Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : John Mellencamp , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers , Rory Block

Bonnie RAITT - Longing In Their Hearts (1994)
Par ERWIN le 15 Mars 2022          Consultée 320 fois

Tout va bien pour notre mignonne Bonnie qui, en deux albums, a atteint les objectifs les plus fous qu’elle s’était fixés. Il est peu d'artistes folk blues de son niveau, surtout féminines et jouant de la guitare électrique… Qui d’autre d’ailleurs ? Quelle carrière déjà pour une nana qui a tant galéré pendant près de vingt longues années ! Débarrassé des lourdes habitudes psychotropiques, la chanteuse guitariste est désormais au mieux de sa forme. Elle reste simple. On se souvient qu’à cette époque, en 94, elle s’est occupée des tombes de plusieurs artistes désargentés : son mentor Fred MCDOWELL, MEMPHIS MINNIE ou Tommy JOHNSON entre autres, c’est suffisamment rare pour être signalé. Bonnie est une bonne personne, une nana attachante et cool.

Le single "Sneakin Up On You" fait un petit flambard et toppe les hits canadiens pour atteindre la 19ème place du billboard. Ce petit titre au tempo et à l’ambiance proches des thèmes de Stevie WONDER n’est pas désagréable mais j’ai bien du mal à voir en quoi il mérite un tel succès. Je ne suis pas non plus sensible à la très soul "Steal Your Heart Away". Le slow "You" va avoir du succès en terre britannique. De nouveau, on jouxte certaines compositions de John MELLENCAMP, on note l’emploi de l’accordéon. C’est sympa mais pas transcendant. Nous restons au même endroit avec "I Sho Do", super bien rythmée. Des relents soul sur le joli bridge et des cuivres donnent à l’ensemble une identité contrastée qui ne nuit en rien au plaisir de l’écoute. Slow contemplatif, "Storm Warning" rappelle certaines compositions du boss Bruce SPRINGSTEEN époque Born In The USA avec ces nappes de synthé à la Federici.

Bonnie a donc amené plusieurs compositions avec elle pour cette livraison. "Longing In Their Hearts", composée avec son mari Michael, oscille entre country – les choeurs – et quelques aspects bluesy. Ce joli mélange pointe finalement vers une pop bien calibrée, de l’americana en vrac ! On est assez proche de sa fille illégitime Sheryl CROW, notamment dans la manière de chanter. Je n’accroche que peu à "Hell To Pay", malgré une guitare proche de Stevie Ray VAUGHAN dans l’idée. En revanche, la très liturgique "Circle Dance" se signale par une sensibilité magique. L’émotion y est vibrante, le chant de Bonnie magnifique, l'orgue statique mais lumineux. Assurément, Le titre de l’album et un des grands classiques de la rouquine, à mon sens. Et c’est encore un petit rocksteady pour Bonnie : "Cool, Clear Water" que ça s’appelle. Etonnant comme cette nana pétrie de musique ricaine folk country blues compose souvent des titres cool de ce style. La chouette "Feeling of Falling" est de nouveau assez black – entre soul et blues - dans l’esprit.

Les doux arpèges de "Dimming of Tthe Day" permettent à miss RAITT de positionner un chant country de très haute volée ; avec cette espèce d’angélisme dans la clarté de la voix qui n’appartient qu’à fort peu d’artistes. L’immense Richard THOMPSON est présent avec elle pour cet enregistrement de sa chanson, ne soyez pas surpris par les vibrations celtiques qui s’en échappent. "Shadow of Doubt" est l’autre moment spécial de ce disque, tout roots de bout en bout comme les premiers albums avec guitare national et harmonica, du blues traditionnel. Bonnie y excelle.

Cet album me paraît plus déséquilibré que les deux précédents, formant pourtant historiquement le sommet commercial de la carrière de Bonnie RAITT, vendus à plusieurs millions d’unités et faisant la fortune de leur interprète. Il y a certes plusieurs moments forts dans ce douzième opus - "Dimming of the Day" ou "Circle Dance" - , mais je le trouve handicapé par plusieurs chansons médiocres. Difficile de faire la part des choses. Je me souviens de ne pas avoir été emballé plus que cela lors de sa sortie en 94. Il est possible que je sois partial car la plupart des critiques s’entendent à l’encenser alors que je reste sur un trois seulement moyen.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Annie LENNOX
Medusa (1995)
Dieu qu'elle est belle




Leonard BERNSTEIN
West Side Story (1961)
Mythique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Love Sneakin Up On You
2. Longing In Their Hearts
3. You
4. Cool, Clear Water
5. Circle Dance
6. I Sho Do
7. Dimming Of The Day
8. Feeling Of Falling
9. Steal Your Heart Away
10. Storm Warning
11. Hell To Pay
12. Shadow Of Doubt



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod