Recherche avancée       Liste groupes



      
DRONE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Guru Guru, Neu!
- Style + Membre : Faust Vs Dälek

FAUST - Outside The Dream Syndicate (avec Tony Conrad) (1973)
Par WALTERSMOKE le 7 Mai 2015          Consultée 1266 fois

Quand FAUST s'est reformé en 1990, les productions n'ont cessé d'affluer, les disques de sortir, etc... rien qu'en solo. Quel groupe qui revient après deux décennies d'absence peut se targuer d'avoir sorti 4 albums studio et une demi-douzaine de lives à contenu inédit, le tout en gardant son identité et la volonté d'innovation ? Pas grand-monde. À ceci il faut ajouter les collaborations, qui, sans pour autant être légions, ne sont pas rares chez FAUST. Du rock (STEREOLAB) au noise (NURSE WITH WOUND) en passant par le rap (DÄLEK), Faust n'a pas chômé pour travailler avec autrui.

Cette manie n'est cependant pas typique de sa seconde vie. En effet, lors de son âge d'or, FAUST voyait déjà certains de ses membres fricoter avec d'autres musiciens. Ainsi, en 1972, la majeure partie du groupe figure sur les deux premiers albums du groupe anglais SLAPP HAPPY, qui leur prêtera alors leur guitariste pour un temps.

Et puis... et puis Diermaier, Péron et Sosna ont croisé la route de Tony Conrad. Ce nom est sans doute inconnu de bien des amateurs de musique, et pour cause : Conrad est un membre de la scène avant-gardiste étasunienne. Autant sortir un gros panneau de 4 mètres par 3 illuminé de néons rose flashy et sur lequel est écrit « ATTENTION NON-MUSIQUE EN APPROCHE ». Le pedigree de Tony Conrad en dit long à ce sujet : élève de LaMonte Young, ami de John CALE... à ce propos, la rumeur veut que ce dernier et Lou REED aient trouvé un livre appartenant à Conrad et s'appelant The Velvet Underground, alors qu'ils comptaient former un certain groupe. Ah, et Conrad est aussi un cinéaste expérimental, dont l'une des œuvres les plus connues, The Flicker, consiste en une suite épileptique de blancs et de noirs à l'écran. Ridicule, mais toujours mieux scénarisé qu'un Uwe Boll.

En 1973, Tony Conrad, assisté des 3/5 de Faust, sort donc Outside the Dream Syndicate, dont le titre est un clin d'œil au groupe dont est issu l'artiste étasunien. Sorti entre le foutraque The Faust Tapes et le cultissime Faust IV, l'album est considéré comme une référence du mouvement Drone, et un solide album. Mais que nenni ! Outside the Dream Syndicate n'est qu'un long et (presque) inutile pensum contemporain, qui ne sera pas tamponné du sceau de la qualité. Les deux longs mouvements proposés sur le disque font intervenir la batterie de Zappi Diermaier, qui frappe de manière régulière, monotone et très douce, tandis que Conrad bourdonne au violoncelle et que Péron et Sosna suivent la cadence. Alors oui, c'est normal d'être aussi minimaliste quand on joue du Drone, c'est même une évidence. Toutefois, plus encore qu'en Ambient, la frontière est franchement mince (de l'ordre du picomètre) entre le Drone sympa et le Drone chiant.

Et « suprise », Outside the Dream Syndicate est chiant. Si "From the Side of Mankind and Womankind" durait une demi-douzaine de minutes et s'inscrivait au sein d'un album (comme la fin de Faust So Far, par exemple), ça aurait pu le faire, du moins mieux qu'ici. Sauf que le morceau s'éternise... Les musiciens jouent bien, et ça ne fait pas vraiment mal aux oreilles, mais c'est assez lourd. Un peu comme s'il fallait écouter le refrain de "Hey Jude" pendant une heure, en somme.

Outside the Dream Syndicate aurait pu être réellement intéressant de bout en bout, avec une direction artistique autre que « bourrons la face de vinyle au max avec un morceau ! ». Ce n'est pas le cas, et il faudra donc devoir apprécier un album particulièrement ardu et ne délivrant ni plaisir ni contentement artistique.

Note réelle : 1,5/5

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par WALTERSMOKE :


David SYLVIAN
Gone To Earth (1986)
Sylvian au sommet




György LIGETI
Quatuor à Cordes N°1 (1954)
Maman, j'ai peur


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Tony Conrad (alto)
- Rudolf Sosna (guitare, claviers)
- Jean-hervé Péron (basse)
- Werner 'zappi' Diermaier (batterie)


1. From The Side Of Man And Womankind
2. From The Side Of Machine



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod