Recherche avancée       Liste groupes



      
DREAM POP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Robin Guthrie & Harold Budd

COCTEAU TWINS - Tiny Dynamine / Echoes In A Shallow Bay (1985)
Par AIGLE BLANC le 7 Octobre 2015          Consultée 1444 fois

Tiny Dynamine et Echoes In A Shallow Bay sont à l'origine deux EP sortis la même année, à deux semaines d'intervalle, en octobre 1985. Peu après cette année-là, ils ont été regroupés pour ne plus former qu'un seul disque. Ces deux EP étant constitués de quatre titres chacun, leur compilation forme dorénavant une galette de huit titres pour une durée de 36 minutes.
Pourquoi le groupe n'a-t-il pas conçu directement ces nouvelles compositions comme partie intégrante de leur quatrième album? En effet, les deux EP sont le résultat des mêmes sessions d'enregistrement. Dès leur publication, ils ont été présentés comme deux compagnons inséparables.
Si l'on en croit Wikipédia, dont les sources restent sujettes à caution, ces huit nouvelles compositions n'auraient jamais été enregistrées avec l'intention d'être publiées, le groupe arguant qu'il se serait agi pour lui de tester avant tout la qualité sonore du studio londonien "Guerilla" qu'il venait d'investir, après avoir enregistré ses précédents opus au studio "Palladium" d'Edimbourg. Or, convaincu du résultat, le groupe aurait décidé par la suite de faire éditer les deux sessions d'enregistrement qui, rappelons-le, datent du même mois.
Je défie quiconque ne connaissant pas l'histoire de ces enregistrements et les écoutant pour la première fois de deviner qu'ils sont en fait issus de deux EP distincts, leur identité sonore et stylistique ne suscitant aucun doute. Il va de soi que cette chronique les aborde comme un authentique album "officieux".

Ces huit nouveaux titres s'intercalent historiquement entre Treasure (1984, l'album de la consécration) et Victorialand (1986, l'étonnant autant que sublime acte fondateur de la Dream Pop), soit durant la période créative la plus bouillonnante de COCTEAU TWINS. On y retrouve tout ce qui fait l'originalité du groupe : des chansons pop vaporeuses aux titres mystérieux comme autant d'invitations au rêve ; une chanteuse atypique qui déclame des textes incompréhensibles jouant davantage sur les couleurs syllabiques que sur le sens proprement dit ; une guitare réverbérée aux arpèges aussi dépouillés que magiques ; une batterie climatique.
Les textures sonores s'éloignent encore plus du courant New Wave auquel Treasure se rattachait encore plus ou moins. Cependant, les mélodies n'atteignent pas encore le degré d'abstraction de Victorialand qui enverra valser un an plus tard la sempiternelle structure Couplets/ Refrain. Il s'agit donc de deux EP transitionnels.
Les climats déployés ici m'évoquent ceux de Pink Floyd, même si Robin GUTHRIE à la guitare ne se lance pas autant que David GILMOUR dans des envolées lyriques et planantes. Cela est dû sans-doute davantage à l'enregistrement qu'aux chansons elles-mêmes. Toujours est-il que c'est COCTEAU TWINS qui produit le tout et il faut admettre que R. GUTHRIE révèle un vrai talent aux manettes du studio. Le son est ample, caressant, parfaitement dosé entre la voix, la batterie, la guitare et la basse. Ces deux enregistrements méritent bien une écoute au casque pour en apprécier le relief.

Je conseille fortement à tout néophyte de découvrir le groupe par ces huit compositions qui offrent la formule la plus équilibrée entre les vélléités plutôt rock de Treasure et les nappes ambient de Victorialand. Le maniérisme de COCTEAU TWINS n'y est pas encore une posture. Les chansons, bien que planantes, ne plongent pas dans la neurasthénie : écoutez les refrains vigoureux et habités de "Pink Orange Red" et "Sultitan Itan" pour vous en convaincre. Le chant de Liz FRASER explose en myriades d'originalité, notamment ces cris quasiment aboyés qui ponctuent le refrain de "Melonella". La chanteuse ici réserve la plupart du temps les aigüs aux couplets tandis que les refrains qui voient la ligne vocale dédoublée (la marque de fabrique de Liz dont la maîtrise des choeurs polyphoniques reste époustouflante) retrouvent sa voix normale que certains journalistes comparent à celle d'Edith PIAF, rapprochement aussi incongru que justifié.
Il faut rendre justice aussi à l'énorme travail de Robin GUTHRIE à la guitare, aux claviers et à la batterie de Simon RAYMONDE qui tapissent l'espace sonore avec un goût exquis pour la rondeur des timbres. L'instrumental "Ribbed and Veined", délicieusement climatique, vous plonge dans un bain de douceur avec sa boîte à rythmes ultra légère, sa nappe de clavier éthérée, ses arpèges cristalins de guitare, et constitue une totale réussite qui fait regretter que le groupe n'ait pas plus tenté l'expérience dans la suite de sa carrière. L'absence du chant de Liz FRASER, une rareté dans le groupe, démontre s'il en était besoin que sa musique est suffisamment riche pour se passer des prouesses vocales de la timide diva.

D'après Wikipédia, les titres énigmatiques des chansons seraient pour la plupart empruntés aux noms scientifiques de diverses espèces de papillons : ainsi, le "Plain Tiger" (cf titre 3) et le "Great Spangled Fritillary" (cf titre 5) seraient deux papillons dont le premier viendrait d'Asie, tandis que les paroles de "Melonella" déclameraient en fait la liste des noms de diverses espèces de Lepidoptères. S'il n'existe pas de papillon du nom de "Pale Clouded White" (cf titre 7), en revanche l'existence d'un Pale Clouded Yellow serait attestée toujours selon l'encyclopédie numérique.
A supposer que tout cela soit avéré, l'analogie entre COCTEAU TWINS et le monde des papillons est suffisamment séduisante pour que je m'accorde le droit d'y souscrire avec le sourire aux coins des lèvres.

A lire aussi en NEW-WAVE par AIGLE BLANC :


COCTEAU TWINS
Treasure (1984)
Un trésor de dentelles oniriques




COCTEAU TWINS
Aikea-guinea (1985)
Un diamant de pop


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Robin Guthrie (guitare)
- Simon Raymonde (guitare basse)
- Elizabeth Fraser (chant, chœurs)


1. Pink Orange Red
2. Ribbed And Veined
3. Plain Tiger
4. Sultitan Itan
5. Great Spangled Fritillary
6. Melonella
7. Pale Clouded White
8. Eggs Ans Their Shells



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod