKER et tant d'autres, et suive les pérégrinations de l'ami Schwarzenbach... Mais là pour le coup j'appréhende les notes !





DEEP PURPLE
MADE IN JAPAN


Le 26 Juin 2011 par 8080


Je vais pas faire mon vieux nostalgique (je n'ai pas l'age adéquat déja), mais en fait qu'est ce qu'on s'en branle de la mode ? C'est quoi ces réflexion qu'on entend souvent du genre, en bref : "c pas à la mode donc c'est nul ! beurk aucun talent" ?
Si la mode évoluait ainsi, on peut dire qu'on approche la perfection à grand pas (à mon sens c'est loin d'eêtre le cas, je dirai que c'est plutôt le contraire).
quand on ré-écoute In Rock : D'accord le son est médiocre (et encore moi je trouve que ça colle parfaitement au style de cet opus), d'accord ça sonne "vieux" mais à l'époque il y avait quoi d'autre ? Quel groupe a fait un album pareil en 1970 ?
Black Sabbath ? C'était un peu plus soft comme hard rock.
Led Zeppelin ? Ils étaient très bons mais beacoup plus orienté blues.
Grand Funk Railroad ? C'est des primates sans aucun talent qui espairaient compenser leurs manque en flayant comme des tarés. Wishbone Ash restait avec un son du style des années fin 60, enfin bref, rien n'avait été fait de pareil à l'époque.

Alors dire que c'est "démodé" peut être parce qu'ils n'ont pas fait assez de très bons albums parce qu'ils pensaient plus à s'enguirlander et se virer du groupe l'un l'autre, à cause de la grande prétention de Ritchie Blackmore (dommage car il avait aussi bcp de talent, la preuve sur Rainbow).





MALICORNE
MALICORNE (2)


Le 26 Juin 2011 par DéDé


Génial. Yacoub est unique. Après l'héritage celtique avec STIVELL, lui et son groupe se mettent à explorer le folklore de France... et d'ailleurs. Quel beau voyage ! C'est frais, ça fait du bien et ça s'écoute toujours parfaitement malgré les années. Mais cette musique là est de toute manière sans âge.







Commentaires :  1 ...<<...<... 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 ...>...>>... 799






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod