Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1979 Accept
1980 I'm A Rebel
1981 Breaker
1982 Restless And Wild
1983 Balls To The Wall
1985 Metal Heart
1986 Russian Roulette
1989 Eat The Heat
1990 Staying A Life
1993 Objection Overruled
1994 Death Row
1996 Predator
2010 Blood Of The Nations
2012 Stalingrad
2014 Blind Rage
2017 Restless And Live
  The Rise Of Chaos

ACCEPT - Too Mean To Die (2021)
Par ERWIN le 24 Février 2021          Consultée 386 fois

Trois ans et demi se sont écoulés depuis le dernier forfait en date de nos teutons préférés, c'est bien long mes chers frères ! Et il s'en sont passés des choses. A débuter par le départ de l'indéboulonnable bassiste Peter Baltes, après 42 années de bons et loyaux services, il est remplacé par le collègue Martin Motnik, issu du Ulrich ROTH band, on reste en Germany land ! Il laisse donc le fier Wolf Hoffman en charge du mamouth d'outre Rhin, mais dans l'intervalle, un Philip Shouse, troisième gratteux est venu se greffer - comme chez MAIDEN finalement, et personne ne s'en plaint. Bref, Andy Sneap reste à la production, et la machine est toujours bien en marche malgré tous ces changements ; de toutes manières, c'est marqué dans le titre : ils sont trop méchants pour mourir, faudra se les fader jusqu'au bout !

Nous avons donc été arrosés par trois titres en préambule de la sortie de l'album. Le premier est même nanti d'une jolie vidéo "The Undertaker", petite intro dans le pré carré, chant identifiable, grosse basse stable doumdoumdoum, choeurs et refrains faciles à chanter en concert, un super solo de Wolf, c'est du ACCEPT mais oui ! Le suivant est l'éponyme "Too mean To Die" au riff bien reconnaissable, avec autant d'originalité que les nouveaux albums d'AC/DC tiens, mais pour cette fois, le refrain n'a rien de vraiment excitant, un solo sans saveur, clairement pas un morceau à retenir pour votre serviteur. Enfin, quelques jours avant la sortie de l'album, une petite friandise avec "Zombies Apocalypse", titre plutôt moyen mais qui remue bien.

Et puisqu'on cause hakadaka, voilà plusieurs titres made in ACCEPTland dans le texte à débuter par "Overnight Sensation" et ses choeurs à la teutonne, très sympathique. "How Do We Sleep" est très – trop ? - classique dans sa conception alors que "Not My problem" est vraiment à oublier, de même que "Sucks To Be You" qui me paraît très peu probante. Et si on excepte le petit emprunt réussi à BEETHOVEN sur le solo de "Symphony Of Pain" il n'y a pas grand chose à en dire. Mais comment se montrer sévère après plus de quarante années de carrière ?

Allez ne boudez pas, il y a tout de même quelques instants très cools sur ce seizième opus, à débuter par la jolie mélodie à la gratte sur "No One's Master", et du coup, le refrain est de fort belle tenue, donnant à l'ensemble un équilibre évident. On signale aussi la petite balade certes très typique du groupe, "The Best Is Yet To Come", mais même si les années de "The King" sont loin, elle reste très agréable avec un très joli solo du loup et un refrain qui se tient superbement. Aaaah ! Enfin, un semblant d'épique avec le puissant lick de gratte de "Samson And Delilah", qui nous transporte aussitôt loin de certaines contingences, voilà ce qu'on attend lorsqu'on écoute du ACCEPT, une gratte qui s'adapte à l'histoire, qui nous refit encore le coup de DVORAK malgré ses consonances exotiques, le titre relève le niveau aussi vite que les classiques du groupe l'ont fait par le passé, c'est un instrumental ? Et bien tant mieux !

Alors, oui il y a des longueurs, presque des fillers, mais les coups de pattes de Wolf restent de la partie et cette partie à elle toute seule me comble de joie et de déférence envers le grand guitariste chauve, qui nous aura donné tant de plaisir. Clairement j'hésitais sur la note mais l'instrumental de fin m'a rendu confiance, ACCEPT fait toujours du Heavy Metal de grande tradition, l'âge excuse bien des maux, mais même en restant neutre sur le terrain de la critique, l'album est leur moins bon depuis 25 ans et Predator, mais réussi tout de même le délicat exercice du passage, un trois un peu "juste".

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


SLAYER
Show No Mercy (1983)
Naissance du thrash




BLUE ÖYSTER CULT
Imaginos (1988)
Concept du siècle


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Mark Tornillo (chant)
- Wolf Hoffman (guitare)
- Uwe Lulis (guitare)
- Philip Shouse (guitare)
- Martin Motnik (basse)
- Christopher Williams (batterie)


1. Zombie Apocalypse
2. Too Mean To Die
3. Overnight Sensation
4. No One's Master
5. The Undertaker
6. Sucks To Be You
7. Symphony Of Pain
8. The Best Is Yet To Come
9. How Do We Sleep
10. Not My Problem
11. Samson And Delilah



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod