Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG/ROCK FM  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : 5uu's, Nektar, Emerson, Lake & Palmer
- Membre : The Moody Blues , Uk, Jon & Vangelis, Gtr, King Crimson, Squackett, Jon Anderson , Yoso, Asia, Rick Wakeman
 

 Site Officiel (489)
 Billboard : Owner Of A Lonely Heart (400)

YES - Live At The Apollo (2018)
Par WALTERSMOKE le 9 Novembre 2018          Consultée 452 fois

Que faire quand un groupe jadis aussi grandiose et virtuose que YES devient dans les années 2010 l'ombre de l'ombre de lui-même ? C'est une question qui a de quoi plonger dans les abysses les plus profonds les fans modérés ainsi que ceux qui sont contre l'auto-persuasion. À la rigueur, on pourrait tenter de se consoler en se disant qu'ici où là doit traîner un tribute band qui fait du bon boulot palliatif – et puis on se rappelle que Jon Davison vient d'un tribute band. Donc on se morfond, on fait le deuil de YES... et puis arrive l'espoir, que dis-je, la lumière dans la caverne ! Et cette lumière, c'est Yes feat. ARW. Formé en 2015, il ne s'agit ni plus ni moins que la réunion entre Jon Anderson, soit LE chanteur de YES, Trevor Rabin et Rick Wakeman – d'où l'acronyme. Un beau trio avec d'anciens membres dont LE chanteur de YES (j'insiste), ça a l'air beau, n'est-ce pas ?

Accompagné du batteur Louis Molino III, principalement connu pour avoir cogné du côté de chez COCK ROBIN, et du bassiste Lee Pomeroy, ARW (on nommera le groupe ainsi, c'est plus court) a donc donné – et donne encore au moment où j'écris ces lignes – une bonne série de concerts à travers le monde, afin de proposer une alternative au YES officiel dont on n'aura de cesse de pleurer l'indigence. Et l'année où YES commémore ses 50 ans, son dernier side-project sort son premier album, qui est un live enregistré en mars 2017 à l'Apollo, à Manchester.

Si l'on aime médire sur l'âge des musiciens, alors on peut se demander si le live d'ARW sera meilleur que ce que propose le YES officiel. La réponse arrive très, très vite : « oh que oui bordel, z'avez pas idée ». Je vais même être direct : Live at the Apollo est sans aucun doute la meilleure chose qui soit arrivée dans l'univers de YES, side-projects inclus, depuis... allez, Talk (1994) ? Ou peut-être Fly from Here (2011) si l'on est plus indulgent. Il est tout bonnement exceptionnel de voir trois ex-membres du légendaire groupe de rock progressif conserver autant de talent et d'énergie, et en revendre avec générosité sur scène. De plus, si la section rythmique ne vaut pas une paire Squire/White à son apogée, elle ne reste pas moins en phase avec eux. Et puis, comment ne pas évoquer la voix d'Anderson ? Le bonhomme a beau être un papy, sa voix n'en reste pas moins si marquante et bien conservée – à peu près même tarif pour le Rabin chanteur.

Il fallait au moins bien ça au vu de la tracklist de l'album. Assez intelligente, elle alterne entre les grands classiques progressifs de YES ("I've seen all Good People", "Roundabout") et une sélection de chansons issues des albums avec Rabin. Sur ce dernier point, on note d'ailleurs avec joie le retour de Lift me up, sans doute le meilleur morceau de Union (1991). Une sélection déjà pertinente, et renforcée par une interprétation remarquable et des arrangements bien pensés. En effet, Rabin et Wakeman en particulier se réapproprient les divers morceaux, que l'un ou l'autre n'a pas forcément joué en tant que membre officiel, et avec Anderson, Molino et Pomeroy, ils jouent de manière à obtenir une musique suffisamment dense et riche sans pour autant dénaturer les compositions. Facile à dire mais beaucoup plus difficile à faire. Et pourtant, l'exécution marche du tonnerre de Dieu. Un bon exemple reste "Roundabout", dont la partie centrale est zappée, mais qui reste très bon à l'écoute.

Dans les faits, on a donc un "Lift me Up" qui est moins chargé mais visant mieux, "I've seen all Good People" devient de plus en plus entraînant au fur et à mesure qu'il est joué, et "Heart of the Sunrise" fait clairement honneur à la mémoire de Squire. Bref, on voit plus ou moins à quoi ressemble l'album sur sa longue durée de 2 heures. Pour 12 morceaux, ça fait donc des morceaux en moyenne bien longs, ce qui permet d'évoquer le cas "Awaken". Ce dernier a été choisi comme le long mouvement progressif et épique, permettant à Wakeman de dérouler pleinement son talent. Ce choix-là se comprend, et c'est un morceau aimé des fans, mais personnellement, je n'en ai jamais été friand. Et ici, on part dans une longue fresque de 22 minutes, nantie de moult soli et passages ambient parfois capillotractés. Et l'on en vient au principal défaut de Live at the Apollo, à savoir cette manie de rallonger les morceaux avec des soli. Autant pour "Awaken" c'est compréhensible, le morceau appelle à le faire, mais ça devient plus problématique sur "Changes" ou "Hold On". Avec le temps ainsi perdu, un morceau supplémentaire, genre un extrait de Talk, aurait pu être ajouté. Après, comme autre défaut, il y a les cris du public, qui ont été manifestement overdubbés. Je comprends que ça peut être gênant, même si dans mon cas, ça pouvait aller.

Live at the Apollo n'est donc pas parfait, certes, mais la balance penche nettement dans le positif. ARW a réussi un pari haut la main, au point qu'il donne envie d'en écouter plus, voire pourquoi pas d'imaginer un nouvel album studio. Surtout, c'est ici qu'on voit le véritable YES, capable d'impressionner et de faire rêver. C'est ce YES-là qu'on a toujours voulu voir, et pas un autre. Et rien que pour ça, on dit merci et on l'écoute plein pot.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


Mike OLDFIELD
Elements Box (1993)
L'idéal pour découvrir Oldfield ?




EMBRYO
Embryo's Rache (1971)
L'embryon se développe


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jon Anderson (chant, guitare, percussions)
- Trevor Rabin (guitares, chant)
- Rick Wakeman (claviers)
- +
- Lou Molino Iii (batterie, choeurs)
- Lee Pomeroy (basse, choeurs)


1. Intro/cinema/perpetual Change
2. Hold On
3. I've Seen All Good People
4. Lift Me Up
5. And You And I
6. Rhythm Of Love
7. Heart Of The Sunrise

1. Changes
2. Long Distance Runaround/the Fish
3. Awaken
4. Make It Easy/owner Of A Lonely Heart
5. Roundabout



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod