Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (14)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Iron Maiden
1981 Killers
1982 The Number Of The Bea...
  The Number Of The Beast
1983 Piece Of Mind
1984 Powerslave
1985 Live After Death
1986 Somewhere In Time
1988 Seventh Son Of A Seve...
1990 The First Ten Years #1
  The First Ten Years #2
  The First Ten Years #3
  The First Ten Years #4
  The First Ten Years #5
  The First Ten Years #6
  The First Ten Years #7
  The First Ten Years #8
  The First Ten Years #9
  The First Ten Years #10
  No Prayer For The Dyi...
1992 Fear Of The Dark
1993 A Real Live Dead One
  Live At Donington
1994 Raising Hell
1995 The X-factor
1996 Virus
  Best Of The Beast
1997 A Tribute To The Best Ba...
1998 Virtual Xi
1999 Ed Hunter
  Transilvania 666
2000 Brave New World
2002 Rock In Rio
  Rock In Rio
  A Tribute To The Beast
  Edward The Great
  Eddie's Archive
2003 Visions Of The Beast
  Slave To The Power (the ...
  Wildest Dreams
  Wildest Dreams - Dvd Sin...
  Dance Of Death
2004 No More Lies Dance Of De...
  The Early Days
2005 The Number Of The Beast
  The Trooper
  Death On The Road
  Death On The Road
  The Piano Tribute To Iro...
2006 The Reincarnation Of Ben...
  A Matter Of Life And ...
  The Hand Of Doom Orchest...
2008 Live After Death
  Maiden Heaven
  Somewhere Back In Time -...
2009 Flight 666 The Film
  Flight 666
2010 El Dorado
  The Final Frontier
2011 From Fear To Eternity
2012 En Vivo!
  En Vivo!
2013 Maiden England '88
  Maiden England '88
2015 The Book Of Souls
2016 L'odyssée De La Bête
2017 The Book Of Souls - Live...
2020 Nights Of The Dead, Lega...
2021 L'héritage De La Bête
  Senjutsu
 

- Style : Saxon
- Membre : Ian Gillan , Trust, Smith/kotzen
 

 Site Officiel (631)

IRON MAIDEN - No Prayer For The Dying (1990)
Par ELK le 16 Septembre 2022          Consultée 404 fois

Il fallait bien que cela arrive : après une ahurissante série de sept albums quasi parfaits, IRON MAIDEN ne passe pas le cap fatidique du chiffre magique et entre douloureusement dans les 90’s avec cet album mal né, et qui nous laisse une belle sensation de gâchis.

Le début des 90’s est marqué par le retour d’une forme plus 'puriste' du rock, avec le reflux des synthés 'pouet-pouet' et des boîtes à rythme, et le retour à un rock plus brut ("Nevermind de NIRVANA sort en 91). Steve Harris veut pour sa part mettre un frein à la sophistication extrême des derniers albums du groupe et revenir à un son plus brut, proche de celui des premiers opus. Adrian Smith ne l’entend pas ainsi et fait ses valises, remplacé par Yannick Gers, bon guitariste (au jeu de scène 'douteux' pour être sympa), mais probablement pas taillé encore pour prendre le relais en tant que guitariste comme de compositeur. L’absence d’Adrian, qui incarnait la face mélodique du groupe, plane sur cet album. Steve se retrouve trop seul pour composer, alors que Bruce apporte son aide, mais est également tourné vers son premier album solo (qui sort la même année).

Paradoxalement, le principal problème du disque ne vient pas totalement d’une panne d’inspiration, mais au moins autant de l’exécution des titres : la voix de Bruce est étrangement et inutilement agressive, les lignes de guitares sont beaucoup moins efficaces que de coutume, Nicko rame sur plusieurs morceaux, et Steve peine à bien organiser ses idées et à en faire des titres aussi accrocheurs que de coutume.
Illustration typique, "The Assassin" aurait pu être un super morceau (quelle intro !) mais est gâché par un refrain insipide. De même, "No Prayer For the Dying" aurait mérité de meilleurs arrangements pour révéler tout son potentiel.
Au rayon des titres corrects, citons "Holy Smoke", à l'intro moqueuse, qui tient la route malgré le chant sans nuances de Bruce, "Hooks In You" composée par Adrian avant son départ et, peut-être, "Run Silent Run Deep" qui a le mérite d’être cohérente.
"Mother Russia" semblait taillée pour rejoindre ses illustres devancières épiques, mais son traitement est insuffisant et le son des guitares de l’intro la plombe d’emblée. "Bring Your Daughter to the Slaughter" semble plaire à beaucoup, pas à moi (surtout le refrain). Prévue à l’origine pour l‘album de Bruce et imposée par Steve, elle n’a finalement rien à faire ici. "Public enema Number One" et "Fates Warning" souffrent du syndrome habituel des morceaux de Dave (bonnes idées mal emmanchées). "Tailgunner" est un remake médiocre de "Aces High".
Pour couronner le tout, Derek Riggs accuse également une sérieuse baisse de forme : la pochette hideuse ne fonctionne pas (la version corrigée sans le pilleur de tombes est à peine meilleure). Quant à Martin Birch, il semble avoir échoué à apporter sa touche habituelle et à rendre cet album cohérent.

Difficile cependant d’en vouloir au groupe : ses intentions étaient honorables et son intégrité non discutable, mais les conditions n’étaient pas réunies pour faire mieux (on sait que les années 90 vont s’avérer intégralement pénibles pour MAIDEN). Alors quelle note mettre ? Objectivement, ça vaut juste la moyenne. Je vais quand même me fendre d’un 3 car cet album a déjà suffisamment été descendu, et que MAIDEN fera malheureusement pire quelques années plus tard.

A lire aussi en METAL par ELK :


IRON MAIDEN
Live After Death (1985)
Miracle à Long Beach

(+ 1 kro-express)



QUEENSRÿCHE
Digital Noise Alliance (2022)
Résurrection digitale


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   ELK

 
   (2 chroniques)



- Steve Harris (guitare basse)
- Bruce Dickinson (chant)
- Nicko Mcbrain (batterie)
- Dave Murray (guitare électrique)
- Janick Gers (guitare électrique)


1. Tailgunner
2. Holy Smoke
3. No Prayer For The Dying
4. Public Enema Number One
5. Fates Warning
6. The Assassin
7. Run Silent Run Deep
8. Hooks In You
9. Bring Your Daughter...to The Slaughter
10. Mother Russia



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod