Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUES FOLKLORIQUES  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Gilles Servat , Glenmor, An Triskell , Wurtemberg, Machin
- Membre : Magma, Alan Simon , René Werneer
 

 Site Officiel (1872)
 Musique Progressive Bretonne (365)

TRI YANN - La Tradition Symphonique (1998)
Par CHIPSTOUILLE le 10 Avril 2005          Consultée 5547 fois

Tri Yann est sans doute l'un des groupes que je connais comptant le plus de compilations et autres lives. Officiellement supportés par le groupe, on en dénombre pas moins de 11 (à la date où j'écris ce texte) dont 5 compilations, 5 lives et même une compilation de lives (très très fort...). A cela vous pouvez ajouter toute une panoplie de compilations non officielles (Best-of, La légende, Les tendre années...) ce qui doit porter le total à une petite vingtaine, soit plus de compilations que d'albums studio. Cela finit par plus discréditer le groupe qu'autre chose même lorsque l'on sait qu'il a connu une grande période de creux à la fin des années 80 et que c'est grâce aux deux compilations Inventaires I&II qu'il en est enfin sorti...

Un live en 1998 est pourtant sorti du lot, puisque celui-ci a été réalisé avec un orchestre symphonique (l'orchestre national des pays de la Loire, c'est indiqué sur la pochette, l'album a même plusieurs dénominations). L'exercice n'est pas unique en son genre, mais il a l'avantage d'être fort réussi, ce qui ne sera malheureusement pas le cas de son successeur.

Le gros point fort de ce live est le choix des morceaux, Tri Yann évite le piège facile et nous épargne une éternelle liste best-of trop étriquée (vous n'aurez donc pas le droit ni à la Jument de Michao, ni aux prisons de Nantes, ni à Pelot d'Hennebont, et j'en passe...). Non, Tri Yann ressort quelques morceaux trop peu connus, et surtout se prêtant le plus à l'exercice de l'arrangement symphonique.

On retrouve donc quelques 'tubes' bien entendu, comme Si mort a mors, ou le détonnant Aloïda et ainsi que les pailles d'or brisées, mais également beaucoup de morceaux plus épiques comme le soleil est noir, ou An heol a zo glaz dans son intégralité. Parmi ce florilège de bonnes idées, on se voit gratifié de quelques raretés comme La ballade du cheval Mallet (qui n'est jamais sortie sur album studio à ma connaissance) ou bien l'hymne Breton à savoir Bro gozh ma zadou, ainsi que quelques interludes symphoniques complètement inédits.

La part la plus belle est donnée aux morceaux épiques, ou aux montées en puissance, morceaux entrecoupés de passages instrumentaux permettant à l'orchestre de pratiquer toutes sortes d'acrobaties bienvenues. L'orchestre sait toutefois rester suffisamment discret pour ne pas trop donner l'impression d'être pompeux. Après tout, les arrangements, c'est ce que les Tri Yann connaissent le mieux. Le tout donne au final un cocktail qui fonctionne très bien, sans toutefois pouvoir aller crier au génie.

En ce qui concerne la prestation live en elle-même, on est bien loin de l'ambiance classique du groupe car il est très difficile de pouvoir restituer le contexte très visuel que celui-ci explore (des costumes haut en couleur, comme un kilt en sac poubelle bleu... surprenant !) et il est bien entendu impossible de pouvoir restituer les histoires autour de certains morceaux contées par le groupe sur scène. Etant donné la présence de l'orchestre, nous sommes donc plus proches au niveau du public, du récital, que du fest noz. Celui-ci répondra tout de même présent sur la balade du cheval Mallet pour chanter en choeur, mais la présence d'applaudissements à la fin de certains morceaux nous fait directement revenir à la sobre réalité du spectacle "symphonique". Le son est très bon, et si on pourrait reprocher à Jean-Louis Jossic de ne pas être très en voix, c'est de toutes façons Jean-Paul Corbineau qui assure la plus grande partie du chant solo cette fois-ci.

Ce live n'est peut-être pas la meilleure entrée en matière pour découvrir Tri Yann (il manque de titres plus toniques comme Aloïda), il constitue en tous cas une des meilleures surprises du groupe, qui témoigne parfaitement du succès dont le groupe à bénéficié pendant ces années 90. La présence de deux titres provenant du Vaisseau de pierre, album injustement mal-aimé, montre parfaitement à quel point le groupe est en cette fin de décennie plus sûr de lui que jamais.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par CHIPSTOUILLE :


TRI YANN
Anniverscène (1985)
époustouflant

(+ 2 kros-express)



MALICORNE
Almanach (1976)
Ca aurait du s'appeller génialissimicorne

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Jean Chocun (vocal, guitare acoustique, mandoline, dulcimer éle)
- Jean-paul Corbineau (vocal, guitare acoustique)
- Jean-louis Jossic (vocal, bombarde, chalémie, cromorne ténor, psaltér)
- Gérard Goron (vocal, batterie, mandoloncelle)
- Louis-marie Séveno (vocal, basse, violon, rebec, tin whistle)
- Jean-luc Chevalier (guitare acoustique et électrique)
- Christophe Le Helley (vocal, veuze, flûte, cromorne soprano, clavier, ha)
- Bruno Sabathé (clavier)
- Hubert Soudan (chef d'orchestre)
- Orchestre National Des Pays De La Loire


1. Kan An Alarc'h
2. La Délivrance
3. Aloïda
4. La Brière : Le Printemps
5. La Ballade Du Cheval Mallet
6. An Distro Euz A Vro-zaoz
7. So Mort A Mors
8. Bro Gozh Ma Zadou
9. Le Plus Dur Métier
10. Le Soleil Est Noir
11. Kan Bale Ar Re Varo
12. Marine
13. Les Pailles D'or Brisées
14. An Heol A Zo Glaz



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod