Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIéTé-POP PSYCHéDéLIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers
- Membre : Jean-jacques Goldman , Foreigner
 

 Johnny Hallyday - Le Site Officiel (537)

Johnny HALLYDAY - Rêve Et Amour (1968)
Par MARCO STIVELL le 14 Mai 2017          Consultée 410 fois

Pour l'album précédent, on parlait des ventes, mais il aura aussi fallu du temps à Johnny HALLYDAY pour atteindre un degré de qualité exceptionnel en termes de création, puisqu'on parle bien de cela en cette fin de décennie dorée où il n'est plus besoin de systématiquement reproduire ce que font les Anglo-Aaxons à l'identique, à partir de chansons existantes et copiées. En plus, les albums sont super, que demander de mieux ?

Rêve et Amour, paru fin octobre, a un titre très flower-power, encore bien ancré dans le rêve hippie, et une pochette qui, toute fausse modestie mise à part (on est une idole ou on ne l'est pas !), préfigure celles du rock progressif, alors qu'on nage encore en plein trip LSD et psychédélisme. Trois chansons seulement paraissent en singles/EPs, dont "Cours Plus Vite Charlie", reprise d'Eddie COCHRAN ("Cut Across Shorty") qui permet momentanément à Johnny de retrouver ses premières amours rock'n'roll sans fioritures. Un titre bien efficace, seule adaptation proposée !

Il est en fait situé à la base d'un projet d'album en anglais qui ne voit pas le jour. Rêve et Amour fait se succéder tous les paroliers fétiches de Johnny (Georges Aber, Jean-Jacques Debout, Ralph Bernet, Gilles Thibaut, Long Chris) et les compositeurs/musiciens Tommy Brown, Mick Jones, Eric Charden... Johnny qui ne prête ses notes qu'à un seul morceau cette fois-ci ("J'ai Peur, Je T'aime").

Parmi les morceaux sortis en avant-première (le même jour que l'album Jeune Homme, curieusement), il y a d'ailleurs "Entre Mes Mains", la première grande collaboration de Jean Renard, compositeur de Sylvie VARTAN, avec le parolier Gilles Thibaut, avant le succès phénoménal de "Que Je T'aime" un an plus tard. Les notes de piano, les cordes graves, l'intensité et la fragilité de cette chanson introduisent avec grâce un album qui mise beaucoup sur cette ambiance, couplée au talent d'interprète de Johnny, tout en évitant l'écueil de la variété sucrée.

Rêve et Amour est un album plus difficile d'accès que les précédents en raison de ses arrangements lourds de cordes et de cuivres qui n'ont rien à voir avec les tempos soul/Motown des années 64-67, même si on retrouve cet esprit sur "Attention". La majorité des chansons est lente, en dehors de "Cours Plus Vite Charlie" et de l'excellent "Quand on Sifflait", où Jones et les autres retrouvent avec bonheur leurs racines blues-rock, saupoudré de sons étranges toutefois. Nous sommes en 68, la créativité est un maître mot et parmi les chefs-d'orchestre, il y a Jean-Claude Vannier, CQFD.

C'est pour cela qu'on ne peut parler d'un album de ballades en bonne et due forme, le genre à éloigner les rockeurs. Il y a la richesse des arrangements, le psychédélisme dans les déformations de violons ou de voix, la production nébuleuse de Papa Lee Hallyday, les frottements et dissonances, les grelots et le sitar... Rêve et Amour est en cela un très beau travail dans lequel il faut se perdre, si l'on parvient à y rentrer. On ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec les futurs Vie (1970) et surtout Hamlet (1976) pour le lyrisme parfois baroque et la pochette aussi.

Les morceaux-phares, outre ceux déjà mentionnés, sont "Fumée" et "J'ai Peur, Je T'aime", parmi les plus belles prestations de Johnny vocalement parlant sur ce disque. Eric Charden compose le lancinant "Non, Ne Me Dis Pas Adieu" où Johnny donne là aussi plus qu'un avant-goût de "Que Je T'aime". En face, on trouve le swing de "En Rêve" et "Je Pars Demain", tous deux superbes, débordants de cuivres, de clavecins, de glockenspiels et des cordes échevelées (effet "A Day in the Life" des BEATLES fois 100 par minute). Si l'on rajoute "Fumée" et "Quand on Sifflait", cela fait une excellente sélection du trio Jones/Brown/Bernet.

Enregistré à Londres comme le précédent (Olympic Studios), c'est son deuxième album numéro 1 des ventes, mais on n'en parle jamais. Peut-être l'aspect sentimental plait-il moins aux rockeurs. C'est sans compter sur la bombe à retardement artistique qui explose un an plus tard !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
C'est La Vie (1977)
"J'ai oublié de viiiiiiiivre..."




EMJI
Folies Douces (2016)
Caractère de feu, comme les cheveux


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Johnny Hallyday (chant)
- Tommy Brown (batterie)
- Mick Jones (guitares)
- Raymond Donnez (claviers)
- Gérard 'papillon' Fournier (basse)
- + Différents Orchestres


1. Entre Mes Mains
2. Cours Plus Vite Charlie
3. Non, Ne Me Dis Pas Adieu
4. En Rêve
5. Attention
6. Je Pars Demain
7. Fumée
8. Je Suis L'amour
9. J'ai Peur, Je T'aime
10. Sans Une Larme
11. Dans Ma Vie
12. Quand On Sifflait



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod