Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Stooges , David Bowie , Blondie, Samhain
 

 Iggy Pop, The Rock Iguana (825)

Iggy POP - Lust For Life (1977)
Par MARCO STIVELL le 20 Juin 2011          Consultée 3193 fois

Après être allé aussi loin dans leur délire noir sur The Idiot, que peuvent bien nous réserver l'iguane et le caméléon sacrés ? Une année n'est pas passée depuis la sortie de l'excellent The Idiot, que déjà le tandem POP / Bowie nous livre sa deuxième fournée, Lust For Life. A la vue d'une telle pochette, non seulement on sourit nous-mêmes (Iggy paraitrait presque crédible si l'on n'avait pas conscience de tous les excès qui ont été faits derrière et continuent encore à l'époque), mais en plus on est quelque peu rassurés : après une descente vertigineuse dans les abysses du glam-rock sur le précédent disque, on sent que l'on va retrouver ici quelque chose de plus direct (optimiste ?), à l'image du punk en pleine expansion à l'époque.

Effectivement, POP et Bowie, souvent épaulés par les autres musiciens du disque, concotent un album très différent de son prédécesseur. L'équipe est ressérée à un groupe tendance Rolling Stones : un chanteur, deux guitaristes, un bassiste et un batteur. Bowie tient bien les claviers, mais ceux-ci se noient tellement dans la masse qu'on les croit inexistants, ou presque. Une nappe d'orgue par ci, une de mellotron par là, autant dire que cette fois, le rôle du caméléon est mineur dans l'instrumentation, même si cela fait partie de la réussite de l'ensemble. On pourrait croire que le Thin White Duke est en train de s'éloigner progressivement de son "poulain", mais en fait il restera encore un petit moment avec lui. Quoiqu'il en soit, une fois encore, le résultat est probant.

Lust For Life est beaucoup plus direct que The Idiot donc, avec de commun par rapport à ce dernier uniquement le genre glam-rock. Sur des titres comme "Tonight", Iggy fait dans la sobriété vocalement, use de son vibrato très typique du crooner glamien. Et c'est sur ce genre de morceaux qu'on ressent le plus le changement. Lust For Life est plus "formaté", taillé chansons destinées à devenir des tubes en force. Même si certains morceaux sont étirés sur six minutes, il n'y a rien de très exigeant là-dedans, les riffs sont plutôt minimalistes (autant qu'efficaces) et répétés jusqu'à plus soif comme celui tendance Cookie Dingler sur "The Passenger". Constat similaire pour le morceau "Lust For Life" qui ouvre l'album en grande pompe, n'hésitant pas à laisser passer une minute d'intro instrumentale réservée aux riffs et à la rythmique.

Nous sommes dans le "happy glam-rock tralala tsoin-tsoin" (pour faire écho à certains camarades proggeux), les morceaux sont joyeux, entraînants, pas dénués d'une vigueur punk, mais pas non plus d'une ambiance rétro, à l'image aussi bien de "Success" où tout le groupe est aux choeurs, que de la ballade bluesy "Turn Blue". Cette dernière remporte d'ailleurs la palme du morceau le plus barré de l'album, à cause de certains "miaulements" d'un Iggy sous hallucination, à la limite du supportable. Les choeurs vont bon train et contribuent à rendre le tout épique, avec peu d'éléments encore une fois. "Neighborhood Threat" est quant à lui tout à fait digne de la récompense du "meilleur morceau du disque", toujours entre efficacité et énergie revigorante. "Fall in Love With me" n'est pas loin derrière, et bien qu'étiré et répétitif, proprement réjouissant. On peut remarquer que si l'ensemble du groupe fait preuve d'une musicalité très adaptée pour ce type de disque, tout le monde a fait en sorte que Iggy reste la star, et ce même si celui-ci ne se fende pas d'un seul cri mythique comme sur "China Girl".

Lust For Life est ainsi beaucoup plus abordable que The Idiot, tout en réussissant l'exploit de se faire apprécier des amateurs du genre. Comme pour le disque "noir", David Bowie contribuera à rendre un peu de succès à Iggy lorsque celui-ci sera dans la galère, en reprenant des titres de Lust For Life ("Tonight" et "Neighborhood Threat"), ce que les mêmes amateurs de la veille ne s'empêcheront point de qualifier de "massacre".

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


SANTANA
Inner Secrets (1978)
Effort très louable




FLEETWOOD MAC
Future Games (1971)
Virage mélodique entièrement consommé


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Iggy Pop (chant)
- David Bowie (piano)
- Carlos Alomar (guitare)
- Ricky Gardiner (guitare)
- Tony Sales (basse)


1. Lust For Life
2. Sixteen
3. Some Weird Sin
4. The Passanger
5. Tonight
6. Success
7. Turn Blue
8. Neighborhood Treat
9. Fall In Love With Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod