Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON INSTRUMENTALE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : TÊtes Raides, Pierre Perret , Renaud, Mano Negra, Les Vrp
- Membre : La Commune Refleurira

Les OGRES DE BARBACK - Un Air, Deux Familles - Latcho Drom (2017)
Par RAMON PEREZ le 4 Juin 2021          Consultée 790 fois

On a dû sacrément leur en rabattre les oreilles de cette affaire-là puisque la tournée Un air deux familles - regroupant les OGRES DE BARBACK ET LES HURLEMENTS D'LEO - avait laissé un sacré souvenir, largement prolongé par l’album culte de 2002. Ils ont dû être nombreux ceux qui au fil de ces années leur ont demandé quand ils allaient remettre le couvert. Le moment a fini par arriver en 2017, quinze ans après l’aventure fondatrice. Les quelques dates programmées ont été complètement prises d’assaut, amenant des retrouvailles brûlantes avec ce public venu se rajeunir dans la meilleure des énergies. Le collectif décide de publier un enregistrement de ces quelques soirées avant de s’embarquer dans une tournée bien plus conséquente puisqu'ils furent cet été-là parmi les groupes les plus programmés dans nos festivals.

Ce disque, intitulé Latcho Drom (du nom du chapiteau historique dans lequel eut lieu la première tournée, malgré le fait que cette fois-ci les concerts se soient tenus en salles), doit relever un challenge impossible : atteindre le niveau de celui de 2002. Evidemment il n’y arrive pas, la magie de celui-ci étant du genre à ne se manifester qu’une fois. Cela ne signifie pas que son écoute ne soit pas intéressante ou agréable. Mais cette comparaison fatalement défavorable est sans doute ce qui pèse le plus du côté du négatif. Il faut dire que quinze années sont passées par là, elles ont laissé quelques traces. Par exemple la voix de Fredo est au bord de l’extinction et semble bien fatiguée.

J’ai aussi un grief tout à fait personnel à adresser, qui pour beaucoup d’autres personnes serait plutôt à ranger dans la colonne du positif : le long passage avec La RUE KETANOU. J’ai beaucoup de mal avec ce groupe, particulièrement avec la chanson par laquelle il s’invite ici sur scène, que je ne supporte tout simplement pas. Bien-sûr leur présence a une certaine logique philosophique puisqu'ils sont des représentants importants de la famille des Ogres ou les Hurlements. La réaction du public en est la meilleure preuve, qui connait aussi bien les chansons de la Rue Ket que celles des hôtes du soir. Mais j’aurais personnellement préféré que ces derniers se contentent de leurs deux répertoires, ou qu’ils développent davantage le passage de DEBOUT SUR LE ZINC, que je préfère largement.

Ce que ce disque fait en revanche très bien par rapport à son prédécesseur, c’est rééquilibrer la balance entre les deux groupes. L’album de 2002 était très ogresque, celui-ci met davantage les HURLEMENTS D’LEO en valeur. On retrouve leurs classiques ("Le café des jours heureux", "La Piave") et des titres plus confidentiels comme "La malle en mai", ainsi qu’un aperçu du spectacle qu’ils tournaient juste avant autour de Mano SOLO. D'autres figures tutélaires de cette scène artistique sont aussi évoquées, par un clin d’œil à Allain LEPREST ainsi qu’à la MANO NEGRA, le collectif remettant au goût du jour et pour notre plus grand bonheur l’ancienne reprise par les Ogres de "La Ventura".

Si le spectacle reprenait l’essentiel des chansons écrites pour la première tournée, il faut donner satisfecit au collectif d’avoir tenu à ne pas trop faire de redites sur l’album. Cela le rend tout à fait singulier. On retrouve simplement la chanson incontournable d’Un air deux familles en ouverture ("Jojo"), une nouvelle version de "Grand-mère" rallongée et enfin "Mytho", à qui l’âge a donné un côté un peu plus profond. Le reste c’est du neuf, bien qu’il n’y ait à proprement parler qu’une seule chanson inédite écrite pour l’occasion, dans le contexte bien précis de 2017 ("Une idée passe").

Ce côté renouvellement du répertoire est tout à fait appréciable, d’autant qu’il s’accompagne par une volonté assez claire de mettre les choses à jour au niveau du rendu sonore. Le disque est fort bien produit (quinze ans d’expérience en plus, ça compte !), ce qui permet de faire ressortir la grande ampleur et la tension des morceaux. Il y a de l’électricité dans l’air, une énergie rock qui ressort très bien. Ce côté tranchant compense un petit peu la moindre fraîcheur de cet enregistrement, si on se réfère au premier. Si on le prend pour ce qu’il est en lui-même, il prouve une nouvelle fois la vitalité de ces groupes et plus généralement de cette scène qui, après avoir déjà bien servi leur idée de l’art et de la musique, démontrent qu’ils sont largement capables de défendre leur héritage autant que de maintenir leur philosophie d’actualité. Bref, même si l’énergie de la jeunesse n’est plus tout à fait là, Latcho Drom montre que l’âge n’est pas fatalement une raison pour vieillir et que l’on peut encore compter sur ces groupes pour nous émerveiller.

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par RAMON PEREZ :


TÊTES RAIDES
Banco (2007)
C'est encore gagné.




Olivia RUIZ
Miss Météores (2009)
Comme au cinéma


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



- Les Ogres De Barback
- Les Hurlements D'léo


1. Jojo
2. Une Idée Passe
3. Mytho
4. La Malle En Mai
5. Grand-mère
6. La Ventura
7. Les Cigales
8. Les Mots
9. Pages De Ma Vie
10. Quand Tu Seras Là-bas
11. La Piave
12. Le Café Des Jours Heureux
13. Poil Aux Yeux
14. Pas Du Gâteau



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod