Recherche avancée       Liste groupes



      
AMERICANA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : John Mellencamp , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers , Rory Block

Bonnie RAITT - Slipstream (2012)
Par ERWIN le 2 Août 2022          Consultée 190 fois

Elle est mignonnette, cette pochette verdâtre, mais quoi de plus naturel quand on est une belle rouquine ? La carrière de Bonnie RAIIT se poursuit, avec beaucoup de classe et de naturel. Désormais âgée de 63 printemps, la rousse à la mèche blanche n’a rien à prouver mais s’amuse en profitant de sa profession. C’est ainsi que la tournée de cet album va faire un véritable flambard, rapportant des millions de dollars. On la retrouve ainsi aux grammy awards en compagnie d’Alicia KEYS pour une superbe rendition hommage à Etta JAMES. Nul ne doute que Bonnie fasse partie des plus grandes, et sa légende continue de se construire sans anicroche.

"Right Down The Line" ouvre les hostilités et, comme à l’accoutumée, avec Bonnie, on est surpris. En effet voici une reprise de Gerry RAFFERTY de 78, un petit rocksteady à la vibe plutôt cool et aux instrument bien nonchalants. Rien d’extraordinaire mais très agréable. Mais tout débute sur le disque avec la rythmique toute en tressautements de "Used To Rule The World", second single en lice ; on est funky en diable et Bonnie semble s’amuser. Les grattes et le hammond font de même, une ambiance bien festive. La slide Browne retentit avec toujours la même verve. Aucun de ces titres ne va truster les sommets des billboards.

Nous avons deux titres de Roberto ZIMMERMANN dans cette livraison : le mini blues crasseux qu’est "Million Miles", tellement DYLANien que c’en est comique. La slide de Bonnie y laisse une marque indélébile, comme si c’était facile, et tout ceci se déroule pendant plus de six minutes comme pour la B.O d’un western des seventies. "Standing In The Doorway" est l’autre titre de Bob ici présent, crépusculaire et âpre, symbolisant à merveille les ambiances de l’Amérique profonde comme si nous étions dans un film des frères Coen. Bonnie y chante remarquablement, de sa voix claire si juste, si pure. De belles réalisations.

Et pas mal de douceur ! "Not Cause I Wanted To" est une comptine de l’ouest américain, de celles qu’on joue sur les porches des maison en bois sous un soleil couchant. Une petite merveille de sensibilité portée aux nues par le seul talent de Bonnie qui chante en s’accompagnant de sa guitare folk. "You Can’t Fall Me Now" est un petit morceau laidback, comme elle en fait souvent. Sa voix y sonne de manière impeccable, comme si elle était taillée pour ce style ! "God Only Knows" retentit en fin d’album comme une petite prière. Un piano atone suit la mélodie chantée par Bonnie, plein de came et de quiétude malgré la gravité du sujet. Le petit blues popy de "Ain’t Gonna Let You Go" est prétexte à débauche de slide.

Mais Bonnie sait aussi se faire plus agressive par instants, cela nous donne le rock bien pêchu de "Down To You". Alors certes, on n’invente rien mais l’ambiance ne s’en porte pas plus mal. On repart à 100 à l’heure dans un rock’n’roll qui sent bon les pionniers avec "Split Decision", un titre que Brian SETZER n’aurait pas renié. Bonnie y est super à l’aise. L’environnement bien plus moderne de "Take My Love With You" propose un traitement pop très américain qui me laisse un peu perplexe de prime abord, mais à force de multiplier les écoutes, les qualités de ce titre finissent alors par sauter aux oreilles. Nous retournons dans le giron de l‘Americana chère à MELENCAMP et SPRINGSTEEN avec "Marriage Made In Hollywood", mais la chanson manque d’un peu de ressort.

Si les singles ne connaissent pas le succès, on ne peut pas en dire autant de l’album qui fait un nouveau raz de marée en la faveur de Bonnie RAITT et pointe aux premières places du billbooard. Les critiques l’encensent, c’est une nouvelle giga réussite pour la guitariste californienne. Je suis resté pas mal de temps coincé sur la note à donner à cet opus, très peu de temps faibles et 3 ou 4 temps forts dont les deux reprises de DYLAN. Pour cette raison, je choisis de baisser mon 3,5 à 3. J’aurais souhaité que Bonnie s’investisse plus sur les compositions.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Emiliana TORRINI
Me And Armini (2008)
Lumineuse personnalité




ARCHIBALD
Out Of Sight (2020)
Le rêve blanc du groënland


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Used To Rule The World
2. Right Down The Line
3. Million Miles
4. You Can’t Fall Me Now
5. Down To You
6. Take My Love With You
7. Not Cause I Wanted To
8. Ain’t Gonna Let You Go
9. Marriage Made In Hollywood
10. Split Decision
11. Standing In The Doorway
12. God Only Knows



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod