Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : A-ha, Depeche Mode

DURAN DURAN - Liberty (1990)
Par ERWIN le 2 Septembre 2014          Consultée 663 fois

Soyons clairs, la tof’ de couv’, aussi sympa soit-elle, ne doit masquer en aucune manière le pandémonium que traverse le groupe britannique à l'orée des années 90, et ce à tous les niveaux. Le bassiste John Taylor, sex-symbol des années fastes, n'est plus que l'ombre de lui-même, le pif transformé en hangar à poudre blanche. Simon ne doit son salut qu'à son amour de la mer ; il pose d'ailleurs fidèle à lui-même, viril et sûr de lui. Malgré ses problèmes d'addiction, Nick Rhodes tente de maintenir la barcasse à flot, et ce n'est pas gagné... Aussi, afin de balancer un peu de sang frais dans la marmite, le guitariste Cuccurullo et le batteur Sterling sont faits membres à part entière... Tu parles d'un cadeau empoisonné... alors que la synth pop est aux oubliettes et que l'essai précédent n'a guère convaincu les foules. Le groupe se réunit pourtant et jamme jusqu'à pondre des titres qui leur paraissent immédiatement dignes de la gravure.

Ça débute pas si mal avec « Violence of Summer », qui se retient aisément et propose quelque chose d'assez original pour être signalé. On remarque immédiatement que les synthés pompeux sont remplacés par la gratte agressive de Warren. Choix judicieux de premier single qui ne sera pourtant pas couronné de succès. Le second sera « Serious », qui montera un peu plus dans les Billboards, mais le constat est là, grave et amer : impossible de retrouver le succès perdu... A une époque où le grunge prend possession des charts, la pop légèrement alternative des DURAN ne fait pas le poids... Dur...

« My Antarctica », pourtant plébiscitée par les membres du groupe, me laisse de marbre. La guitare fait des merveilles sur « Along the Water », mais la composition est un flop. Elle rugit cependant à nouveau sur « First Impression », qui me semble beaucoup plus sympathique en tentant d'investir des contrées plus rock, à l'image de ce que les Taylor avaient fait avec PALMER dans la POWERSTATION. C'était probablement la voie à prendre. En tout cas, ce titre est assez jouissif, on en rendra grâce à la guitare de Cuccurullo. « Read My Lips » est sans doute plus convenue, mais je reste nostalgique des sons synthétisés des DURAN, que l'on entend ici en compagnie de l'énorme gratte.

L'album s'essouffle sur la fin et les deux titres « Can You Deal With It » et « Venice Is Drowning » sont presque indigents de platitude. Si l’on rajoute le peu d'émotion ressentie à l’écoute de « Liberty » ou « My Antarctica », cela laisse peu de marge pour atteindre une note potable. Dieu merci, la liberté s'achève sur « Downtown », au rythme syncopé et martial, où Simon retrouve un peu de sa superbe. Les icônes de la synth pop parviennent à accrocher la note moyenne pour ce sixième opus : un 2,5 que j'arrondis à l'inférieure car l'heure des DURAN DURAN est définitivement révolue.

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


LEVEL 42
Running In The Family (1987)
Top level




Les RITA MITSOUKO
La Femme Trombone (2002)
Grande cuvée


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Simon Le Bon (chant)
- John Taylor (basse)
- Nick Rhodes (claviers)
- Warren Cuccurullo (guitare)
- Sterling Campbell (batterie)


1. Violence Of Summer
2. Liberty
3. Hothead
4. Serious
5. All Along The Water
6. My Antarctica
7. First Impression
8. Read My Lips
9. Can You Deal With It
10. Venice Drowning
11. Downtown



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod