Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON FRANçAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Glenmor, Hubert Felix Thiefaine , Bernard Lavilliers

Léo FERRE - Léo Ferre Chante Baudelaire (1967)
Par LE BARON le 30 Janvier 2019          Consultée 2297 fois

1967 : malgré le profond désaccord survenu entre Barclay et FERRE à propos d ‘« A Une Chanteuse morte* » la même année, les deux hommes s’entendent rapidement pour sortir un double album entièrement consacré à Charles Baudelaire**. Malgré leur désaccord, ou grâce à lui ? Rien de tel en effet, pour calmer les emportements de Léo, que de lui proposer de chanter un poète de de son choix.

Baudelaire, non seulement FERRE le connaît sur le bout des doigts, mais il l’a déjà chanté 10 ans plus tôt, alors qu’il était chez Odéon. Le disque de 1957 était très moyen : production faiblarde, et un FERRE, à l’époque, qui n’avait pas encore acquis la force d’interprétation qui est désormais la sienne. Disons-le d’emblée : ce deuxième essai sonne comme une évidence. Tout comme lorsqu'il chantait Verlaine et Rimbaud, FERRE survole l’oeuvre de Baudelaire en grand connaisseur, qui a incorporé l’oeuvre au plus profond de lui-même et fait siennes les paroles du sulfureux poète. Qu’elles soient mélancoliques, ironiques, sensuelles ou morbides – et parfois tout cela – , FERRE s’empare des mots de Baudelaire comme s’ils étaient les sien, offrant un voyage dense et quasi impeccable dans une œuvre souvent sulfureuse, toujours formidable.

On n’atteint pourtant pas au sublime du disque consacré à Verlaine et Rimbaud. Pourquoi ? Peut-être parce que l’aisance avec laquelle FERRE aborde Baudelaire, si elle est parfaite pour certains textes, en dessert quelques-uns. Déclamer « Spleen », par exemple, nous interroge : ces mots ne devraient-ils pas être murmurés ? Et pourquoi donc alourdir « La Beauté » à grands renforts de vibrato ?

Alors oui, il y a des faiblesses, mais qui ne doivent pas masquer le côté presque impeccable du reste, notamment dans les textes les plus sensuels, mais aussi les plus ironiques, et les plus cruels. Ainsi « Le Vin de l’assassin », drôle et jouissif, ou « Une Charogne » bien sûr, hallucinante description d’un cadavre d’animal trouvé « au détour d’un sentier », et dans lequel Baudelaire voit la putréfaction à venir de celle qu’il aime, et de ses propres « amours décomposés ». Une sorte de rappel à la réalité, en somme, et dont Baudelaire était coutumier, préférant souvent le rire – fût-il jaune – à la lamentation. FERRE les prononce avec gourmandise, ces mots magnifiques et terrifiants. Savourons-en quelques-uns. C’est bien une charogne, que Baudelaire décrit ainsi : « Les jambes en l'air, comme une femme lubrique / Brûlante et suant les poisons / Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique / Son ventre plein d'exhalaisons. » Qu’ajouter ?

FERRE s’avère donc d’autant meilleur que les textes sont provocants : la lascivité de « La Géante », l’ironie, de « Tu Mettrais l’Univers » , la sourde violence d’ « Abel et Caïn ». En revanche, quelques passages obligés comme « l ‘Albatros », ou « A Une Passante » semblent plus convenus, même s’ils restent d’une qualité indéniable. Ce n'est donc pas un disque sublime. Il n'en est pas moins excellent.


*Voir l’épisode précédent.
**Pour les collectionneurs : le double vinyle de l’édition de 1967 comprend deux titres qui ne seront pas réédités par la suite : « Epigraphe », et « Le Chat ». Le premier est interprété par la compagne de FERRE de l’époque. Au vu de leurs relations, on comprend qu’il n’ait pas souhaité de réédition. Mais pour « Le Chat » ?

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par LE BARON :


Léo FERRE
Verlaine Et Rimbaud Chantés Par Léo Ferre (1964)
Léo, le Saturnien et le Voyant.




Léo FERRE
1916-19... (1966)
1er excellent disque entièrement écrit par FERRE


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- Leo Ferré (chant)
- Jean-michel Defaye (arrangements, direction musicale)


- léo Ferré Chante Baudelaire
1. Spleen
2. À Une Malabaraise
3. Épigraphe
4. L'Étranger
5. Tu Mettrais L'univers
6. Le Chat

1. Le Soleil
2. Le Vin De L'assassin
3. L'albatros
4. À Une Passante
5. Le Flacon
6. La Servante Au Grand Cœur

1. Abel Et Caïn
2. La Géante
3. Remords Posthume
4. Les Bijoux
5. La Musique
6. La Beauté

1. Causerie
2. Recueillement
3. La Muse Vénale
4. Ciel Brouillé
5. Une Charogne
6. Le Vert Paradis (moesta Et Errabunda)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod