Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Léo Ferre
 

 Site Officiel (300)

Bernard LAVILLIERS - Arret Sur Image (2001)
Par BAYOU le 18 Mars 2015          Consultée 816 fois

Quatre ans sont passés depuis le dernier album, Lavilliers attaque les années 2000 avec une pochette aux couleurs criardes.
Le début de l’album renoue avec le Lavilliers classique, « l’Or des Fous », et « Iracema » deux textes bien écrits qui traitent des sujets fétiches de notre homme (l’amour, le Brésil, les femmes) puis la chanson-phare, celle qui est devenue quasiment sa signature, « Les Mains d’Or ».
Chanson dédiée à son père qui était ouvrier, chanson qui parle de la fierté des travailleurs, des fermetures d’usine, de la satisfaction du travail bien fait. Lavilliers, se fait conteur, narrateur de la disparition d’une industrie, celle des hauts-fourneaux, on sent que ce texte draine du vécu, de la souffrance, du drame.

Mais après ce départ tonitruant, avec cette chanson extraordinaire, l’album s’essouffle, avec « Fleur Pourpre » dont le tempo et le texte sont une sorte de remix de différents titres déjà enregistrés, c’est pas mal mais c’est du réchauffé.
« Saudade » est dans la même veine en moins réussi, Nanard est–il devenu écolo, car il fait du recyclage !

Et « L'Empire Du Milieu » continue dans ce style, histoire de ministres corrompus, de flingue, de dollar, enfin bref l’univers « gros dur au cœur tendre qui aime les putes » et la chanson se termine bizarrement par « Comme le disait si bien la grande Signoret/La nostalgie petit n'est plus ce qu'elle était », le genre philosophie à deux balles, on a du mal à penser que ce mec a écrit dans le même album « Les Doigts d’Or ».
Et on continue sur un rythme reggae avec « Délinquance » puis « Les tricheurs » qui en remet une couche sur les mecs en costard/cravate pétés de thune et modernes.
Ecoute Bernard, c’est bon là on a bien pigé le message, halte au feu !

« Octobre à New York » enfile aussi les clichés avec des chœurs qui veulent faire anglais, les mots semblent mis bout à bout par hasard ce qui ne fait pas une chanson. Ceux qui sont restés ont eu raison de zapper « La dernière femme » pour arriver sur « Solidaritude » un thème sur la mer et la musique que Nanard développera dans les albums suivants avec beaucoup plus de brio.
Et puis pour terminer sur un gros flop, une version de « Les Feuilles Mortes » en mode salsa. Coup de bol Prévert n’a pas entendu la version il a préféré mourir avant !

Trois bonnes chansons sur douze, on prend l’eau chez Nanard avec le siècle nouveau.
Heureusement « Les Mains d’Or » !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAYOU :


Bernard LAVILLIERS
Carnets De Bord (2004)
Enfin un grand disque !




Rod BARTHET
Les Filles A L'ecoute (2014)
Un talent à découvrir


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- Bernard Lavilliers (chant, guitare)
- Pascal Arroyo (basse)
- Georges Baux (claviers)
- Frédéric Jacquemin (batterie)
- Marco Papazian (guitare)
- Deena Miller (chœurs)


1. L'or Des Fous
2. Iracema
3. Les Mains D'or
4. Fleur Pourpre
5. Saudade
6. L'empire Du Milieu
7. Délinquance
8. Les Tricheurs
9. Octobre A New York
10. La Dernière Femme
11. Solidaritude
12. Les Feuilles Mortes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod