Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHÉDÉLIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1999 Stupid Dream
2000 Lightbulb Sun
2001 Recordings
2002 In Absentia
2005 Deadwing
2007 Fear Of A Blank Plane...
2009 The Incident
 

- Membre : Blackfield, No-man, Steven Wilson , Japan, King Crimson, Storm Corrosion
- Style + Membre : Steve Hogarth & R. Barbieri

PORCUPINE TREE - Voyage 34 (2004)
Par ELK le 17 Novembre 2023          Consultée 355 fois

Histoire mouvementée que celle de ce Voyage 34 d’une durée originelle de 30’ et conçu en 92-93 par Steven Wilson pour être intégré à l’album Up The Downstairs. Finalement (et heureusement) écarté, il a été retravaillé et complété pour aboutir finalement à la sortie en 2000 d'un maxi single rebaptisé Voyage 34, The Complete Trip. En 2004 enfin, c'est sous la forme d'une compilation de 1H10 que paraît la version définitive : celle qui fait l’objet de la présente chronique.
Découpé en quatre phases, l'album décrit, comme l’indique explicitement sa pochette, le trip au LSD de Brian, un jeune homme que nous allons accompagner dans son voyage chimique. Précision : Steven Wilson ne fait pas l’apologie de ces substances qu’il dénoncera d’ailleurs notamment dans le titre "Anesthetize" de l’album Fear Of A Blank Planet. Il se pose davantage en observateur quasi scientifique, et utilise ce thème saisissant pour nous proposer une musique totalement expérimentale et très en marge de toutes les autres réalisations, même les plus psychédéliques, de PORCUPINE TREE.

Le résultat est décrit par Steven comme à la croisée des chemins des rocks progressif, psychédélique et de la transe. Il reconnaît par ailleurs l’influence sur son travail à l’époque de Brian ENO et de TANGERINE DREAM, et utilise un sample vocal de DEAD CAN DANCE ainsi qu'un motif de synthé de VAN DER GRAAF GENERATOR pour habiller certaines séquences de son œuvre. Au rayon des influences, comment passer en outre sous silence celle de PINK FLOYD, omniprésente dans les parties I et II à travers le motif de guitare répétitif copié collé de celui de "Another Brick In The Wall Part 1" et les solos de guitare et sons de claviers développés dans ces mêmes sections. De plus, dans la partie III, les sonorités et ambiances évoquent souvent "Echoes". J’ajouterai enfin une louche de Mike OLDFIELD, période New Age pour l’interaction entre les instruments électroniques et les voix.

L’opus, malgré les réserves qu’on peut lui adresser au sujet de sa longueur, de sa monotonie et des emprunts sus mentionnés, reste néanmoins intéressant. La science du son et du mixage de Steven n’est désormais plus à démontrer, mais il est certain que de tels travaux n’ont pu que renforcer ses compétences. Les phases I et II, assez proches, sont les plus positives et rythmées, correspondant à la phase de décollage de Brian. On y trouve beaucoup de voix off, masculines et féminines, mais également de fort belles parties de guitare lead et des beats électro entêtants et bien agencés. La partie III est constituée d’une lente progression atmosphérique avant l’installation d’un rythme qui ne nous lâchera plus pour une expérience assez hypnotique et parfaitement conçue, c’est finalement peut-être la plus réussie tant la transe est bien au rendez-vous. Fort logiquement, la section IV traite de la phase de descente de Brian et nous entraîne, tout au long de ses 19’47 dans une atmosphère épaisse et étouffante, de plus en plus angoissante. Les voix off se font plus fortes sur la fin alors que l’on entend les battements du cœur de Brian qui revient peu à peu de son voyage.

Oeuvre singulière et expérimentale, Voyage 34 occupe une place à part dans la discographie des porcs-épics. Ce n’est absolument pas une porte d’entrée conseillée pour qui souhaite découvrir leur univers. Elle peut cependant intéresser, voire captiver, les curieux, fans des disques expérimentaux et désireux d’explorer toutes les facettes du génie de Steven Wilson. Pour ma part, je m’y laisse engloutir volontiers, mais je ne l’écouterais pour autant pas tous les jours, raison pour laquelle je reste sur une note raisonnable.

A lire aussi en ROCK PSYCHÉDÉLIQUE par ELK :


Rosalie CUNNINGHAM
Live At Acapela (2023)
Live brut et séduisant




Rosalie CUNNINGHAM
Rosalie Cunningham (2019)
Un envol en couleurs


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Steven Wilson (presque tout)


1. Phase I
2. Phase Ii
3. Phase Iii (astralasia Dreamstate)
4. Phase Iv (a New Civilization)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod