Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 ...>...>>... 630
Comment poster un commentaire ?


THE GLOVE
BLUE SUNSHINE


Le 06 Mars 2019 par LEO

Même sentiment que toi RICHARD (on peut se tutoyer si tu n'y vois pas d'inconvénient).
Je pense également (et je sais que beaucoup ont eu le même ressenti que nous deux) que les parties vocales de Robert Smith sur le CD bonus de l'édition deluxe ne date pas de 1983, mais bien plus tard que ça (au moins des années 90, si ce n'est pas au début des années 2000). Toute personne un peu habituée au chant de Smith arrive plus ou moins à reconnaître que son chant est assez différent selon les périodes. celui-ci avait d'ailleurs déjà changé sa façon de chanter dès ce projet pour THE GLOVE puis dans l'album The Top avec The Cure et celà ira crescendo avec les années (sa voix sera encore différente à partir de Wild Mood Swings).
Quoiqu'il en soit, je préfère nettement l'album d'origine à ces prises vocales alternatives soit-disant d'époque ! (mais qui ne trompe pas grand monde). contrairement aux deux titres chantés par Smith sur l'album de 83, le chant de celui-ci est vraiment mal assuré sur ce CD bonus et ne donne vraiment qu'une vague idée de ce qu'aurait pu être Blue Sunshine avec Robert au chant sur tout l'album, mais quoiqu'il en soit, l'original se suffit à lui-même !
Pour ce qui est de cette époque 83-84 chez The Cure, je ne serai pas aussi enthousiaste que toi car pour ma part je fus pas mal déçu par l'album The Top et le concert vu au Zénith de Paris en ce mois de Mai 84. certes, la prestation du groupe était fort honorable et plutôt puissante mais personnellement ce n'est pas ce dernier aspect que j'appréciais à l'époque chez la bande à Smith mais plutôt les ambiances brumeuses de Seventeen Seconds ou Faith, dont seul le superbe morceau-titre "The Top" pouvait se rapprocher, bien que je reconnaisse que le vigoureux "Shake Dog Shake" est un morceau très convaincant mais cependant je n'ai jamais pu m'habituer au chaotique "Give Me It" qui fut joué de façon encore plus musclée que sur l'album !!!
Au plaisir de lire tes futures chroniques.





VANGELIS
L'APOCALYPSE DES ANIMAUX


Le 05 Mars 2019 par SGT JAKKU


Un habillage, certes, qui a un petit peu vieilli mais l'émotion est restée intacte. Vangelis raconte le sujet du documentaire avec une très grande sincérité, une très grande justesse sans jamais tomber dans le piège du pathos. Une formidable prestation du compositeur grecque qu'il réitérera sur d'autres bandes sons.





VANGELIS
EARTH


Le 05 Mars 2019 par SGT JAKKU


"Earth", premier album de World Music de l'histoire ? Pas vraiment car le principe d'introduire des musiques ou instruments exotiques sur un album "occidental" avait déjà été abordé à plusieurs reprises dans les années 50 et 60, à travers le Jazz, le Mambo (exemple : Yma Sumac). Mais c'est le premier album qui mélange du Pop Rock anglais sur des musiques, rythmes et instruments aux résonances grecques et qui le fait d'une manière très atmosphérique et synthétique. Bref, ce disque, de par son esthétique, est pas mal en avance sur son temps tant il exploite des ambiances et des sonorités qui se développeront par légion dans les années 80 et 90 avec la New Age et la World Music.
Autre remarque, "Earth" propose un voyage très proche de celui de Jon Anderson avec son "Olias". Pas étonnant qu'ils aient travaillé ensemble après.
Note réelle : 4,5.





LADYTRON
LADYTRON


Le 05 Mars 2019 par HANNIBAL LECTEUR


Pas mal du tout, même si dans le même genre je préfère Chvrches ou Phantogram.





THE GLOVE
BLUE SUNSHINE


Le 05 Mars 2019 par RICHARD

J'adhère entièrement à vos propos Léo.
Dans la très longue vie de The Cure qui est l'un de mes groupes fétiches, la période 1983-1984 pour moi au risque d'être redondante est atypique, excitante au possible. J'apprécie également celle de 1980-1981 et 1987-1992, mais pour d'autres raisons.
En écrivant ces quelques lignes sur Blue Sunshine, l'annonce du décès d'Andy Anderson a été un sacré coup de massue pour moi comme pour tout fan du groupe je présume.
Il reste attaché à ce court laps de temps où l'on sentait vraiment le groupe heureux et foncièrement puissant et à l'aise sur scène. Acteur et témoin de cette effervescence !
Je sais que pour la majorité des fans, le line up béni est celui de 1985 avec Boris Williams et le retour de Simon Gallup qui correspond à l'explosion de la Curemania mais c'est loin d'être mon cas.
Il suffit de se pencher sur les bootlegs de la tournée du Printemps de 1984 en Angleterre
( ou cf l'officiel "Concert") avec les concerts d'Oxford ou Londres par exemple pour constater que le groupe était à son maximum et Anderson y est pour beaucoup. Sa frappe comme sur "A Forest" ou "One Hundred Years " est tout bonnement superbe.
Concernant, l'absence de Smith au chant sur chaque titre, je suis comme vous. Elle permet justement cette alternance avec celle de Landray qui est la bienvenue, cassant les habitudes.
D'ailleurs, lorsque la réédition Deluxe de Blue Sunshine est sortie an août 2006 (que j'ai acheté le jour de sa parution, midinette un jour, midinette toujours), on peut retrouver sur le deuxième disque les démos des titres "d'époque" chantées par Smith. Je mets "d'époque" entre guillemets car il y a question pour savoir si Smith ne les a pas enregistrées justement pour cette réédition...vaste débat qui en définitive ne change rien à la qualité et à la folie de cet album.





THE GLOVE
BLUE SUNSHINE


Le 05 Mars 2019 par LEO


Dès sa parution j'ai totalement adhéré à cet album et ce projet unique en son genre, qui est un peu un croisement entre la musique que The Cure et les Banshees faisaient à cette époque. à savoir, une dark pop néo-psychédélique mais avec un truc en plus que n'auront pas les futurs 33t The Top et Hyaena (même si quelque part, ces deux là se rapprochent pas mal stylistiquement de Blue Sunshine).
Ce truc en plus, c'est cette folie douce, cette étrangeté permanente qui se dégage du projet THE GLOVE et que l'on ne retrouve pas sur les deux albums cités plus avant. car sous l'apparence trompeuse d'une synthé-pop facile que l'on peut ressentir sur certains morceaux de l'album, pointe toujours ce sens de l'absurde à chaque coin du sillon tout en gardant une réelle unité de ton sur tout le disque.
C'est pourquoi je préfère nettement Blue Sunshine au fort décousu The Top qui manque de cohérence, passant sans cesse du coq à l'âne ou même du plus réussi mais trop sérieux Hyaena.
Certains esprits chagrins regretteront l'absence du chant de Robert Smith sur la majorité de l'album (mis à part sur les deux morceaux cités par RICHARD), mais pour ma part celà ne me dérange pas et je trouve qu'il y a au contraire bien plus de diversité et de variété de climats avec l'alternance entre le chant de Smith et celui de la très compétente Landray ainsi que sur les deux instrumentaux (l'un, rêveur pour ce qui est de "A Blues In Drag" ou cauchemardesque en ce qui concerne "Relax").
Bref, la palette des émotions est large sur Blue Sunshine, pour peu que l'on goûte au bizarre et que l'on accroche aux extravagances de Steven Severin et Robert Smith ! (comme par exemple sur le barré "Sex-Eye-Make-Up" avec son solo de guitare écorché vif et sa ligne de texte: 'the blood bath woman in room number one' qui a dû inspiré Smith après avoir très certainement visionné Psycho d'Alfred Hitchcock !).
À noter que l'on pouvait trouver deux titres hors album en face B des singles "Like An Animal" et "Punish Me With Kisses". l'hypnotique "Mouth To Mouth" et l'instrumental bizarroïde "The Tightrope". on retrouve ces deux là plus tout un tas de prises alternatives sur la version Deluxe de l'album parue en 2006.
À propos du batteur Andy Anderson (que RICHARD a évoqué dans sa chronique), celui-ci s'est éteint ce 26 Février 2019 des suites d'un cancer en phase terminale.
En plus de figurer sur cet excellent Blue Sunshine, il apparaît avec The Cure sur les albums The Top et le live In Concert ainsi que sur le maxi-single "The Love Cats" et sa face B comprenant deux titres: "Speak My Language" et "Mr. Pink Eyes" plus sur les deux faces B du maxi-single "The Caterpillar": "Happy The Man" et "Throw Your Foot". R.I.P.





The PRODIGY
MUSIC FOR THE JILTED GENERATION


Le 05 Mars 2019 par DINICED


À Dieu Mr. Flint, snif... même si Dieu nous déteste tous...





The PRODIGY
THE FAT OF THE LAND


Le 05 Mars 2019 par FAFNER990


Rest In Peace Keith Flint.

Pour moi le meilleur album d'electro jamais crée.
5/5 pour la qualité de l'album
5/5 pour les souvenirs y étant rattachés






The PRODIGY
THE FAT OF THE LAND


Le 05 Mars 2019 par RICHARD


Décidément, il y a vraiment parfois de très mauvaises semaines.
Keith Flint vient de nous quitter.
Cette bombe de 10 titres sera encore plus précieuse.





MAZZY STAR
SHE HANGS BRIGHTLY


Le 03 Mars 2019 par MR LARSEN

Hope Sandoval a sans doute l'une des voix féminines les plus envoûtantes au monde. Je la préfère dans le registre des ballades, où elle ressuscite avec talent l'esprit folk des 60's-70's tout en assurant un pont mélodique avec la nouvelle génération pop-folk (je pense en particulier à FIRST AID KIT). Pas de note pour cet album que je ne connais que trop peu, mais un gros coup de coeur pour cette chanteuse que j'ai découvert il y a peu à travers le lancinant "Into Dust". Une merveille !





YES
MAGNIFICATION


Le 03 Mars 2019 par LEO


Bien d'accord avec SGT JAKKU et les avis précédents qui vont à l'encontre des deux chroniques publiées !
Ce Magnification est un album infiniment plus réussi que tout ce qu'a produit YES à partir de Big Generator (pour ma part je n'ai jamais pu piffré ce 33t à l'inverse du très bon 90125).
La spécificité de ce dix-neuvième album studio de YES (vingtième si l'on prend en compte celui d'ABWH) est d'avoir été fait à quatre et sans claviériste puisque deux de ses membres ne sont plus là. Billy Sherwood (depuis le début de l'année 2000) et Igor Khoroshev (à l'été de la même année). pour pallier à cette absence de claviers, la formation a donc choisi de faire appel à un orchestre symphonique qui rempli amplement l'espace sonore.
Perso, l'utilisation d'un orchestre chez YES ne me pose aucun problème vu que j'aimais déjà plutôt bien l'album Time And A Word qui avait une orientation symphonique assez prononcée.
Ici, l'aspect psychédélique qui prédominait sur l'album de 1970 s'est éffacé au profit d'un style plus contemporain comme par exemple sur le très radiophonique "Don't Go", qui marie intelligemment le mélange des genres.
Comme l'a fait justement remarquer SGT JAKKU, il y a bien quelques passages un peu mielleux estampillés Jon Anderson, mais ceci n'est pas une nouveauté chez le chanteur et pour une fois ce côté édulcoré se fond plutôt bien dans ces compos globalement très soignées.
Avec Magnification, YES a enfin retrouvé l'inspiration qui lui faisait défaut durant plus de dix ans, et à mon avis il fait partie des albums les plus attachants de YES. donc pour moi, ce sera un bon 4,5/5.






Lou REED
TRANSFORMER


Le 03 Mars 2019 par METALPROG84


Très bon album de Lou Reed, même si quelques titres sont moins bons dans la 2ème partie de l'album ("Make up", "I'm so free" et le jazzy "Goodnight ladies). Les 5 premiers morceaux et "Satellite of love" sont vraiment excellents.





Léo FERRE
LES CHANSONS D'ARAGON CHANTéES PAR LéO FERRE


Le 03 Mars 2019 par CLANSMAN57


"L'affiche rouge" est un véritable joyau, on ne peut pas souhaiter meilleure entrée en matière.
Rares sont les chansons qui me refilent autant la chair de poule.
Lorsque les 32 minutes du disque s'achèvent, je me la repasse pour me reprendre une bonne grosse claque.
C'est ultra poignant.

Le reste ne démérite pas non plus, Ferré reste fidèle à son habitude, il interprète parfaitement les poèmes d'Aragon et prend soin de changer le revêtement sonore à chaque fois.

C'est intéressant de découvrir d'autres facettes du poète, dont celle plus engagée, bien que l'amour soit naturellement évoqué à quelques reprises.
"Elsa", par exemple, devait bien combler la destinataire.
"Ma vie en vérité commence/Le jour où je t'ai rencontrée/Toi dont les bras ont su barrer/Sa route à ma démence/Et qui m'a montré la contrée/Que la bonté ensemence."

Je trouve l'orchestration un peu moins emphatique que sur les autres chansons que je connais, c'est pas mal non plus comme cela, ça change un peu.

Bref, un grand disque.






NEW ORDER
SUBSTANCE


Le 02 Mars 2019 par FRANçOIS


"Ils n’ont jamais eu autant de succès que DEPECHE MODE chez nous"

Je confirme ! J'avais un pote amateur de musiques 80's/90's "commerciales", il avait du U2, du Madonna, du Depeche Mode et même du Pet Shop Boys mais New Order... connait pas !
Concernant ce groupe, bien que très amateur de musiques synthétiques et électroniques et en dehors de "Blue Monday", je dois avouer être plus sensible à leurs pièces acoustiques et électriques (notamment "Crystal", que j'adore) qu'à leurs morceaux électro, que j'ai souvent tendance à trouver carrément... effroyables.





RENAISSANCE
A SONG FOR ALL SEASONS


Le 02 Mars 2019 par YANN 77


Album reçu aujourd'hui, commandé après avoir entendu le titre "A song for all seasons", très bel album, un poil plus pop, mais aucun soucis, la qualité est vraiment là.
Je reviens sur le morceau "A song for all seasons", ce titre est fabuleux et vaut l'achat de l'album rien que pour lui tellement il est énorme!!! Je ne peux que le conseiller vivement!!!





YES
FLY FROM HERE


Le 02 Mars 2019 par SGT JAKKU


Après avoir découvert récemment un très réjouissant "Magnification", une seconde bonne surprise est arrivée avec "Fly from Here".
Un disque très agréable avec de bons moments mélodiques donnant lieu à une vraie suite à "Drama".
Bien sûr, on n'atteint pas le niveau de l'album de 1980.
Arrive la question : a-t-on affaire à un album de Yes ? Avoir Squire, Howe, White, les 2 Buggles suffit-il pour qu'on appose le nom de Yes ?
Je dirais non comme pour Talk, Drama, KTA (le groupe est avant tout porté par Sherwood), Open, Union (où la question sur sa légitimité tient plus de la façon dont il a été produit), 90125 (notez que je ne range pas ABWH qui pour le coup, porte bien son nom et n'est évidemment pas un album de Yes)...
La plupart de ces albums étaient prévus pour des noms de formation différents. Certains sont des projets de collaboration en parallèle à Yes et ont porté le nom pour satisfaire les labels, d'autres par opportunisme ou par le manque d'inspiration, de motivation des membres originaux...et bien sûr, tout cela a été fait en grande partie pour des raisons commerciales.
Je pense que c'est ici le cas.
Cela n'enlève rien à la qualité du projet pour autant.
C'est juste que personnellement, je ne le comparerais pas aux albums de Yes car ce n'en est pas un.
Ceci dit, c'est un chouette disque.
Note réelle : 3,5.





BOOBA
TEMPS MORT


Le 02 Mars 2019 par LORDI2


je me souviens d'une interview de BOOBA à la TV à l'époque de PANTHÉON quand THIERRY ARDISSON l'avait interviewé. ARDISSON était dans l'humour il taquinait le chanteur de manière plutôt gentille. BOOBA avait répondu a quelques questions pour la TV. BOOBA fait partis de ceux qui pensent que l'homme noir est un sous-homme et que c'est pour ça qu'il se la joue rebelle et provocateur. Il pense également que les communautés d'hommes noirs doivent rester entre elles et ne pas se mélanger aux blancs. curieux constat de la part d'une star qui a réussi sa vie. je souhaitais parler de cette anecdote plutôt intéressante pour vous imaginer comme ça sonne creux dans la tête de bois de celui-ci! la prison ne l'a pas fait réfléchir davantage. L'intelligence est un don que tout le monde n'a pas. Quand les adolescents comparent BOOBA ou KAARIS pour savoir quelle pomme de l'arbre est la moins pourrie, les jeunes gens feraient mieux de réfléchir a quelque chose de plus intelligent car comparer deux pourritures n'a aucun intérêt. c'est comme si je choisissais deux cons et que j'essayais de comprendre laquelle de ces deux personnes est la moins pire. ça ne change strictement rien. j'ai honte de la jeunesse française qui a de la merde dans les oreilles notamment certain adolescents. l'intelligence est un don que tous n'ont pas! ceci est regrettable. BOOBA a intégré la prison pour avoir braqué une arme sur quelqu'un voilà la petite information pour ceux qui achète ses CD!





SPIRIT
CLEAR


Le 02 Mars 2019 par JERRY


J'ai découvert SPIRIT grâce à une compilation CBS "Super Superb Pop Session n°2" acquise en 1970 au hasard de mes pérégrinations musicales de l'époque. Le titre "Give A Life, Take A Life" m'avait immédiatement séduit par son atmosphère décalée et "planante" aux échos voluptueux, et j'ai pu enfin me procurer la version CD de "Clear" près de 30 ans plus tard.

Et cet album aux fortes réminiscences psychédéliques, assez difficile d'accès au premier abord, car brassant des climats sonores très divers, tourne encore aujourd'hui de temps à autre sur ma platine, et c'est toujours avec un égal bonheur que je me délecte des effluves guitaristiques "acides" de Randy CALIFORNIA (dont j'ai suivi la carrière solo par la suite), parti bien trop tôt (à 45 ans, en tentant de sauver son fils de la noyade (ce dernier ayant survécu)).

Il faut s'immerger dans cet album sans avoir des oeillères de "rocker" sûr de son fait (condition "sine qua non" pour l'apprécier à l'aune de l'époque (où on expérimentait beaucoup) à laquelle il est sorti) et progressivement le charme opère...

Cinquante ans plus tard, "Give A Life, Take A Life" fait toujours partie de mon Top 20 musical... et son intro "éthérée" au piano, tout autant que ses harmonies vocales me font toujours le même effet, ravissant l'amateur de Rock Progressif que je suis devenu au fil du temps. Tout comme "Eight Miles High" des BYRDS à l'atmosphère "psychédélique" assez similaire, isn't it ? So long, folks !











Al JARREAU
JARREAU


Le 02 Mars 2019 par JE AUTEUR

j'aurais dit un orfèvre





TALK TALK
THE COLOUR OF SPRING


Le 02 Mars 2019 par REALMEAN


Rares sont les albums qui sont touchés par la grâce. "The Colour of Spring" est de ceux là. Un consensus qui semble absolu, une griffe indémodable. Il est difficile d'envisager la suite d'une aventure discographique, lorsque, à un moment, le firmament est atteint. Et pourtant, j'ai gardé un attachement du même niveau pour "Laughing Stock" (avec une musique pourtant moins accessible), et un peu moindre pour "Spirit of Eden".
Tim F-Greene et Mark Hollis ont gagné leurs galons de génies musicaux en l'espace de 3 albums, même si "The Colour of Spring" suffisait déjà.







Commentaires :  1 ...<<...<... 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 ...>...>>... 630






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod