Recherche avancée       Liste groupes



      
COLD WAVE/ROCK GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



COCTEAU TWINS - Garlands (1982)
Par SEIJITSU le 8 Juillet 2011          Consultée 2063 fois

C’est en 1982 que les COCTEAU TWINS font leur apparition avec ce premier album qui risque d’étonner les personnes plus habituées à leur dream pop éthérée. En effet, à ses débuts, le groupe de Liz Fraser évolue dans une frange qui commence petit à petit à se faire connaitre: la cold wave. Evolution logique du post punk, qui pour se renouveler, intègre désormais les sons synthétiques et les boites à rythme pour rendre leur musique encore plus sombre qu’auparavant.
Ce premier album des jumeaux cocteau n’a d’ailleurs rien à envier à un Movement ou un Pornography. Une fois le premier titre lancé, nous sombrons dans un abime d'où il sera difficile de trouver la sortie… Ou du moins, pas avant la fin du disque.

La boite à rythme est sèche et rudimentaire. Les guitares noisy tissent de petits motifs grésillants en arrière plan, qui ne sont pas très éloignés de ceux de BAUHAUS. Mais c’est la basse qui dicte sa loi devant les autres instruments ici. Une basse bien lourde et funèbre, dont les lignes fascinent et hypnotisent. Et évidemment, il reste l’autre élément essentiel de cet album et ce qui fera la réputation de ce groupe: Liz Fraser.
Une chanteuse qui se cherche (et dont le timbre hanté renforce cette atmosphère noire), mais qui est déjà impressionnante dès ses débuts avec son tremollo irrésistible en fin de phrase. Même si elle ne part pas encore dans ses vocalises, trait qui la caractérisera pour les oreilles de beaucoup. Elle a aussi déjà cette manie d’inventer des mots tout en évitant de se vautrer dans le ridicule. Cela renforce le côté mystérieux du groupe et le démarque des autres formations du genre, même si le disque est ancré dans son époque.
L’album étant très homogène, il est difficile d’extraire un morceau de ce monolithe mais des titres remarquables comme « Blind Dumb Deaf » et « The Hollow Men » méritent une attention particulière. Le pont instrumental de ce dernier morceau étant capable de vous donner de sacrés frissons. Quand au morceau titre, il a déjà cet aspect obsédant que la formation exploitera plus tard avec sa dream pop.

Voici donc l’unique album qui définit la première partie de leur carrière, le groupe évoluera et connaitra plusieurs périodes, ce qui est normal vu sa longévité. Une sortie à part et sous-estimée qui est souvent occultée au profit des disques suivants.
A classer entre le post punk de JOY DIVISION et SIOUXSIE AND THE BANSHEES. Je le place au sommet du podium du groupe avec l’album considéré comme la pierre angulaire de leur discographie: Treasure.

A lire aussi en NEW-WAVE par SEIJITSU :


DEAD CAN DANCE
Spleen And Ideal (1986)
Taisez-vous ! dieu me parle.




DEAD CAN DANCE
Dead Can Dance (1984)
Débuts fracassants pour Dead Can Dance.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Elizabeth Fraser (chant)
- Robin Guthrie (guitare, boite à rythme)
- Will Heggie (basse)


1. Blood Bitch
2. Wax And Wane
3. But I'm Not
4. Blind Dumb Deaf
5. Shallow Then Halo
6. The Hollow Men
7. Garlands
8. Grail Overfloweth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod