Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SNOOP DOGG - Ego Trippin' (2008)
Par GLADIUS le 11 Novembre 2018          Consultée 89 fois

Après une suite de productions plus que convaincantes, que ce soit à travers Tha Last Meal ou Tha Blue Carpet Treatement, Snoop DOGG arrive à trouver son style pour faire suite à son premier chapitre Doggystyle qui aurait pu se révéler aussi mythique que dévastateur. Les quelques échecs ne l'ont pas freiné dans son évolution musicale, et c'est réellement avec Ego Trippin' que notre rappeur tente de prendre à contrepied les quelques derniers L.Ps qu'il a sortis. Fini les albums aux 100 apparitions. Snoop DOGG veut mener l'égo-trip à son paroxysme, son autosatisfaction étant de créer un album où il est le seul derrière le micro. Cependant, il cède tout de même à la tentation en invitant quelques chanteurs à rejoindre le projet.

La liste est longue, pas moins de 21 morceaux. Snoop DOGG va devoir mener un travail d'autant plus intense du côté de la production pour ne pas déboucher sur un projet ennuyeux et sans réelle conviction. Le rappeur californien tente de nous emmener à travers toutes les émotions possibles dans cet album.
Nous passons par la mélancolie de "Can't Say Goodbye", que l'interprète lui-même annonce ne pas pouvoir écouter sans avoir envie de pleurer et qui clôture l'album de la meilleure manière qui soit en mêlant la voix épique de Charlie WILSON et l'interprétation triste de Snoop DOGG. "Neva Have 2 Worry", même s'il présente de réelles caractéristiques g-funk avec ses quelques notes de guitare, nous emmène dans une toute autre dimension avec un refrain flirtant entre épique et mélancolique. Dans la même trempe, le premier single "Sexual Eruption", même s'il étonne, nous donne quelques douces ambiances que Snoop DOGG gère parfaitement, mais qui tendent plus à être considérées comme de la pop que de la g-funk. L'apparition de Raphael SAADIQ sur "Waste of Time" est réellement un pari réussi, plein de fougue et de bonnes idées. La catégorie pop de l'album accueille sans honte le sérieux "Whateva U Do" qui propose une bonne production et une interprétation fanfaronne de notre rappeur. "Why Did You Leave Me" présente toutes les caractéristiques d'un morceau plein de mélancolie à travers lequel Snoop DOGG veut nous faire sortir les mouchoirs.
Du côté du rock, impossible de passer outre le morceau "My Medecine" qui constitue probablement la pièce la plus étonnante de cet album. Notre rappeur invite Johnny CASH à grattouiller quelques notes pour pouvoir s'exprimer dans un ton rock'n'roll sur les drogues avec son compère EVERLAST. Les ovnis sont nombreux sur cet album, que ce soit avec la production robotique de "Gangsta Like Me" qui invite Jamie FOXX dans la place, habitué maintenant des apparitions sur les projets du rappeur californien. On peut évidemment citer "Sexual Eruption" dans la catégorie des productions étonnantes.

On trouve bien évidemment sur cet album le Snoop DOGG que l'on aime, celui que l'on connaît et qui ne surprend plus. "Press Play" est un exemple parfait de ce que le rappeur est capable de créer. Si son flow ne surprend pas sur ce morceau, nous ne pouvons pas en dire autant d'une instrumentation pour le moins déroutante menée par une basse ambiante ponctuée de quelques légères notes saturées qui donnent le ton. Le refrain de KURUPT amène de la diversité pour conclure par une grande réussite. L'ambiance presque boom-bap de "SD is out" aux basses prédominantes n'en fait pas pour autant une énorme réussite. Malgré l'intervention d'un Charlie WILSON toujours au top, le morceau ne retient pas particulièrement l'attention de l'auditeur.
La testostérone est le maître mot de "Life of Da Party", morceau pour le moins aseptisé et sans réel goût en dépit d'une intervention maîtrisée de Too SHORT. Le funk est poussé à son paroxysme dans la reprise de "Cool" du groupe The TIME. Une réussite totale pour la production de "Deez Hollywood Nights" qui nous emmène directement dans les soirées flamboyantes d'Hollywood. "Staxxx In My Jeans" repart sur des bases de rap pur et dur, tout comme "Let It Out" qui comporte quelques notes surfant sur des thèmes exotiques. "Ridin' In My Chevy" est peu novateur et passe à travers les mailles du filet.

Vous l'avez compris, sur cet album, il n'y a pas deux titres identiques. Ego Trippin est un pari surprenant que le rappeur veut prendre en charge, et si l'idée est louable le rendu est pour le moins déroutant. On trouve des idées fort satisfaisantes ("Sexual Eruption", "Deez Hollywood Nights","Can't Say Goodbye", …). Le plus important est surtout de remarquer que notre rappeur sort enfin pleinement de la zone de confort dans laquelle il s'est installé depuis sa première réussite. Il prend beaucoup de risques et cela est pour le moins osé. L'alchimie ne fonctionne pas dans l'ensemble, mais quand nous prenons les titres un par un il y a de bonnes surprises.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


ALKPOTE
Sadisme Et Perversion (2016)
Maître Alkpote, sur son arbre perché...




NAS
Life Is Good (2012)
Une des plus belles pépites de rap en 2012


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



Non disponible


1. A Word Witchya! (intro)
2. Press Play (feat Kurupt)
3. Sd Is Out (feat Charlie Wilson)
4. Gangsta Like Me (feat Jamie Foxx)
5. Neva Have 2 Worry (feat Uncle Chucc)
6. Sexual Eruption
7. Life Of Da Party (feat Too $hort & Mistah F.a.b.)
8. Waste Of Time (feat Raphael Saadiq)
9. Cool (feat Uncle Chucc)
10. Sets Up (feat Pharrell Williams)
11. Deez Hollywood Nights
12. Whateva U Do
13. Staxxx In My Jeans
14. Been Around Tha World
15. Let It Out
16. My Medicine (feat Everlast)
17. Ridin' In My Chevy
18. Those Gurlz
19. One Chance (make It Good)
20. Why Did You Leave Me Chily Chil
21. Can't Say Goodbye (feat Charlie Wilson & The Gap B



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod