Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1979 Accept
1980 I'm A Rebel
1981 Breaker
1982 Restless And Wild
1983 Balls To The Wall
1985 Metal Heart
1986 Russian Roulette
1989 Eat The Heat
1990 Staying A Life
1993 Objection Overruled
1994 Death Row
1996 Predator
2010 Blood Of The Nations
2012 Stalingrad
2014 Blind Rage
2017 Restless And Live
  The Rise Of Chaos

ACCEPT - Eat The Heat (1989)
Par ERWIN le 13 Avril 2019          Consultée 336 fois

"Damned, mais c'est quoi c't'histoire ? Pourquoi que David Lee ROTH est dans ACCEPT aujourdhui, et où qu'il est passé le lutin hurleur facho ?" En deux phrases, voilà résumée la réaction des fans metaleux au sortir de cet album en 89. Perso, j'étais très pas content, ACCEPT devait être intouchable, et ma réaction fut très négative en achetant cet album. Je ne savais pas que le groupe visait les charts américains depuis plusieurs années, ça ne m'avait pas sauté aux yeux lors de la sortie de Metal Heart. Mais la séparation avec Udo s'est faite dans la soie et la bonne humeur, son style de chant ne lui permettant pas d'assurer les nouvelles composition ! On est pragmatique en Allemagne, le groupe et Deaffy composeront d'ailleurs ensemble son premier album solo. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. ACCEPT recrute donc David Reece, ce blondin au look plus glam qu'Heavy, ainsi que Jim Stacey à la seconde guitare. Et tous y voici !

On pouvait s'attendre au pire, ACCEPT essayant désespérément d'adoucir sa musique pour répondre aux canons du sacro saint billboard ricain, mais non....rien de tel ! Car ce n'est pas désespéré ! Oui, la musique a évolué, mais reste souvent proche de ce que nous suivons du groupe depuis leurs débuts, un mélange de Hard et de Heavy, mais on ne peut que constater les fortes inflexions.

"X-T-C".... Quel poème, cette intro somptueuse de Wolf en Tapping ! Un riff entêtant, de bonnes idées, la voix de Reece colle bien au titre, rythme d'enfer. À lire "extasy" bien sûr, comme un chouette jeu de mots destiné aux fans ricains. Le solo de Wolf en tapping est céleste, oui c'est facile... mais que c'est beau ! Une putain d'intro tout de même, et qui reste proche des thèmes chers au groupe, avec une voix plus claire mais qui bourine bien. Avec le recul, il est révélateur de constater que UDO reprend ce titre régulièrement dans sa set-liste live.

Une énorme ligne de basse drive "Generation Clash", on note le joli refrain agrémenté d'une nappe de synthé judicieuse, rendant ainsi le titre plus ambient et moderne. On reconnaît la patte du groupe tout du long même sans Udo, et quel solo ! Dans le genre bien accrocheur, nous avons "Hellhammer", qui pourrait sortir d'un album américain, pas de doutes si on excepte le refrain où les teutons ne peuvent s'empêcher de faire du grandiloquent, mais c'est encore réussi, pêchu et franchement sympa. Et la rythmique de locomotive sur "D-Train" reste simpliste et rentre-dedans, Udo aurait mieux convenu ici, c'est l'évidence.

Il y a donc des inflexions notables. Voyez ainsi la superbe "Stand 4 What U R" ! Mais oui on nage en plein big rock, on jurerait une rythmique d'Eddie VAN HALEN, avec un certain David au chant ! Le résultat n'a rien de vilain, bien au contraire, c'est bien gaulé, mais on est désormais à des années lumières des premiers amours du groupe. Quelle évolution ! Encore plus réussie, le groupe devient méconnaissable par instants sur "Love Sensation", très sophistiqué et qui restera sans doute comme le meilleur moment de la participation de David Reece à ce disque. Le riff pondu par Wolf est un véritable délice pour tout gratteux qui se respecte.

Oui, le son est plus policé, c'est visible sur "Turn The Wheel", mais ça reste agréable et franchement bien foutu. "Chain Reaction" occupe un espace plus mainstream, jouxtant la musique créée par WASP par exemple en ces fières années, entre Hard FM et Glam Rock. Avec "Prisoner", on s'approche des idées AOR, le gros synthé renvoie à SURVIVOR ou JOURNEY bien sûr, mais ça reste très écoutable. Evidemment, on atteint le momentum de l'opus avec les 9 minutes de "Mistreated", une très longue intro slow qui ne manque pas d'allure. Effectivement, là nous ne sommes pas si loin de ce que BON JOVI fait, qualitatif mais loin du Heavy ! Les fans vont décider de bouder ce genre de titres, mais ils auraient pu choisir de faire le contraire.

Au final, cette nouvelle mouture du groupe sera une cata ! La tournée US est un désastre, ponctuée de disputes entre l'oiseau de nuit Reece et les sages Allemands bien plus sérieux et préoccupés de bien faire leur boulot. La drogue s'en mêle, et Reece est très vite sacqué. Le groupe entre alors en hiatus pendant quelques années. Ce Eat The Heat n'avait pourtant pas que des défauts... Je ne peux me résoudre à lui coller autre chose qu'un solide 3 et vous engage vivement à l'écoute de "Love Sensation" pour la face FM et "XTC" pour le metal !

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


BLUE ÖYSTER CULT
Fire Of Unknown Origin (1982)
Origine extraterrestre




DEF LEPPARD
Hysteria (1987)
L'arlésienne.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- David Reece (chant)
- Wolf Hoffman (guitare)
- Peter Baltes (basse)
- Stefan Kauffman (batterie)


1. Xtc
2. Generation Clash
3. Chain Reaction
4. Love Sensation
5. Turn The Wheel
6. Prisoner
7. Mistreated
8. Stand 4 What U R
9. Hellhammer
10. D-train



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod