Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK / POP / PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Script For A Jester's...
1985 Misplaced Childhood
1987 Clutching At Straws
1989 Season's End
1997 This Strange Engine
1999 Marillion.com
2001 Anoraknophobia
2004 Marbles On The Road (ext...
2007 Somewhere Else
 

- Style : Pendragon, Iq, Ayreon
- Membre : The Wishing Tree , Gtr, Transatlantic, Steve Rothery
- Style + Membre : Fish, Steve Hogarth & R. Barbieri
 

 Site Officiel (1204)

MARILLION - Radiation 2013 (2013)
Par SUNTORY TIME le 16 Septembre 2013          Consultée 2925 fois

Voici quelques années que MARILLION, non content de sortir des disques live en version limitée et de réguliers nouveaux albums, réédite une partie de son catalogue. Ainsi, la période d'autogestion du groupe voit ses albums réédités dans de luxueux digipacks avec un graphisme réarrangé dans les livrets. Les fans ont le plaisir de retrouver leurs disques favoris, de This Strange Engine à aujourd'hui, dans de belles pochettes cartonnées. Après This Strange Engine donc, Marillion.com, Somewhere Else et Marbles ENFIN réédité dans sa version double, on se demandait quand le mal aimé de la discographie de MARILLION allait avoir droit à sa cure de jouvence...

Car Radiation, sorti initialement en 1998, a été terriblement décrié, jusqu'à être considéré comme le pire opus de MARILLION. En cause une production plus agressive, brouillonne, voire expérimentale, avec voix trafiquée et petits délires brisant l'esthétisme des compositions.
Mais voilà, c'est sur Radiation que le groupe c'est montré le plus audacieux, désireux de briser les codes, et de s'éclater. Ce son si déroutant pour les progueux de tous poils, c'est à Stewart Every qu'on le doit ! Stewart Every ! Voilà donc le coupable de ce disque à la production si polémique... Mais quand un autre producteur du groupe, Michael Hunter, décide de poser une oreille sur ce disque, que peut-il se passer ?

Car telle est la surprise à la réédition de Radiation, on a droit à un double album avec une pochette modifiée ! La superbe pochette de départ perd ce rouge apocalyptique pour retrouver la photo originelle, encadrée par le bleu du ciel et de la mer. Par ce procédé, on suppose que Michael Hunter s'est emparé de Radiation pour le mixer d'une autre façon (ou pour le restaurer, selon les détracteurs du disque...). Car oui, Radiation 2013 n'est pas qu'une simple remasterisation de Radiation, c'est un vrai lifting ; Michael Hunter ayant repris les enregistrements de départ, retravaillant les bandes, et autres technique d'ingé-son qui me sont étrangères. Rappelons que Hunter est le producteur de l'excellent Sounds That Can't Be Made, dernier album en date de MARILLION. Radiation 2013 s'inscrit-il donc dans la lignée de cette production soignée et néanmoins puissante ?

A son écoute, Radiation 2013 s'avère un peu plus court que la version originale de 1998. En effet, les petits interludes où l'ont entendait les membres du groupes parler entre eux, les "Yeeaah" comiques de la fin de "Three Minutes Boy", l'intro apocalyptique de "Costa Del Slough", ou la reprise de "These Chains" en conclusion de "Cathedral Wall" ont tout bonnement disparu. Il est clair que Michael Hunter a mis de côté tout cet éventuel superflu expérimental pour transformer Radiation en un disque Rock, voire pop, avec toujours quelques restes de prog.

La nouvelle production est bien plus clean ; chaque instrument, chaque effet sonore nous apparaît enfin au grand jour et nous refait découvrir l'album. Ainsi, "Under the Sun" est encore plus énergique et enthousiasmante, "Three Minutes Boys" et "These Chains" les deux ballades, sont plus cohérentes dans leur construction, juste grâce à un changement de mix. "Now She'll Never Know" démontre la finesse de sa guitare et de ses claviers, quasi inaudibles sur la version de 1998. Les deux merveilles finales "Cathedral Wall" et "A Few Words For the Dead" gagnent encore en intensité (malgré la perte d'une minute entière pour la première...). Mais c'est surtout "The Answering Machine" qui est transformée par ce lifting, la voix de Steve Hogarth y est claire, libérée de ces bidouillages de radio à mauvaise fréquence.

Cependant, je n'irai pas jusqu'à dire que Radiation 2013 est meilleur que son prédécesseur. Car on peut regretter cette absence des expérimentations, et ce son "garage" qui caractérisait l'album lui permettait d'être à part dans l'oeuvre de MARILLION. D'un point de vue personnel, les deux versions se valent, et j'irai jusqu'à dire que pour obtenir une version parfaite de l'album, il faudrait mêler les expérimentations de 1998 avec le sons modernisé de 2013.

Quoiqu'il en soit, Radiation 2013 est une renaissance heureuse et permettra peut être de réconcilier les fans de MARILLION avec et album si injustement détesté. Cerise sur le gâteau, cette réédition 2CD offre la version originelle avec Radiation 2013. De quoi convaincre les plus sceptiques !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par SUNTORY TIME :


MARILLION
Sounds That Can't Be Made (2012)
MARILLION de nouveau au sommet !




Steve HOGARTH & R. BARBIERI
Not The Weapon But The Hand (2012)
Marillion + porcupine tree = mariline tree !


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Steve Hogarth (chant, claviers, percussions)
- Steve Rothery (guitare)
- Mark Kelly (claviers)
- Pete Trewavas (basse)
- Ian Mosley (batterie)


- Radiation 2013 (remix By Michael Hunter)
1. Costa Del Slough
2. Under The Sun
3. The Answering Machine
4. Three Minutes Boy
5. Now She'll Never Know
6. These Chains
7. Born To Run
8. Cathedral Wall
9. A Few Words For The Dead

- radiation (original Mix From 1998 By Stewart Eve
1. Costa Del Slough
2. Under The Sun
3. The Answering Machine
4. Three Minutes Boy
5. Now She'll Never Know
6. These Chains
7. Born To Run
8. Cathedral Wall
9. A Few Words For The Dead



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod