Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Iron Maiden
1981 Killers
1982 The Number Of The Bea...
  The Number Of The Beast
1983 Piece Of Mind
1984 Powerslave
1985 Live After Death
1986 Somewhere In Time
1988 Seventh Son Of A Seve...
1990 The First Ten Years #1
  The First Ten Years #2
  The First Ten Years #3
  The First Ten Years #4
  The First Ten Years #5
  The First Ten Years #6
  The First Ten Years #7
  The First Ten Years #8
  The First Ten Years #9
  The First Ten Years #10
  No Prayer For The Dyi...
1992 Fear Of The Dark
1993 A Real Live Dead One
  Live At Donington
1994 Raising Hell
1995 The X-factor
1996 Virus
  Best Of The Beast
1997 A Tribute To The Best Ba...
1998 Virtual Xi
1999 Ed Hunter
  Transilvania 666
2000 Brave New World
2002 Rock In Rio
  Rock In Rio
  A Tribute To The Beast
  Edward The Great
  Eddie's Archive
2003 Visions Of The Beast
  Slave To The Power (the ...
  Wildest Dreams
  Wildest Dreams - Dvd Sin...
  Dance Of Death
2004 No More Lies Dance Of De...
  The Early Days
2005 The Number Of The Beast
  The Trooper
  Death On The Road
  Death On The Road
  The Piano Tribute To Iro...
2006 The Reincarnation Of Ben...
  A Matter Of Life And ...
  The Hand Of Doom Orchest...
2008 Live After Death
  Maiden Heaven
  Somewhere Back In Time -...
2009 Flight 666 The Film
2010 El Dorado
  The Final Frontier
2011 From Fear To Eternity
2012 En Vivo!
  En Vivo!
2013 Maiden England '88
  Maiden England '88
2015 The Book Of Souls
2016 L'odyssée De La Bête
2017 The Book Of Souls - Live...
2020 Nights Of The Dead, Lega...
2021 L'héritage De La Bête
  Senjutsu
 

- Style : Saxon
- Membre : Ian Gillan , Trust, Smith/kotzen
 

 Site Officiel (577)

IRON MAIDEN - The X Factor (1995)
Par ELK le 23 Septembre 2022          Consultée 270 fois

Nous voici face à cet album de la discorde qui arbore en façade le X du 10ème opus. L’évènement majeur est bien entendu l’arrivée au chant de Blaze Bailey à la place de Bruce Dickinson, changement considérable pour tout groupe, quel que soit son style de musique. C’est encore plus délicat pour MAIDEN : comment remplacer l’irremplaçable, celui qui s’est imposé en 10 ans comme le meilleur front-man de l’histoire du métal ?

Plus que jamais, Steve Harris porte le poids du groupe sur ses épaules, il a réussi à sauver les meuble sur Fear of the Dark mais, cette fois-ci, le challenge est considérable. Il va tenter d’y faire face en reprenant tout en main, y compris la production, Martin Birch quittant également l’aventure.
Le problème est que Steve ne va pas bien : miné par son divorce, il traverse la phase la plus sombre de son existence et frise la déprime. Cet état d’esprit va totalement imprégner l’album. La si noire pochette est une horreur (même Eddie ne méritait pas ça) et souffre surtout d’une absence totale de second degré inédite chez les Anglais.
Et le contenu est à l’avenant, les thèmes retenus sont particulièrement glauques : la dépression, la chute, la guerre, le jugement divin, l’inquisition... N’en jetez plus, la coupe est pleine.
J’ai, comme beaucoup, essayé à sa sortie d’aimer et de défendre cet album, y cherchant une nouvelle facette du groupe que j’espérais brillante comme un diamant. 27 ans après, une nouvelle écoute attentive me conforte dans ce que j’avais tenté de refouler : cet album est un échec quasi complet. Ce qui peut être sauvé est rapide à énoncer : "Sign of the Cross", un titre énorme, qui prendra toute sa dimension Live (avec Bruce au chant), "Man on the Edge", pas mal foutu avec son riff à la Blackmore, l’intro basse de Steve sur "Blood on the World’s Hands", quelques jolis arpèges d’intro (à choisir dans la Kyrielle qui nous est offerte) et peut-être "The Unbeliever", plus audacieux que les autres. Tout le reste est mal fichu, balourd, sans inspiration, au mieux très ennuyeux et surtout bien loin des standards du groupe. Mention spéciale au duo Steve/Nicko complètement à côté de ses pompes, mais les guitaristes ne sont pas en reste avec des parties banales, mal exécutées et mal enregistrées.
Quant au chant de Blaze, il est tout simplement proche de la catastrophe, ce que les prestations live ne feront que confirmer. Steve a choisi un chanteur qui soit une sorte de compromis entre l’impact direct de Di Anno et le lyrisme de Dickinson. Blaze échoue sur les deux tableaux, mais il ne peut à lui seul porter la responsabilité de l’échec artistique de l’album. Les regards doivent à ce sujet se tourner vers Steve. Je reste néanmoins admiratif de la démarche et de l’homme : il tombe les armes à la main, sans rien renier de ses convictions (et dieu sait si le métal avait du plomb dans l’aile à l’époque) et en offrant tout ce qu’il avait à partager, même ses idées les plus noires. Raison pour laquelle ma note sera finalement un 2, tout en déconseillant fortement l’album à qui souhaite découvrir aujourd’hui ce magnifique groupe.

A lire aussi en METAL :


SUICIDAL TENDENCIES
Lights Camera Revolution (1990)
Un condensé de thrash technique et inspiré




MOTÖRHEAD
Sacrifice (1995)
Snaggletooth fait gicler le gras !


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   ELK

 
   (2 chroniques)



- Steve Harris (guitare basse)
- Nicko Mc Brain (batterie)
- Janick Gers (guitare électrique)
- Dave Murray (guitare électrique)
- Blaze Bailey (chant)


1. The Sign Of The Cross
2. Lord Of The Flies
3. Man On The Edge
4. Fortunes Of War
5. Look For The Truth
6. The Aftermath
7. Judgement Of Heaven
8. Blood On The World's Hands
9. The Edge Of Darkness
10. 2 A.m.
11. The Unbeliever



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod