Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 ...>...>>... 799
Comment poster un commentaire ?


TEN YEARS AFTER
SSSSH


Le 25 Mai 2011 par JF LE COAD


L'album est certes plaisant à écouter, mais pas forcément à réécouter, car il montre vite certaines limites.
Il est très court et pourtant certains morceaux comme "If you should me not" sont vite répétitifs et il ne se passe plus rien après la première minute. Des longueurs donc, paradoxal à première vue pour un groupe qui excelle dans les longs développements (souvent à partir de morceaux blues par ailleurs très classiques).
On sent le groupe à "l'étroit" dans des morceaux de 2/4 minutes. C'est que composer un bon titre dans ce temps est un exercice pas si facile que d'autres groupes ont mis quelques années à maîtriser.
Le travail de studio n'est donc pas suffisamment approfondi, dommage car tous les morceaux étaient intéressants : "Good morning little schoolgirl" et "I woke up this morning" sortant du lot , mettant en évidence les qualité du groupe (surtout ce blues "punchy", une section rythmique emmenée par une basse très puissante avec un son original (influence jazz/blues ?). Ces 2 morceaux prenant une autres dimension sur le live au Fillmore East.
L'album suivant, avec "Love like a man", montrera les progrès du groupe dans la composition tout en gardant son originalité."I'm coming on" sur l'album Watt est un autre bon exemple, 4 minutes parfaitement remplies après une intro fracassante de 10s. d'une guitare qui ne bavarde pas un instant.





MARILLION
MISPLACED CHILDHOOD


Le 25 Mai 2011 par GETGET


Je viens d'écouter Misplaced Childhood pour la première fois, LE Misplaced Childhood, ce fameux album dont on entend du bien chez tous les amateurs de Marillion...
Du coup, avant de lancer la lecture, j'étais un peu stressé, comme à chaque fois qu'on s'apprête à affronter un colosse musical, et qu'on a peur de ne pas être à la hauteur de l'art qu'il y a, paraît-il, là-dedans.

Pour commencer, ce qui est fou avec cet album, c'est sa très grande accessibilité - pour un album de prog de ce calibre. Dès la première écoute des trois premiers titres, on est happé par la musique, et on se fond dedans comme si c'était un disque qu'on avait déjà écouté une dizaine de fois. Et cette musique est si efficace, si touchante, qu'on se laisse aller l'esprit tranquille, avec la certitude que le reste ne nous décevra pas.
Une fois que j'ai terminé l'écoute, j'ai vraiment pris conscience de ça : il faut vraiment un talent extraordinaire pour faire un album de progressif si excellent, mais si accessible à la première écoute (ce qui n'est en général pas le cas du progressif, si on pense aux 5 ou 6 heures d'apprivoisement de Brave, ou, dans un autre style, à la bonne dizaine d'heure d'apprivoisement lointain d'Amarok, de Mike Oldfield...)
Alors, ensuite, comme je n'ai eu qu'une écoute, je ne vais pas vraiment parler plus du côté musical ou de la structure.
En revanche, la sensation que j'ai eue durant toute l'écoute de cette album, c'est d'avoir à l'oreille le pendant lumineux de Brave. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai vraiment eu l'impression que cet album était un Brave lumineux. Je n'ai pas lu les paroles (je ne le fais jamais au début, et je ne maîtrise pas assez l'anglais pour les comprendre directement), et donc je dis peut-être quelque chose de totalement déphasé par rapport à l'histoire racontée dans cet album. Il n'empêche, sur le côté strictement musical, ça a été clairement mon ressenti; et, là où Brave, très sombre, a de brèves éclaircies éclatantes, cet album, globalement lumineux, a de brèves excursions plus ténébreuses.

Maintenant, malgré le fait que ce n'est qu'une seule écoute et qu'on ne peut normalement pas porter de jugements ainsi sans avoir un peu "travaillé" un disque, j'ai trouvé qu'il y avait un je-ne-sais-quoi de peut-être un tout petit peu trop lumineux, trop "rond", dans la musique de cet album pour qu'on puisse parfaitement, comme chez Brave, se fondre dedans : comme s'il manquait un tout petit supplément de sensibilité que le jeu - selon ce que j'ai ressenti - légèrement plus subtil de Brave possède, et qui lui permet de nous fondre encore plus dans l'album.

Néanmoins, ce n'est qu'une première écoute, à la suite de laquelle j'ai été soufflé par l'excellence de la musique gravée ici.





HAWKWIND
MASTER OF THE UNIVERSE


Le 24 Mai 2011 par CH'TI LEMMY


Voici une petite compilation "best of" - la première du groupe me semble-t-il, qui en connaitra bien d'autres par la suite ! - où l'on retrouve six des premiers grands classiques de Hawkwind !
Alors certes, cette compilation est un peu limitée quantitativement parlant, mais elle peut s'avérer intéressante pour qui veut avoir un bref aperçu de la musique jouée par le groupe au début des années 1970. De plus, les titres choisis sont tous excellents !
4/5 pour la qualité des titres et pour l'aspect "historique" de cet album...





Georges BRASSENS
LA MAUVAISE RéPUTATION


Le 24 Mai 2011 par IEN


Quelle joie de voir Brassens sur votre site !

J'espère que ça va pousser le plus grand nombre à découvrir cet artiste. Quoi ? Y'en a qui ne connaissent pas encore ??

Sinon l'album ? Bah génial quoi !





LED ZEPPELIN
IV


Le 24 Mai 2011 par LEO


Je cite MR. AMEFORGEE: "l’album possède un petit creux, avec l’enchaînement du pesant et enfumé « Misty Mountain Hop » et « Four Sticks », plutôt prétexte à démonstration des talents du batteur qu’autre chose"

Ben pour moi c'est exactement l'inverse! ces 2 titres ainsi que « When the Levee Breaks » sont ceux que j'écoute toujours avec plaisir, tandis que le reste de l'album par trop rabâché à force d'écoutes répétées par le passé, m'ennuie!
C'est un très bon disque oui, mais il y a des années que je m'en suis lassé (tout comme le I et le II).





BIG COUNTRY
STEELTOWN


Le 22 Mai 2011 par CH'TI LEMMY


"Steeltown" est l'album grâce auquel j'ai découvert Big Country, et c'est le seul album du groupe que je possède jusqu'à ce jour et que j'ai donc eu l'occasion d'écouter de bout en bout (pour les autres albums, j'ai pu découvrir leurs principaux titres via Youtube). Tout cela pour dire que je ne suis pas en mesure d'établir des comparaisons entre cet album et les autres. Je vais donc seulement ici faire une constatation : j'ai cet album dans ma cédéthèque depuis 2002 et je ne me lasse pas de l'écouter, au même titre que "London calling" de The Clash, "Deguello" de ZZ Top, ou encore "Live chronicles" de Hawkwind ! "Steeltown" est en effet un album passionnant, et il possède une fraicheur, une énergie et une profondeur qui en font un album dont on ne se lasse pas ! Indispensable (en tout cas pour moi) !





Igor STRAVINSKY
LE SACRE DU PRINTEMPS (KARAJAN)


Le 22 Mai 2011 par MATHIEU


Je préfère l'interprétation de Seiji Ozawa pour RCA, qui a plus de grâce et de violence à la fois. Je n'adhère pas à Karajan, trop propre sur lui, et comme peureux de transpirer. 2/5 pour le chef, 5/5 pour l'oeuvre. Donc 3/5 en arrondissant à l'inférieure, parce que je suis méchant.





Nicole SCHERZINGER
KILLER LOVE


Le 21 Mai 2011 par ROUGH BOY

Je dois avouer quant à moi que, au cours de ma "lecture", je n'ai pas dépassé les deux premiers paragraphes de la chro'. A part la pochette et son joli minois style "pouffe pomponée", putassière à souhait, il n'y a rien de bien bandant là dedans. Une belle victoire à la Pyrrhus, ma foi. On la voit à poil à l'intérieur du livret, la meuf ? Une sex tape est fournie en bonus du skeud ? Tu gaspilles ton talent, Marco !





Jean-louis AUBERT
ROC' ECLAIR


Le 20 Mai 2011 par IEN


Franchement, j'ai du mal à comprendre les critiques ! Cet album est particulièrement réussi.

Plus intimiste et personnel que les précédents ... et alors ! Les arrangements et la production sont au service de compositions et de textes à priori simples mais forts touchants, on est loin de la mièvrerie quand même.

Je trouve qu'on est loin d'un album purement commercial et qu'il à besoin de temps pour s'apprécier.





Joan JETT
ALBUM


Le 19 Mai 2011 par ALEX


Manifestement la cover des STONES n'est pas sur le vinyle que j'ai acheté cet après-midi. c'est domage, c'est un titre que j'adore à la base.





ARCADE FIRE
THE SUBURBS


Le 19 Mai 2011 par SGT_BARNES


CHEF D'OEUVRE ABSOLU, tout en finesse et beauté. The Suburbs éveille les sens et réveille les souvenirs, à posséder en vinyle.





Eric CLAPTON AND STEVE WINWOOD
LIVE FROM MADISON SQUARE GARDEN


Le 19 Mai 2011 par MANIAC BLUES

J'avais beaucoup écouté ce live au moment de sa sortie. C'est vrai qu'il est assez inégal, Steve Winwood ne chante pas non plus très bien, mais il y a quelques très bons moments, notamment une magnifique version de "Double Trouble". Je n'ai sinon que de vagues souvenirs du reste....





WISHBONE ASH
THE POWER OF ETERNITY


Le 17 Mai 2011 par DARK SCHNEIDER


The Power of eternity est le seul album récent du groupe que je connaisse un peu.

Je suis globalement de l'avis de Gegers.
On a ici un album assez typique de ces vieux groupes qui tentent tant bien que mal de survivre en studio. Et souvent avec ces vieux groupes les nouveaux albums servent plus de pretexte pour monter une nouvelle tournée qu'autre chose (comme le très moyen Rapture of the deep de Deep Purple, qui commence a sacrément dater d'ailleurs), même si heureusement il y a parfois de bonnes surprises (Uriah Heep). Ce n'est apparemment pas le cas avec ce The Power of eternity : un disque honorable, loin d'être désagréable, qui s'ouvre avec un titre de haute volée ("The power")...mais un album dans l'ensemble totalement inoffensif. Bref, un disque anecdotique qui s'en sort grâce au savoir faire du groupe. Un disque agréable, mais que l'on rangera rapidement dans le placard dérrière les anciens albums de WISHBONE ASH.





WISHBONE ASH
THE POWER OF ETERNITY


Le 17 Mai 2011 par ATOMDOOM


WISHBONE ASH fait partie de ces groupes avec une (très) longue carrière musicale et donc discographique et que peuvent ils nous proposer de nouveau (à moins de mettre du rap ou de la techno dans leur musique ... des expérimentations ils l'ont déjà fait et c'est pas très convaincant. ) ? Ici, on retrouve le style WA, peut être moins flamboyant et moins indispensable discographiquement qu'avant mais ça reste un bon album et s'écoute avec plaisir (un album pour fan uniquement ?! ...). Les "ingrédients" restent les mêmes au niveau des voix et guitares (comme d'hab de belles harmonies guitaristiques.) et une production pas trop moderne ... (note : 3,5 sur 5)





URIAH HEEP
INTO THE WILD


Le 17 Mai 2011 par GUIGUI


Je l'attendais depuis longtemps cette chronique, même si ça fait assez bizarre de voir un seul album du Heep sur FP et les 40 autres sur Nightfall...

URIAH HEEP nous balance ici un très bon album, pas révolutionnaire pour un sou, mais diablement efficace !
Le titre d'ouverture est quand même assez faible : un riff répété 50 fois, une mélodie banale... mais on pardonne vu que la prod est impeccable, le batteur est toujours aussi excellent et bourré d'énergie et Bernie Shaw assure à fond.
"I can See You" est un titre très rapide et là aussi bourré d'énergie. C'est fou quand même quand on sait que ce sont des papys derrière les instruments !

"Into the Wild" est terrible, mais le refrain a des paroles hum... "Red Blood on the White Snoooow" (sans blague ?). C'est sûr que c'est pas au niveau des paroles que le groupe va nous surprendre... Ce titre me semble plus heavy que Hard FM au passage.
"Money Talk" a une très bonne rythmique et vaut surtout pour ses claviers, "I'm Ready" a de bonnes parties de guitares mais c'est surtout "Trail of Diamonds" qui remporte les suffrages : un titre magnifique avec un break incongru en plein milieu mais le boulot accompli ici est fantastique et l'inspiration est au rendez-vous !

"Southern Star" est vraiment cool, "Lost" est très heavy avec Trevor Bolder qui assure bien au chant ( c'est moins le cas en live ).
"T-Bird Angel" est le seul vrai titre Hard FM ( Frontiers oblige ? ) et n'est pas inoubliable.
On fini sur "Kiss of Freedom", une vraie merveille qui clôt le disque avec un Bernie Shaw encore monstrueux !

URIAH HEEP revient sur le devant de la scène et profite du silence de DEEP PURPLE en sortant un disque solide et rassurant après un très puissant "Wake the Sleeper". Même si les titres sont construits presque tous de la même manière, les mélodies restent irrésistibles et Mick Box balance encore de très bons soli de guitare bourrés de Wah-Wah !
A noter que l'excellent "Hard Way to Learn" n'est pas présent sur l'édition européenne. Dommage.

3.5/5 arrondi à 4/5 pour la fraîcheur !
3.5/5





Mike OLDFIELD
EARTH MOVING


Le 16 Mai 2011 par WALTER SMOKE


Ah, Earth Moving... l'album qui n'aurait JAMAIS du naître ! Franchement, moi qui trouvais To France un poil relou, j'ai pas été déçu du voyage avec cette daube certifiée de 1989. J'ai essayé d'écouter chaque chanson, mais à chaque fois c'était "next" ; au final, la moyenne d'écoute est de... 30 secondes par chanson.

Alors, oui, niveau chanson, y'a du haut niveau, mais c'est comme rassembler les meilleurs chefs de France et de Navarre pour faire un civet infect : c'est la faute à la recette ! Et, chose insupportable, aucun instru ! Damned : mais d'un autre côté, fallait essayer.

Earth Moving est donc l'album le plus pourri jamais composé par Oldfield, et ne mérite même pas de place dans une décharge.





CALI
LA VIE EST UNE TRUITE ARC-EN CIEL QUI NAGE DANS MON COEUR


Le 16 Mai 2011 par MR G


Rarement un artiste m'aura autant déçu avec un album ! J'ai adoré les 3 premiers et surtout Menteur qui est a mes oreilles excellent !
Mais là... c'est franchement pas un bon album, on dirait qu'il a oublié d'écrire les textes ou qu'il les a écrits juste pour les écrire, sans saveur quoi ! L album est difficilement écoutable d'une traite, c'est mal foutu et c'est très chiant !
Quant à ceux qui ont été jusqu'au bout, "Je n'Attends que la revanche" est quand même ignoble ! Il faut vite se ressaisir car là c'est moche !





WISHBONE ASH
THE POWER OF ETERNITY


Le 16 Mai 2011 par ARGUS


Une critique un peu sévère (et assez peu cohérente avec la précédente chronique, bien plus favorable si je me souviens bien).

Certes, WA n'innove pas par rapport aux albums précédents (Clan Destiny par exemple), mais l'ensemble reste toujours aussi efficace. Les harmonies de guitare restent bien présentes (par exemple sur l'excellent et funky Driving a wedge), et le groupe n'a pas perdu son sens de la mélodie (le sublime In Crisis, l'instrumental Northern lights qui n'est pas sans rappeler certains morceaux de Steve Hackett).






Nick DRAKE
FIVE LEAVES LEFT


Le 14 Mai 2011 par H.M.


Quand on a envie de musique mais que l'on ne sait plus trop quoi écouter, on peut toujours se replonger dans l'un ou l'autre des trois chefs-d'oeuvre de Nick Drake. Comme je l'ai à nouveau fait il y a une semaine ou deux par exemple. Et là, on a beau connaître depuis longtemps ( quelque chose comme 25 ans pour ce qui me concerne ), on est toujours surpris, voire époustouflé par l'invraisemblable qualité musicale de l'oeuvre que ce gars a produit. Et ému aussi. Comment ne pas l'être, quand on connaît son histoire, et que l'on écoute les paroles d'une chanson comme Fruit Tree, si tristement prophétique ?
Nick Drake, c'est une musique hantée par la mélancolie, comme semblait l'être l'esprit de cet artiste. Et pourtant elle n'est jamais "plombante". Au contraire. Car si l'on est réellement impressionné par les climats que cette voix, ce jeu de guitare et ces arrangements remarquables installent, c'est davantage encore la beauté intemporelle de ces morceaux qui frappe l'auditeur. Alors quand on en sort, on a pas du tout envie de se suicider : on est heureux. Heureux d'avoir écouté un musicien d'une telle qualité. Heureux qu'il ait existé et qu'il nous ait légué ça.
Ses trois albums forment à mon avis une des trilogies les plus impressionnantes de l'histoire de la musique pop, au même titre que celles créées à la même époque par ces deux autres génies méconnus que sont Laura Nyro ( Eli & the 13th confession, New York Tendaberry et Christmas & the Beads of sweat ) et Todd Rundgren ( Something/Anything?, A Wizard/A true Star et Todd ). Ceux-là aussi, on peut s'y replonger quand on est lassé du reste.





Nick DRAKE
FIVE LEAVES LEFT


Le 14 Mai 2011 par TERRY


Superbe album ! Mon préféré de Drake, artiste remarquable à la carrière d'étoile filante...







Commentaires :  1 ...<<...<... 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 ...>...>>... 799






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod