Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Léo Ferre
 

 Site Officiel (310)

Bernard LAVILLIERS - Champs Du Possible (1994)
Par BAYOU le 13 Février 2015          Consultée 942 fois

Trois années se sont écoulées depuis le très mitigé et fade Solo, quand Champs du Possible arrive dans les bacs en 1994. C’est du Lavilliers classique, pur jus, un peu plus assagi et consensuel, moins de colère mais une froideur certaine quand avec "Troisèmes Couteaux", il se livre à une attaque en règle des traders parodiant la chanson "Mon légionnaire" de GAINSBOURG : "Il était grand, il était beau./Il sentait bon son Lugano/Mon gestionnaire" et cette distance prise avec le sujet traité fonctionne à merveille.

Après les requins de la finance, départ pour le Mato Grosso, cette région de l’Amazonie dont la description est un des plus beaux textes (et l'un des plus méconnus) de Bernard. Ici, dans "Minha Selva", il abandonne le costume du gros baroudeur, pour simplement raconter les paysages et les hommes. Avec "Madones" LAVILLIERS se lance à nouveau dans une introspection personnelle de son statut de voyageur. Un regard lucide sur ses voyages, presque une confession sur ses véritables intentions : "Je suis allé très loin pour me voir en dedans, gagner du temps./Pourrais-je encore partir sans penser à m'enfuir,/M'anéantir,/Danser avec ma mort sur une place vide/Et donner au plaisir le parfum du suicide./Alors ne pleurez plus, madones,/Je n'attends pas qu'on me pardonne./Surtout ne pleurez pas, madones./Je n'attends plus qu'on me pardonne". "Habana" est encore un texte sur l’Amérique latine même si on peut se demander quel est le pays évoqué, on pense à Cuba (l’Hôtel National) mais ensuite on comprend que l’action se passe en Bolivie. Encore une belle réussite.

Les deux chansons suivantes sont moins fortes et souffrent de l’excellent début du CD, ainsi que "Madame" où on retrouve un de ses thèmes favoris : les bars louches et l’écriture dans ceux-ci. Nouveau retour au Brésil pour "Solidao" qui est une chanson sur un cavalier, seigneur de guerre, mais cela fait un peu redite, ce thème ayant déjà été très souvent mis en scène. Mais avec "Missing" il nous refourgue tous les clichés mauvais garçons/dealers et là cela devient carrément gonflant. "Grosse Galette" est en réalité la version brouillon de ce qui deviendra "Melody Tempo Harmony" enregistré en duo avec Jimmy CLIFF (A noter que le CD est sorti ensuite augmentée de cette version et de "Stand the Ghetto" qui figurait sur O’Gringo). Déjà cette première ébauche est superbe même si bien sûr c’est le duo avec CLIFF qui a cartonné. Les deux chansons qui terminent l’album ne sont pas aussi inoubliables: "Paris" est un hommage raté à la ville lumière (Un LAVILLIERS en forme se doit de pouvoir écrire un chef d'oeuvre sur la capitale) et "Femme Objet" apporte l’ennui.

Cet album, au final est une bonne synthèse de sa personnalité, l'artiste est à la fois capable d’écrire des mots superbes sur "Madones" ou "Minha Selva", des textes engagés comme "Troisèmes Couteaux", un hit puissant et définitif : "Grosse Galette/Melody Tempo Harmony", et malheureusement quelques redites avec "Solidao" ou "Missing" et enfin des chansons sans intérêt.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAYOU :


Bernard LAVILLIERS
Les Barbares (1976)
Le premier chef d'oeuvre




Jean FERRAT
Seize Nouveaux Poèmes D'aragon (1995)
La suite des poèmes...


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



Non disponible


1. Troisièmes Couteaux
2. Minha Selva
3. Madones
4. Habana
5. La Femme Et L'enfant
6. Champs Du Possible
7. Madame
8. Solidao
9. Missing
10. Grosse Galette
11. Paris
12. Femme Objet



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod