Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Iron Maiden
1981 Killers
1982 The Number Of The Bea...
  The Number Of The Beast
1983 Piece Of Mind
1984 Powerslave
1985 Live After Death
1986 Somewhere In Time
1988 Seventh Son Of A Seve...
1990 The First Ten Years #1
  The First Ten Years #2
  The First Ten Years #3
  The First Ten Years #4
  The First Ten Years #5
  The First Ten Years #6
  The First Ten Years #7
  The First Ten Years #8
  The First Ten Years #9
  The First Ten Years #10
  No Prayer For The Dyi...
1992 Fear Of The Dark
1993 A Real Live Dead One
  Live At Donington
1994 Raising Hell
1995 The X-factor
1996 Virus
  Best Of The Beast
1997 A Tribute To The Best Ba...
1998 Virtual Xi
1999 Ed Hunter
  Transilvania 666
2000 Brave New World
2002 Rock In Rio
  Rock In Rio
  A Tribute To The Beast
  Edward The Great
  Eddie's Archive
2003 Visions Of The Beast
  Slave To The Power (the ...
  Wildest Dreams
  Wildest Dreams - Dvd Sin...
  Dance Of Death
2004 No More Lies Dance Of De...
  The Early Days
2005 The Number Of The Beast
  The Trooper
  Death On The Road
  Death On The Road
  The Piano Tribute To Iro...
2006 The Reincarnation Of Ben...
  A Matter Of Life And ...
  The Hand Of Doom Orchest...
2008 Live After Death
  Maiden Heaven
  Somewhere Back In Time -...
2009 Flight 666 The Film
2010 El Dorado
  The Final Frontier
2011 From Fear To Eternity
2012 En Vivo!
  En Vivo!
2013 Maiden England '88
  Maiden England '88
2015 The Book Of Souls
2016 L'odyssée De La Bête
2017 The Book Of Souls - Live...
2020 Nights Of The Dead, Lega...
2021 L'héritage De La Bête
  Senjutsu
 

- Style : Saxon
- Membre : Ian Gillan , Trust, Smith/kotzen
 

 Site Officiel (551)

IRON MAIDEN - No Prayer For The Dying (1990)
Par CHIPSTOUILLE le 10 Janvier 2022          Consultée 912 fois

Dans sa chronique de The Final Cut de PINK FLOYD, notre collègue Oncle Viande comparait l’album à un chocolat délaissé. Pour avoir été le dernier à me servir avant lui, je confirme. No Prayer For the Dying m’a toujours provoqué la même sensation. La boîte de chocolats qu’est la discographie d’IRON MAIDEN, j’ai largement pris mon temps pour la déguster. Cet album, tout comme The Final Frontier et les chocolats à la liqueur de poire, je ne me suis pas pressé pour essayer. Un chocolat très moyen donc, mais pas si mauvais que certains voudraient le clamer.

Quand un album est, après une telle succession de réussites, aussi boudé, ça ne donne cependant pas envie de s’y jeter. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point commun qu’on peut lui trouver avec The Final Cut. Steve Harris semble avoir souffert à l’époque d’une crise de mégalomanie aiguë, au même titre que Roger Waters. La tête d'Adrian Smith n’y a pas plus résisté que celle de Richard Wright. En résulta un album un peu fade, dont on n’a, au final, toujours pas compris la direction.

D’après les dires de l’intéressé, No Prayer For the Dying devait être plus rentre-dedans, au même titre que les premiers. Sur le papier (l’emballage du chocolat sans doute), on ne pouvait que saluer cette décision. Entre ses claviers (guitare ou non) et ralentissements de cadence, il était peut-être temps pour IRON MAIDEN de se secouer. Une attitude qui a plutôt réussi à la concurrence britannique par ailleurs. Comme j’ai l’impression que les fans de IRON MAIDEN n’apprécient pas trop que l’on compare leur groupe favori à JUDAS PRIEST, je vais donc m’en abstenir cette fois-ci (oups ?).

Parlons alors de l’album, parlons même de son titre qui s’avère le plus intéressant : "The Assassin". Cette chanson a l’audace de casser son rythme et prend le risque de proposer du nouveau. Ses couplets, avec leurs arpèges modulés, sont très réussis. Mais ils s’enchaînent sur un curieux refrain. On y trouve des chœurs, une mélodie qui module elle aussi en partant des aigus vers le grave, pour arriver à une étrange dissonance. Le résultat ne fonctionne pas vraiment. Mais on sent qu’il y avait là une volonté d’accompagner le mouvement d’un assassin fondant sur sa proie pour asséner un coup, en partant du haut vers le bas.

Ce qui cloche le plus dans "The Assassin", outre la conclusion de son refrain, c’est un solo un peu hasardeux livré sur un pont sans grand rapport, un peu comme sur tout le reste de l’album d'ailleurs. Janick Gers, le petit dernier ayant déjà accompagné Bruce Dickinson sur son premier effort solo, s’y fait remarquer. Face à la précision dans le domaine dont pouvait faire preuve Adrian Smith, Janick Gers a, sans non plus démériter, du mal à soutenir la comparaison.

Mais le plus gros problème de No Prayer..., c’est qu’il est pratiquement dépourvu de riffs entraînants. Il n’y en a qu’un, sur "Hooks in You", la dernière petite offrande d'Adrian Smith avant de quitter le navire. Un titre malgré tout gâché par ses lignes de chant. L’intéressé disait qu’il n’était pas en phase avec la direction qu’allait prendre l’album. Sauf que j’ai beau réécouter, la direction, j’ai bien du mal à la comprendre. Chaque morceau part un peu de son côté avec sa propre idée. Le côté rentre-dedans, faute de riffs adéquats, j’ai l’impression qu’il est resté collé sur le papier.

Nous avons ici néanmoins de jolies mélodies ("Holy Smoke", "Mother Russia", et surtout "No Prayer For the Dying"). Elles sont malheureusement régulièrement interrompues par des couplets interminables. Bruce aussi bien que les guitares ne s’y expriment que très peu. Le seul titre que l’on retient vraiment est "Bring Your Daughter to the Slaughter", composé par Bruce bien avant les sessions de cet album. Un titre réclamé par Steve Harris, qui devait initialement figurer sur le premier effort solo du chanteur. Pour sauver l’album du désastre ? Il ne fait que rendre sa direction encore plus confuse. Bien qu’il nous y assène la même phrase un millier de fois, le titre a l’avantage d’entendre Bruce enfin chanter sur les couplets. Un titre très rock'n'roll dans l’esprit, avec une conclusion des plus réussies.

Tapons cependant là où ça fait vraiment mal, avec Nicko McBrain à la batterie. Si l’idée de l’album était bonne, le plus gros problème dans la résolution se trouve être à mon avis de ce côté. Je me suis prêté à un petit jeu que je vous déconseille fortement : réécouter tous les albums d’IRON MAIDEN dans l’ordre de leur sortie jusqu’à celui-ci. Steve Harris a oublié qu’il avait procédé à un échange de batteurs entre-temps. Quand on arrive à Piece of Mind, "Revelations" en particulier, le coup de frein est saisissant. Derrière, ça ne repart jamais réellement. Du coup, vouloir refaire un album rentre-dedans avec Nicko McBrain derrière les futs, était-ce réellement une bonne idée ? On est loin, très loin, de retrouver ne serait-ce qu’un soubresaut de "Murder in the Rue Morgue" sur cet album empâté. Le pire, sans doute, s’avère être le final de "Mother Russia", un début d’accélération à la Russe qui aurait pu conclure l’album avec brio. Pas de quoi s’essouffler, le morceau se conclut en demi-molle. Coupure de gaz ?

No Prayer For the Dying ne manquait pourtant pas de bonnes idées. Elles sont malheureusement souvent avortées ou gâchées. On ne refera pas l’histoire. La main de fer dans un gant de fer pour la vierge de fer, on sait maintenant ce que cela a donné. La direction de l’album, en fait, se trouve sur la pochette. IRON MAIDEN a plongé vers le bas, comme "The Assassin", afin de supprimer son idole. Le pilleur de tombe présent sur la version d'origine ne parait pas anodin. Comme si quelqu’un avait ouvert la boîte, pour tomber sur une bien mauvaise surprise… Le monstre est cependant increvable. Sur album, le groupe ne s’en est plus jamais vraiment relevé. Pas de prière pour le mourant, donc. Amen quand même.

A lire aussi en METAL par CHIPSTOUILLE :


MEGADETH
Youthanasia (1994)
20th Century Fox ne présente pas du tout...




MEGADETH
The System Has Failed (2004)
Et à la fin, il meurt. Au début aussi, d'ailleurs.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Steve Harris (guitare basse)
- Bruce Dickinson (chant)
- Nicko Mcbrain (batterie)
- Dave Murray (guitare électrique)
- Janick Gers (guitare électrique)


1. Tailgunner
2. Holy Smoke
3. No Prayer For The Dying
4. Public Enema Number One
5. Fates Warning
6. The Assassin
7. Run Silent Run Deep
8. Hooks In You
9. Bring Your Daughter...to The Slaughter
10. Mother Russia



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod