Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Script For A Jester's...
1985 Misplaced Childhood
1987 Clutching At Straws
1989 Season's End
1997 This Strange Engine
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road (ext...
2007 Somewhere Else
 

- Style : Pendragon, Iq, Ayreon
- Membre : The Wishing Tree , Gtr, Transatlantic, Steve Rothery
- Style + Membre : Fish, Steve Hogarth & R. Barbieri
 

 Site Officiel (1186)

MARILLION - Radiation (1998)
Par DANTES le 7 Août 2008          Consultée 4810 fois

Le rock progressif, né à la fin des années 60 avec des groupes comme Pink Floyd, King Crimson ou Soft Machine se trouva être bien malmené quand, à la fin des années 70, le punk se construisit en partie contre lui. De fait, et à cause de ce mouvement punk, les écrivains et journalistes rock enterrèrent bien vite le mouvement progressif maintenant considéré comme totalement obsolète. Bien mal leur en prit car, si le rock progressif dut "migrer" vers les médias "métalliques", il ne disparut pas pour autant et est encore représenté aujourd'hui par un certain nombre de combos talentueux et sachant faire évoluer leur musique. Marillion est un de ceux-là.

Ayant obtenu sa consécration en 1994 avec l'album "Brave", Marillion stagna quelque peu en sortant ensuite "Afraid of Sunlight" : album moyen et beaucoup moins ambitieux que son prédécesseur et "This Strange Engine" : album plus inventif mais tenant plus de la pop que de la musique progressive.
Cet album-ci, "Radiation", édité l'année suivante fut, au moins en partie, placé sous le signe du retour à des sentiments plus "progressifs" tels qu'on pouvait les trouver sur "Brave". En effet, l'album, s'il ne renie pas certaines sonorités Pop, offre à nos oreilles certaines pièces particulièrement bien travaillées et qui méritent une attention et une écoute intense. On pense ainsi à "Three Minute Man" qui, s'il ne dure que cinq minutes et demie, réussit à passer d'une ballade piano/voix à un déchaînement progressif intense dominé par les chœurs et les claviers. De même, le morceau clôturant l'album, "A Few Words for the Dead " est une composition épique de plus de 10 minutes où de multiples effets de claviers et bruitages, couplés à divers instruments traditionnels, font voguer l'auditeur entre des atmosphères orientalisantes et des sonorités plus celtiques avant que les instruments du groupe ne clôturent la pièce avec magnificence.

D'autres morceaux ont été en revanche bien plus travaillés sur le plan de la mélodie comme les superbes "Now she'll Never Know" et "These Chains". La première composition est ainsi une simple ballade à la guitare acoustique portée par la voix fantomatique de Steve Hogarth où viennent se calquer de subtiles sonorités de claviers particulièrement émouvantes (surtout vers 2.20). La composition suivante, dans le même esprit, débute par de très intriguants sons de cordes, attirant immanquablement l'attention de l'auditeur, avant que les instruments traditionnels ne prennent de plus en plus d'ampleur. Le refrain, réutilisant ces même cordes, laisse ensuite la place à un petit solo typé seventies et à une fin de morceau où tous les instruments sont magnifiés, comme c'est souvent le cas sur les compositions de cet album. Notamment sur "Cathedral Wall", composition où les claviers spatiaux apportent une véritable dose de puissance et où guitare et basse se répondent dans une superbe atmosphère urbaine.

Par conséquent, la musique de Marillion est, sur cet album, moins directe que sur "This Strange Engine" mais ne possède qu'une seule composition vraiment déplacée, "Born to Run" titre vaguement bluesy qui serait déjà parue anachronique dans les années 80. "Radiation" est un disque qui, tout comme "Brave", mérite amplement plusieurs écoutes attentives permettant de découvrir toutes les subtilités (surtout claviéristiques) d'un opus ciselé comme un médaillon.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


RENAISSANCE
Prologue (1972)
Manque un tout petit quelque chose




The MOVE
Looking On (1970)
Un monument de hard rock progressif !


Marquez et partagez





 
   DANTES

 
   MARCO STIVELL
   SUNTORY TIME

 
   (3 chroniques)



- Steve Hogarth. (voix)
- Steve Rothery. (guitares)
- Mark Kelly. (clavier)
- Pete Trewavas. (basse)
- Ian Mosley. (batterie et percussions)


1. Costa Del Slough
2. Under The Sun
3. The Answering Machine.
4. Three Minute Boy.
5. New She'll Never Know.
6. These Chains.
7. Born Tu Run.
8. Cathedral Wall.
9. A Few Words For The Dead.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod