Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 ...>...>>... 752
Comment poster un commentaire ?


ZZ TOP
DEGüELLO


Le 07 Janvier 2007 par TERRY


Un de leurs meilleurs albums. Ceci étant, je n'aime pas les ZZ Top...





The CURE
SEVENTEEN SECONDS


Le 06 Janvier 2007 par PLUIE


Quelle ambiance ! Le jeu de batterie est en revanche complètement monolithique (et chiant).





Jean-michel JARRE
RENDEZ-VOUS


Le 06 Janvier 2007 par IEN


A écouter le soir les yeux fermés, je ne lui met pas 5/5 car je lui préfère l'audace de Zoolook.
A noter les excellentes versions de ces "Rendez-Vous" en concert.





Robert WYATT
ROCK BOTTOM


Le 05 Janvier 2007 par X

Citation de l'auteur : "Robert Wyatt passera le reste de ses jours dans une chaise roulante, et que le présent album sera l’écho de ce traumatisme.".
Faux, les 6 titres ont été conçus AVANT l'accident. Wyatt a eu son accident la veille de l'enregistrement de ce disque.


Par Forces Parallèles

Réponse d'Oncle Viande:

Je n'ai jamais dit que "Rock Bottom" avait été conçu avant l'accident de Robert Wyatt, mais qu'il "faisait écho à ce traumatisme".
Ce disque, composé et écrit avant l'accident, porte de façon évidente les séquelles de celui-ci. Il suffit de l'écouter pour en être convaincu. Il relèverait du miracle qu'un tel évenement n'influe pas sur la nature d'une oeuvre. Le titre du disque parle de lui-même.
Je vais tenter d’être plus précis. Les textes relèvent d’une poésie du non sens qui autorise les interprétations les plus libres et mettent en valeur la musique. Dire que « Rock bottom » ne parle pas explicitement du traumatisme est vrai, (Wyatt a suffisamment d’élégance pour ne pas exhiber sa vie), mais dire que la réalisation de ce disque fut déconnectée de l’évènement qui l’a précédé est totalement faux. Tout dans « Rock Bottom » transpire le traumatisme, les climats comateux, les dialogues délirants avec son épouse, les allusions diverses (l’alcool, le paradis, le sommeil), la pochette clinique, le titre… on est dans la métaphore ou je ne m’y connais plus. :-)
Le projet initial était tout autre, évidemment, mais l’évènement en a complètement dévié le résultat final. Ce disque est donc bien pour moi, l’écho du traumatisme vécu.





Robert WYATT
ROCK BOTTOM


Le 05 Janvier 2007 par LE STO


Un des disques les plus outrageusement excellent que j'ai entendu...
Vraiment somptueux, beau à faire pleurer, un disque dont on ne peut plus se passer.





Robert WYATT
ROCK BOTTOM


Le 05 Janvier 2007 par STANZOR


Un des disques les plus outrageusement pompeux que j'ai entendus...
Vraiment débile, laid à faire peur, un disque on ne peut plus surestimé.





Jeff BUCKLEY
GRACE


Le 04 Janvier 2007 par COPERPIC

J'ai découvert récemment Jeff Buckley, Halleluja étant présente sur la BO de Lord of War (entre autres...) que j'ai aussi découvert récemment (oui je suis pas rapide). Je découvre alors Grace et suis comblé au bout de deux ou trois écoutes, c'est magnifique. J'apprends alors que c'est un artiste super connu des 90's. Mais j'apprends qu'il n'a sorti qu'un seul album... de son vivant, car oui, il est mort juste après.

J'ai donc vécu beaucoup de sentiments avec Jeff Buckley, mais ce qui reste le plus important est vraiment la beauté de sa musique. Alléluia !





ARCHIVE
LIGHTS


Le 04 Janvier 2007 par ONE


D'accord avec la chronique quant à la lecture décortiquée de l'album, mais je reste un peu moins embalé dans l'ensemble.
Cet opus est loin d'être mon préféré d'Archive, et l'ensemble me déçoit un peu, au regard de leur discographie, dans l'ensemble.
Reste effectivement ce titre Lights, des plus réussis, qui justifie à lui seul qu'on porte intéret à cet album (j'exagère, il n'y a tout de même pas que ça ; mais sur la longueur, je crois que c'est ce qu'on retiendra surtout, voire uniquement).





The JOHN BUTLER TRIO
SUNRISE OVER SEE


Le 03 Janvier 2007 par CRONO-


Un grand album qui marquera les esprits, peut-être un des meilleurs de ces dernières années, une classe incroyable et surtout un toucher de guitare unique!
Moi qui m'attendais à un truc plutôt sympa mais sans plus, j'ai été complètement bluffé à l'écoute de ce disque!





CUBANATE
CYBERIA


Le 03 Janvier 2007 par JUDGE FREDD


Salut,

Content de trouver quelque chose de construit et de documenté sur Cubanate dont j'adore les albums depuis une dizaine d'années mais dont je ne connais pas bien l'histoire.

Je te trouve juste un peu dur avec les albums qui suivent et notamment Inteference que je trouve grand. Pour moi, un titre comme "The Horsetrader" est à la hauteur de "Human Drums" que comme toi j'adore.

Mon seul regret c'est qu'ils n'aient pas fait plus d'albums.

Merci en tout cas.





Neil YOUNG
EVERYBODY KNOWS THIS IS NOWHERE


Le 02 Janvier 2007 par TERRY


Remarquable.
Ce disque est très important pour moi : le premier album que j'ai entendu de ma vie, à 11 ans. N'ayant pas pu en savourer toutes les subtilités à l'époque, je ne l'ai vraiment découvert qu'à 14 ans, après l'écoute de joyaux plus calmes tels que "Harvest ou "Déjà-Vu".
Inoubliable, 7 morceaux splendides, les mots me manquent...





VAN DER GRAAF GENERATOR
GODBLUFF


Le 01 Janvier 2007 par DAVID

"Le progressif n’est pas un genre musical, c’est un état d’esprit. Cette musique a pour motivation d’explorer des territoires nouveaux, et par là, d’ouvrir les oreilles et les esprits. La mélodie et la technique ne sont pas des éléments nécessaires à cette entreprise, même s’ils peuvent y contribuer."

Ta définition du prog est juste.
Le problème, c'est qu'après, on peut retrouver tout et n'importe quoi classé dans le progressif. Toutes les musiques aventureuses et novatrices sont cataloguées progressives. C'est ainsi qu'on peut lire sur certains forums (Progressia ou Amarokprog pour ne pas les nommer :)) que les 1ers Deep Purple sont prog, les Beatles aussi, Pink Floyd, Love... bref, tout et n'importe quoi devient prog.
C'est pour ça que je préfère me contenter du prog comme genre musical par définition. J'ai peut être tort mais c'est plus simple comme ça. :)





TALKING HEADS
SPEAKING IN TONGUES


Le 31 Décembre 2006 par TERRY


"Slippery people" et "Burning down the house", j'adore. Le reste, nettement moins.





QUEEN
A NIGHT AT THE OPERA


Le 30 Décembre 2006 par CHIPSTOUILLE


J'ai bien eu du mal avec ce disque au début.
J'ai découvert QUEEN il y a bientôt 15 ans grâce aux deux compilations greatest hits I&II et en fait j'étais resté sur un excellent a priori, un groupe très pop dans l'esprit finalement, avec ses choeurs joyeux plein de fantaisie.

Forcément, quand on découvre A night at the opera, il y a de quoi déchanter. Avec un titre comme "I'm in love with my car", pas étonnant que Queen soit autant apprécié par les hardos, je comprends mieux. Mais alors "'39"? Le pur titre de country, là je ne m'y attendais vraiment pas!

QUEEN est au final encore plus fantaisiste que ne le laisserait croire un titre comme Bohemian Rhapsody (of fire, bien sûr!), ça part vraiment dans tous les sens. J'aurais presque envie d'avoir un avis un peu plus en retenue rien qu'à cause de ça mais... non, je n'en ferai rien, c'est tout de même un superbe album.





QUEEN
FLASH GORDON


Le 30 Décembre 2006 par OUAIMOI

Eh bien, tu m'as donné l'envie d'acheter le disque. :D





QUEEN
FLASH GORDON


Le 30 Décembre 2006 par TERRY

Moi aussi, j'aime beaucoup Queen, mais ce disque de 35 minutes (35 longues minutes) est une m**** abyssale. Effectivement, il ne sert à rien, et est très moche. Plus une version disque du film qu'une bande-son (beaucoup trop de samples du film, qui parasitent une musique déjà faiblarde).
Je ne note pas ce film, car même 1 étoile serait trop. En fait, l'absence de note veut dire, me concernant, que je le note à 0/5.





VAN DER GRAAF GENERATOR
GODBLUFF


Le 30 Décembre 2006 par ONCLE VIANDE

Le progressif n’est pas un genre musical, c’est un état d’esprit. Cette musique a pour motivation d’explorer des territoires nouveaux, et par là, d’ouvrir les oreilles et les esprits. La mélodie et la technique ne sont pas des éléments nécessaires à cette entreprise, même s’ils peuvent y contribuer.
Pour moi VdGG est un très grand groupe qui transcende les étiquettes. S’il fallait tout de même se prononcer, je dirais qu’il fut progressif jusqu’en 1971. La suite (75-78) est davantage focalisée sur les textes et les climats, et m’apparaît meilleure de toute façon. 
Tu dis qu’« on » ne parle que de Peter Hammill, mais qui sont donc ces « on » ? La mise en avant d’une personne répond d’un réflexe d’identification. Tu sais aussi bien que moi que le public dans son ensemble se débrouille toujours pour dégager une personnalité d’un groupe, un leader. Parfois, ce leadership s’avère exact, parfois non. Aussi y-a-t-il encore des gens pour croire que Peter Gabriel était le leader de Genesis. :-)
Hammill est indiscutablement le personnage central de vdgg, puisque auteur et compositeur, mais réduire les autres musiciens à de simples accompagnateurs relève d’une méconnaissance totale du groupe. Il suffit d’écouter les albums solos de Hammill pour s’en convaincre (que la plupart des fans de VdGG connaissent peu voire pas). Même ses albums orientés progressifs (ils sont très rares) n’ont rien à voir avec du VdGG, car ni arrangés ni interprétés par le groupe (« This » en est l’exemple typique), et c’est justement les disques qui s’éloignent le plus de l'esthétique VdGG qui ont la plus grande personnalité.
Des trois musiciens, Jackson est le plus célèbre. Il développe un jeu très particulier et très recherché (et oui :-)), il fut le premier dans le rock à jouer de deux saxo simultanément avec des appareils de distorsion à la ceinture (sur scène c’est lui qui fait l’attraction, pas Hammill). Jackson est indispensable au son du groupe, tout autant que la voix de Hammill. Evans est un excellent batteur (il suffit d’écouter « The quiet zone/the pleasure dome » et de connaître un peu cet instrument pour ne plus revenir là dessus). Malheureusement, il existe tellement de batteurs anglais extraordinaires qu’il est un peu passé par pertes et profits.
Le cas Banton enfin. Il est organiste de formation (orgues d’église) ce qui est peu courant dans le rock. Ce bagage se ressent dans son jeu, en totale rupture d’avec les claviéristes progressifs (généralement des pianistes ou des autodidactes). Il ne joue jamais de soli, mais couvre un champ sonore impressionnant et « bouche les interstices » : une densité de jeu qui le place très au dessus, en terme de complexité d’arrangement, d’un Tony Banks ou d’un Mark Kelly (car je sais que tu apprécies Marillion). Evidemment, ce rôle d’organiste austère est plus ingrat que celui d’acrobate du moog.
J’ajoute enfin pour être complet, que le groupe réalisa un album sans Hammill en 1973, « The long Hello », qui fut un échec artistique cuisant. VdGG n’existe pas sans Hammill, mais Hammill n’est pas VdGG.
Ensuite, on peut ne pas être du tout touché par ce groupe, mais ceci est une toute autre histoire.
Sur ce, joyeuses fêtes. :-)





Jean SIBELIUS
PAAVO BERGLUND - COMPLETE SYMPHONIES / TONE POEMS


Le 30 Décembre 2006 par CHIPSTOUILLE


Qu'il est difficile d'apposer un commentaire sur cette chronique.
7 symphonies et une tonne de poèmes (euh...)

Pour ma part, j'ai fait l'acquisition d'un coffret un peu plus réduit, contenant les deux premières symphonies, la septième ainsi que tapiola, interprété par l'orchestre symphonique de la radio de Berlin par Carl Von Garaguly (inconnu au bataillon pour ma part, j'ai suivi les conseils d'un vendeur, à mon grand regret puisque le son n'est pas terrible...)

Donc ce premier commentaire portera sur la première symphonie, en 4 mouvements, qui comme le stipule Yu a un pied dans le XIXe siècle.
En ce qui me concerne, j'y vois une débauche d'effets romantiques, plein de violons dégoulinants entrecoupés ça et là par des interventions un peu aléatoires de harpe, et d'autres instruments plus calmes.
Tout cela me semble vain, si j'apprécie modérément le premier mouvement et son triomphalisme, le troisième avec son thème principal presque accrocheur, le reste me laisse largement sur ma faim.
Je m'ennuie à vrai dire, beaucoup trop pour apprécier. C'est juste quelconque, un peu trop aléatoire pour me plaire, tout ça manque d'organisation et d'accroche prometteuse.





Didier SQUIBAN
MOLèNE


Le 30 Décembre 2006 par CHIPSTOUILLE


J'ai pour ma part bien du mal avec ce piano tout seul, un peu indigeste à la longue.
Les mélodies "connues" passent un peu mieux, mais c'est pas trop ça.
Je préfère Porz Gwenn également, même si je ne serais pas aussi dithyrambique à son propos, je me réserve sur un avis arrêté pour le moment.





QUEEN
FLASH GORDON


Le 30 Décembre 2006 par CYRIL


Excellente chronique !

Dieu sait que je suis fan de Queen... mais là ! Comment dire ? Flash Gordon ne sert à rien !

Je sauve tout de même "The Hero" et "Flash's Theme".







Commentaires :  1 ...<<...<... 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 ...>...>>... 752






1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod