Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  DEMO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Guru Guru, Neu!
- Style + Membre : Faust Vs Dälek

FAUST - Faust V (1975)
Par WALTERSMOKE le 10 Mai 2015          Consultée 767 fois

FAUST est né en 1969, s'est dissous en 1975, puis s'est reformé en 1990. Ça, tous les krautrockers sont censés le savoir, pas de souci. Ce qu'ils doivent savoir aussi, c'est que le groupe a sorti 4 albums entre 1971 et 1973, dont 3 d'entre eux sont cultes (Faust, So Far et Faust IV). Bien, bien. Et donc, combien sont au courant de l'existence de Faust V ?

Là, tout de suite, il y a beaucoup moins de gens qui vont répondre. Et pour cause, Faust V fait partie de ces albums perdus, ceux qui n'ont jamais eu les honneurs d'une sortie studio en bonne et due forme. Pourquoi donc ? La raison est aussi simple que malheureuse : FAUST a enregistré des morceaux pas forcément finis, mais déjà bien avancés, à Virgin, qui l'a regardé avant de dire « Non ». L'album a été annulé, FAUST était fauché, donc couic le groupe, c'est aussi simple que ça. Et dans l'absolu, une telle décision est un peu triste – même si cela nous a peut-être épargné une décrépitude lamentable à la CAN, qui sait.

Donc, Faust V est un bootleg ? Oui et non. Oui si l'on considère le fait qu'il faut se le procurer sous le manteau pour avoir la chance de l'écouter, et non quand on constate qu'il est recensé au sein de la discographie officielle du groupe. En fait, pour être dans le vrai, Faust V serait plus à considérer comme une démo non éditée qu'un bootleg, un vrai.

Enfin, « serait »... non, C'EST une démo, ne serait-ce que par rapport au son. La qualité est vraiment digne d'une cassette audio sur laquelle on a gravé à l'arrache la musique, le mixage est assez malheureux et ne donne pas de relief aux morceaux. Il faut donc faire un effort auditif pour pouvoir bien capter ce qu'on entend, même s'il y a bien pire dans le milieu, certes. Et les morceaux en eux-même ? Autant ériger une vérité immédiate : si Faust V devait exactement ressembler à ça, on serait plus proche des Faust Tapes que de Faust IV. Ou bien du premier FAUST, le génie et la pertinence (dans l'impertinence) en moins. Au sein d'un seul morceau, des bribes de sons s'entrechoquent, au point qu'on a la sensation d'entendre plusieurs morceaux, comme un mouvement progressif, mais sur 4 minutes. Un bon exemple se situe en "Party 10", où Péron se tape un délire à base de trompette, avant que FAUST n'enchaine sur un passage électro minimaliste pour finir sur des accords de guitares aussi sombres que mal joués. "Klaviernacht" présente un piano qui n'est pas du tout dans le rythme, avant de passer la main à une transmission radio accompagnée de percussions en roue libre. Bref, c'est le bordel, et même pas joli ou intéressant.

En fin de compte, ce sont vers les deux morceaux les plus longs que semble se concentrer l'intérêt de Faust V. "Munich A and B", en plus de s'étendre sur 25 minutes, présente un FAUST bien krautrock, mais aussi industriel et lorgnant bien fort sur le motorik, alors marque de fabrique de l'école de Düsseldorf. Quant à "Knochetanz", il joue sur le même genre de répétition, mais de manière plus rapide, avec une trompette en lead, qui pourra cependant s'avérer peu agréable. Comble de chance, la première moitié de "Munich A and B" et "Knochetanz" se retrouveront dans une meilleure version au sein des compilations Munich and Elsewhere et 71 minutes of.

Faust V n'est pas un essentiel, une pépite oubliée de FAUST. Pire, ce serait une erreur de commencer l'aventure par cet album. La qualité sonore et surtout musicale ne rendent pas justice à la légende du groupe, et font de l'album le genre de disque réservé aux fans. Cependant, il reste une jolie pièce archéologique, à découvrir avec enthousiasme.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par WALTERSMOKE :


GURU GURU
Dance Of The Flames (1974)
Incandescence




NOVALIS
Brandung (1977)
Fini le prog (?)


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Werner 'zappi' Diermaier (batterie)
- Hans-joachim Irmler (orgue)
- Jean-hervé Péron (basse, trompette, chant, guitare)
- Rudolf Sosna (guitare, claviers)
- Gunter Wüsthoff (synthés, saxophone, chant)


1. Munich A And B
2. Klaviernacht
3. Baby Rock
4. Party 10
5. Bathing Dinosaur
6. Knochetanz



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod