Recherche avancée       Liste groupes



      
HORROR PUNK / HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Black Flag, Samhain, Danzig
- Style + Membre : The Ramones
 

 Site Officiel (360)
 Misfits Central (269)

The MISFITS - Famous Monsters (1999)
Par RED ONE le 8 Juillet 2015          Consultée 1097 fois

Le très bon American Psycho (1997), porté par l'excellent single "Dig Up Her Bones", avait brillamment réussi à imposer l'idée que les MISFITS pouvaient exister sans Glenn Danzig. Oh certes, la "reformation" du groupe en 1995 sous la houlette de Jerry Only et de son frère Doyle n'a pas fait plaisir à tout le monde. Y compris Glenn Danzig, bien sûr, qui ne se prive évidemment pas de dire tout le mal qu'il pense du nouveau groupe dans la presse. À tort ou à raison ? C'est une question de point de vue... Toujours est-il qu'une nouvelle ère a bel et bien commencé pour le groupe du New Jersey. Malgré l’apparente solidité du nouveau line-up, le chanteur Michale Graves trouve quand même le moyen de faire brièvement défection durant l'année 1998. Remplacé par Myke Hideous le temps d'une tournée, Graves revient chez les MISFITS à l'aube de l'enregistrement de Famous Monsters, deuxième LP de la nouvelle formation.

Ce second LP studio des "Nouveaux" MISFITS présente peu ou prou les mêmes problèmes de légitimité qu'American Psycho. Si l'on fait ainsi abstraction de la musique et que l'on se focalise sur les textes, on constate que comme sur l'album précédent, les MISFITS se cantonnent toujours à un univers purement cinématographique, uniquement inspiré par les vieux films d'horreur et la SF vintage. C'est donc un horror punk toujours très aseptisé, à la façon d'un film pour enfants, qui ne fait évidemment pas peur du tout. La pochette de Famous Monsters, très flashy et colorée, est symptomatique de cette orientation "politiquement correcte" choisie par les frères Caiafa. On est bel et bien ici aux antipodes des ambiances noires et sinistres propres à l'univers glauque de Glenn Danzig. Ce choix serait apparemment volontaire, puisque Jerry Only, fervent catholique, a toujours déclaré être en total désaccord avec les goûts artistiques de Glenn. Un véritable paradoxe quand on sait que Danzig est le fondateur des MISFITS et que c'est lui qui bâti l'identité du groupe !

Malgré cela, il faut bien admettre que Famous Monsters est encore une belle gifle, qui s'impose sans difficultés comme l'un des meilleurs albums de punk rock américain des années 1990. Sur ces 18 titres, aucun n'est réellement à jeter, et l'album s'écoute d'une traite sans aucun temps mort. "Scream", unique single tiré de l'opus, tire l'album vers le haut, et les Nouveaux MISFITS signent encore ici un hymne punk fabuleux, dans la lignée directe de "Dig Up Her Bones". Un clip réalisé par George A. Romero verra même le jour, confirmant un peu plus la bonne réputation de la nouvelle incarnation du groupe.
Certains titres sont de purs joyaux : "Descending Angel", avec ses choeurs fédérateurs et ses riffs épiques, s'impose comme l'un des meilleurs morceaux de la période Graves. "Lost In Space", "Dust To Dust" ou encore "Die Monster, Die" sont également de véritables pépites d'un punk énergique et massif, dont les mélodies font mouche immédiatement. Le hardcore mélodique d'American Psycho n'a donc pas disparu, il est même approfondi sur plusieurs titres réellement bodybuildés : "Crawling Eye", "Witch Hunt", "Living Hell", "Pumpkin Head"... Des influences rockabilly se font sentir sur la superbe ballade "Saturday Night", annonçant déjà le futur album de reprises Project 1950 (2003).

Bien évidemment, vu la taille de l'album, il y a du remplissage : on passera ainsi rapidement sur quelques titres anecdotiques tels que "Scarecrow Man", "Them" ou encore "Hunting Humans". Par ailleurs les penchants "fan service" de certains titres d'American Psycho ("Walk Among Us", "Crimson Ghost") sont toujours un peu présents, comme en témoigne "Fiend Club", qui reprend sans scrupules le nom de l'ancien fan club du groupe fondé par Glenn Danzig. Mais l'ensemble n'en souffre pas réellement, et Famous Monsters demeure un bel album efficace, propice à tout ratiboiser sur son passage, à grands coups de riffs punks surpuissants et de mandales hardcore sévères. En réitérant l'exploit d'American Psycho deux ans plus tard, Famous Monsters impose une seconde fois la nouvelle version des MISFITS comme une formation de premier ordre au sein de la scène punk américaine des années 1990.

Hélas, le line-up ne survivra pas à la tournée promotionnelle de cet album. Courant 2000, Michale Graves et Dr. Chud quittent ainsi publiquement le groupe à l'issue d'un concert. Doyle ne tardera pas à faire de même quelques mois plus tard, et Jerry Only prendra alors l'étrange décision de devenir lui-même le nouveau chanteur des MISFITS, tout en recrutant de nouveaux membres. Et bien sûr, la légitimité historique de la nouvelle version des MISFITS en prendra par la suite un sacré coup. Mais ceci est encore une autre histoire...

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


Les WAMPAS
Tutti Frutti (1986)
"Hey hey hey hey ! On supporte le rock'n'roll !!!"




METAL URBAIN
Les Hommes Morts Sont Dangereux (1981)
Compile ou album studio ? les deux !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Michale Graves (chant)
- Doyle (guitare)
- Jerry Only (basse)
- Dr. Chud (batterie)


1. Kong At The Gates (instrumental)
2. The Forbidden Zone
3. Lost In Space
4. Dust To Dust
5. Crawling Eye
6. Witch Hunt
7. Scream
8. Saturday Night
9. Pumpkin Head
10. Scarecrow Man
11. Die Monster, Die
12. Living Hell
13. Descending Angel
14. Them
15. Fiend Club
16. Hunting Humans
17. Helena
18. Kong Unleashed (instrumental)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod