Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 ...>...>>... 630
Comment poster un commentaire ?


TALK TALK
LAUGHING STOCK


Le 26 Février 2019 par JUAN

Mark Hollis nous a quitté aujourd'hui. C'est l'occasion de lui rendre un très modeste hommage. Un hommage pour quelqu'un dont la musique m'a fasciné et pour lequel j'admire la liberté et l'indépendance artistique qu'il a su conquérir. L'influence que les derniers albums de Talk Talk et son album personnel laisse est considérable (Radiohead, Sigur Ros, Melanie de Biasio et biend 'autres). Quand à moi, il m'aura réappris à savourer le silence qui est aussi musique.





Mark KNOPFLER
DOWN THE ROAD WHEREVER


Le 25 Février 2019 par DAVID

Je n'ai pas d'avis à donner sur la carrière solo de Mark Knopfler.
DIRE STRAITS est un groupe que j'ai jamais réussi à réellement apprécier, à mon plus grand regret car tous les éléments étaient réunis pour que j'en devienne fan : les moments les plus atmosphériques sont très subtils, les mélodies riches, ça joue méchamment, Mark Knopfler est un "King" de la guitare, tout ça…
Même si j'aime beaucoup le premier album de DIRE STRAITS, avec des guitares à l'époque TRES influencées par WISHBONE ASH.

Mark Knopfler en solo, même chose : la démarche du guitariste m'est hautement sympathique, ses albums solos sonnent "roots", c'est très authentique (car les claviers années 80 et le saxophone de DIRE STRAITS, au secours quoi !), Mark Knopfler joue à l'économie, il est parfaitement crédible et il est épanoui en s'étant éloigné des grosses tournées de stade du mastodonte DIRE STRAITS... Mais, même chose, je n'arrive pas à apprécier réellement. Et pourtant, les albums solos de KNOPFLER sont loin d'être mauvais. Je comprends tout à fait les avis élogieux sur ce disque, je comprends que le guitariste ait ses admirateurs pour sa carrière solo, car là aussi ça joue méchamment, avec énormément de feeling. C'est juste que ce n'est pas ma tasse de thé, mais ça s'écoute sans problème en musique de fond.





THE SAINTS
(I'M) STRANDED


Le 25 Février 2019 par LE KINGBEE

Oui Nosferatu. Je les ai vu à Londres le même weekend que les Vibrators suivi d'Eddie & the Hot Rods, la bonne époque. J'ai hésité à mettre le 5, note que j'attribue rarement, mais ça les vaut et puis sur scène le bassiste et le guitariste ne bougeaient pas d'un poil mais quelle énergie!

Yo!





HAPPY THE MAN
HAPPY THE MAN


Le 25 Février 2019 par UUU


Bizarre de faire référence à un titre de Genesis, sortit uniquement en single et dont tout le monde a oublié tellement c'est à côté de son vrai travail de l'époque.





Bruce SPRINGSTEEN
GREATEST HITS


Le 25 Février 2019 par NONO


@Carlo : Cet album étant un best-of, peut-être qu'il te déconcerte puisque faisant cohabiter des titres qui n'ont pas grand rapport entre eux ? (le propre d'un best-of, d'ailleurs...), sans parler des titres-bonus, etc.
Mais de là à rapprocher le Boss davantage de la variété que du rock.... quand même !...
Non, je pense que pour Springsteen il vaut mieux de toutes façons écouter ses albums individuellement, comme des univers à part entières. Springsteen n'est pas un artiste à "Best-of" à mon avis.
Moi je mets quand même 3.5/5 à cet album car même s'il y a un certain manque de cohérence dans le fil des titres, la sélection est bonne malgré tout.





Bruce SPRINGSTEEN
GREATEST HITS


Le 24 Février 2019 par CARLO


Commençons par le positif : je trouve "The River" magnifique. Voilà.

Pour le reste, je vais peut-être donner l'impression de m'amuser à casser une légende mais Bruce SPRINGSTEEN est un artiste que je n'ai jamais compris. Et ma note reflète donc plus mon incompréhension que la qualité objective de l'artiste.

Déjà, ça ne rentre pas dans ma définition du Rock. On est plus proche de la variété comme elle est pratiquée en France: des guitares en retrait par rapport à la voix et les claviers. La variété n'est pas synonyme de mauvaise musique. Mais, dans ce cas-ci, je ne ressens que de l'ennui.

Sur un morceau comme "Born In The USA", il y a un décalage entre l'énervement visible qu'il met à chanter et le clavier qui l'accompagne. Je reconnais que c'est un bon chanteur mais son chant énervé ne me convint pas et quand il prend un accent plaintif, ce n'est pas très agréable à mes oreilles non plus.





HAPPY THE MAN
CRAFTY HANDS


Le 24 Février 2019 par MAGNU

"Service with a smile" générique de l'émission de Dominique Farran sur Wrtl le samedi soir, fin 70 début 80.

Que de merveilleux souvenirs :)





Mark KNOPFLER
DOWN THE ROAD WHEREVER


Le 24 Février 2019 par LAURENT


Ma réaction aux commentaires sur le dernier album de Knopfler, épisode 2. Je réagis à la chronique Kros-express de Baker. C'est très bien argumenté, explicité, imagé pour bien faire comprendre à ceux qui ne s'en seraient pas encore rendus comtpe que le Marko est devenu chiant comme la mort... J'étais en train de me poser quelques questions vis à vis de ce bel étalage de rock critic écrit par Baker... et oui, j'étais en train de douter sur ce que mes oreilles veulent bien me faire entendre...impossible pour moi de rivaliser face à une si déconcertante facilité d'écriture (et je dis ça sans aucune ironie ! j'aimerai exprimer aussi bien les choses en musique) ... mon peu d'objectivité envers les compositions de Knopfler m'aurait il fait perdre toute notion de ce qui est très bien composé de sa part, aurais-je complètement perdu la boule vis à vis de ce que j'estime être de la part de Knopfler avec son nouvel ouvrage comme une véritable pépite dans sa discographie, allez, je le dis... son chef d'oeuvre ! Donc, j'étais dans un début de doute sachant que la chronique principale n'étais pas non plus très reluisante... Et là, que lis-je au détour d'une ancienne chronique de Baker, il nous explique qu'il adore TOTO !?? mieux, il parle en bien de Céline DION ????? sauvé, j'étais sauvé ! mes oreilles ne m'avaient pas trahi ! les goûts et les couleurs... c'est dingue quand même dans quelle dimension ça peut nous emmener...





YES
OPEN YOUR EYES


Le 24 Février 2019 par SGT JAKKU


Il est vrai qu'avec "Open Your Eyes", un autre opus un peu bâtard, on oscille entre l'anecdotique, le moyen et le "pas mal" mais jamais on n'entend un vrai bon morceau. Et en même temps, il n'y a pas de titres foncièrement mauvais. Si on met de côté que le groupe s'appelle Yes, on obtient un album qui se défend. De la part de Yes, c'est bien sûr décevant. Mais, sans vouloir jouer l'avocat du groupe, a-t-on vraiment affaire à un album de Yes à 100% (voire Talk) ? Certes, la plupart des membres sont présents mais l'album n'est pas non plus le fruit d'un gros travail collectif. Ça ressemble vaguement à Yes (je parle de la musique seule) et c'est estampillé "Yes" mais pour moi, ça s'arrête là.
Petites mentions spéciales pour "The Solution" pour ses quelques thèmes prog très sympas, "New State...", le morceau titre.
Note réelle : 2,5.





THE SAINTS
(I'M) STRANDED


Le 24 Février 2019 par NOSFERATU


ENORMISSIME ...Des singles high energy punks dévastateurs, la fameuse touche australienne





David KNOPFLER
RELEASE


Le 24 Février 2019 par BAAZBAAZ

C'est fascinant...

Je ne savais même pas que David KNOPLER avait fait une carrière solo.

Je trouve que ce disque est un témoignage passionnant : David chante comme son frère, et ses chansons donnent (parfois) une idée lointaine de ce qui aurait pu être, dans un monde parallèle, un album perdu ou déviant de DIRE STRAITS. Du moins si le groupe était resté proche des ambiances de la période "Communiqué" (en se contentant d'ajouter une louche de production 80s) et n'avait pas évolué au fil des ambitions démesurées du génial Mark....











AYA NAKAMURA
NAKAMURA


Le 24 Février 2019 par FRANçOIS


Oui, rencontrer autant de succès en étant aussi nulle, cela a quelque chose de fascinant :-)





INDOCHINE
DANCETARIA


Le 24 Février 2019 par FRANçOIS

Tout à fait Richard. Mais même Corynne Charby et Baltimora, j'aime bien (plaisirs coupables, j'avoue). Même Sabrina ou Stéf' de Monac' ! Bon, Jean-Pierre François non, faut pas déc' quand même :-)
Il y avait dans ces années-là une insouciance et une liberté (l'effet nostalgie pour nos jeunes années joue aussi sans doute un peu) que je n'ai plus retrouvé les décennies suivantes. La musique était globalement gaie (et gay).





The CARS
THE CARS


Le 24 Février 2019 par LE KINGBEE

@ Baazbaaz et Leo

Je me doutais bien qu'une note de 3 risquait de paraître sévère pour ce premier jet des CARS. Je précise bien, à la fin, que ce disque aurait mérité en son temps un bon 4. Sans doute faut-il voir ici les influences de mes domaines de prédilection (Blues, Soul, et Gros Sons 70's) qui atténuent la note de ce disque.
Le point qui manque s'explique par le manque de limpidité sonore (1 demi point) et une production un peu trop fastueuse à mon goût.
Mais je comprends parfaitement vos récriminations.
Bien à vous.





INDOCHINE
DANCETARIA


Le 24 Février 2019 par RICHARD

Je suis entièrement d'accord avec vous François. Je sous entendais simplement qu'il n'y a pas si longtemps, il était de bon ton de réduire pour le grand public ces années à Baltimora, Jean Pierre François ou Corinne Charby...
Il fallait quasiment par principe les détester et les réduire exclusivement à des synthés sirupeux et des looks improbables.
Mais pour qui creuse un peu, elles sont d'une richesse incroyable. Ce ne sera pas un inventaire à la Prévert mais de fait pour moi des Cure, Banshees, Cocteau Twins, Smiths à Depeche Mode, Pixies, And Aldo A Trees, House of Love, New Order, Simple Minds, U2 pour les plus exposés, il y a vraiment de quoi faire.





Kōji KONDō
THE LEGEND OF ZELDA: THE WIND WAKER


Le 24 Février 2019 par LORDI2


La victoire du héros du temps fut légendaire pour tout le royaume. Le héros du temps victorieux quitta le royaume d'HYRULE en quête de paix, fatigué des combats qu'il a menés avec cette amis à côté de qui il s'est assis sur le trône de la gloire. La princesse ZELDA lui fit cadeau de l'ocarina du temps. Notre héros quitta HYRULE. Il s'égara dans les bois perdus. Sa route le conduisit vers un monde parallèle appelé TERMINA, territoire victime d'une situation apocalyptique. La vie de Link se transforme en purgatoire, il doit sauver TERMINA pour retrouver sa propre liberté. Le héros du temps fut victorieux de ses aventures dans TERMINA! Mais personne ne sait s'il retrouva un jour le chemin d'HYRULE. Pendant que LINK est à TERMINA, GANONDORF revient des entrailles de la terre. GANONDORF sème la destruction et la désolation dans tout le royaume d'HYRULE. La mort guête le royaume et le héros du temps ne reviendra pas car il s'est perdu en chemin dans une autre dimension. Le roi d'Hyrule attend le retour de l'élu, celui qui viendra les sauver. Dans un geste désespéré, le roi d'hyrule réunit les 3 fragments de la triforce. Il se sert des triangles d'or pour faire un voeu et choisit de noyer les terres d'hyrule et de sceller le pays sous les océans ainsi que GANONDORF. Le pays faillit disparaître mais les élus du royaume rejoignaient la surface pour échapper à GANONDORF. C'est ainsi que commence notre histoire. Le héros du temps avait échappé à son purgatoire dans TERMINA. Il avait réussi a triompher de ses ennemis. Il se fit pleins d'amis mais jamais il ne retrouva le chemin d'hyrule. LINK héros du temps fut mort perdu dans la forêt et transformé en squelette plein de regrets. Dans TWILIGHT PRINCESSE, il est mort. Pourtant, il enseignera le maniement des armes à son fils qui vit dans HYRULE. A la fin de MAJORA'S MASK, les destinations du héros du temps sont inconnues pour le moment.





Kōji KONDō
THE LEGEND OF ZELDA: TWILIGHT PRINCESS


Le 24 Février 2019 par LORDI2


Le suspens est a son comble dans ce jeu . le créateur de ZELDA est au sommet de son art et il ne fera jamais mieux par la suite. Je vous le dis, ZELDA est à son apogée en l'an 2006. Le jeu est sur GAMGUBE, WII et WII U! Un sorcier du nom de XANTO venu d'un autre monde se fait appeler le roi des ombres. Cet individu veut plonger le royaume d'HYRULE dans le chaos. Link chevalier d'HYRULE lutte de toutes ses forces pour protéger les enfants de son village. Il part à la recherche de ses pauvres amis, tous victimes d'une attaque de monstres dans leur village natal. Link abandonne sa vie à la ferme pour partir à l'aventure. Dans sa quête, il rencontre une femme diablotin à l'apparence étrange. Elle s'appelle MIDONA. Plus tard, il apprend que cette femme à l'apparence de démon est en réalité la princesse d'un royaume oublié et obscur qui a été banni par l'un de ses serviteurs qui avait en lui le mal dans ses yeux. Le peuple de MIDONA vient du crépuscule, un monde parallèle d'hyrule. Le seul moyen pour notre héros est de réunir les fragments d'un miroir appelé le miroir des ombres. Le miroir des ombres est la porte pour se rendre dans le crépuscule où se cache XANTO. Dans cette histoire, Link est un disciple qui apprend le maniement des armes. Son père apparaît dans l'histoire, le Héros du temps d'ocarina of time et de MAJORA MASK. Il est bien mort mais il transmet son savoir à son fils! Link réussit a terrasser XANTO mais la malédiction de MIDONA ne fut pas apaisée. XANTO n'était qu'un clown, un pion ridicule, un pantin, une dérisoire marionnette. Le récit de XANTO raconte que dans son désespoir il errait perdu de chagrin dans les ténèbres du royaume de MIDONA. XANTO fit la rencontre de celui qu'il appellera très bientôt son dieu. il traite ce démon au nuage ardent comme une divinité. Le terrifiant démon dit : je fais tien mes pouvoirs et je fais miens tes désirs. Link découvre que son destin était de détruire GANONDORF, le seul et unique moyen de sauver HYRULE et MIDONA. La bataille fait rage et le Démon sera détruit. Quand la malédiction fut brisée, la princesse MIDONA retrouva son apparence ordinaire. Elle était d'une grande beauté. LINK était tombé amoureux de la belle. L'amour entre LINK et la princesse du crépuscule était réciproque. Les deux ont sauvé le monde ensemble. Ils étaient victorieux de leurs combats. LINK n'a pas pu empêcher le départ de MIDONA. Notre héros avait perdu l'amour de sa vie. MIDONA a fait son devoir : protéger le monde de la lumière et des ténèbres aux détriments de LINK et de cet amour sincère. Le souvenir de cette rencontre hante encore les nuits de notre héros. Cette douleure de l'âme est comme un couteau dans une plaie. Plus jamais il ne sera capable d'aimer quelqu'un d'autre. Dans sa mémoire, il se souvient de la silhouette de cet ange éternelle avec qui il avait tout partagé dans ses combats vers la paix et la justice. Princesse MIDONA mon amour éternel. tu es cet astre qui éclaire mes nuits, qui guide mes pas sur des chemins sinueux et qui réchauffe mon coeur.





YES
KEYS TO ASCENSION


Le 24 Février 2019 par SGT JAKKU


C'est toujours déprimant d'entendre un groupe qui a été si grandiose à sa grande époque, sombrer un peu dans l'insignifiance musicale.
Evidemment, je ne juge que la partie studio, mettant de côté le live qui est, c'est logique, très bon.
Un seul titre a retenu mon attention : "Mind Drive". S'il n'atteint pas le niveau d'excellence des classiques du groupe (quoique...), ce long morceau a mine de rien des arguments très solides. Il y a quelque chose de très puissant et d'intense qui s'en dégage à certains endroits, entrecoupés de moments de calme et d'apaisement. Acheter ce disque pour le live proposé, plus "Mind Drive" qui vaut vraiment le détour, et quelques titres moyens de KTA 1, est plutôt une bonne idée.
Mais attention aux autres titres studio (surtout ceux de KTA 2) qui sont d'un vide intersidéral !
Note réelle : 2,5.





MIDNIGHT OIL
DIESEL AND DUST


Le 24 Février 2019 par RICHARD


Il y a des albums qui avec le temps se bonifient. Je sais , c'est tout à fait de l'ordre du subjectif mais c'est le cas pour moi avec cette galette. J'étais peu réceptif au message à sa sortie, n'ayant que dix ans...
Si j'enlève le hit RTL2 "Beds Are Burning" que je n'ai jamais pu encadrer le reste est superbe. La montée progressive et les vocaux déments sur "The Dead Heart", impossible de s'en lasser. Pareil pour le définitif "Put Down That Weapon". Souvenirs de l'année 1989 pour ces deux titres chair de poule.
Un album intéressant qui porte un message des plus contemporains. Indispensable donc.





The CARS
THE CARS


Le 24 Février 2019 par BAAZBAAZ


Un grand merci pour cette chronique : les CARS font une entrée remarquable sur FP !

Je me permets juste de corriger une petite erreur d'étourderie de mon estimé collègue : il voulait certainement mettre 5/5 à ce chef d'œuvre intemporel plein à craquer de tubes extraordinaires, mais j'imagine qu'un coup de klaxon ou l'aboiement d'un labrador l'a fait sursauter et cliquer trop tôt dans le menu déroulant.

Le meilleur CARS avec Heartbeat City !







Commentaires :  1 ...<<...<... 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 ...>...>>... 630






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod