Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



YELLO - Claro Que Si (1981)
Par WALTERSMOKE le 3 Juin 2015          Consultée 1246 fois

Une voix de crooner plein aux as sur une musique futuriste et innovante : voilà ce que n'est pas tout à fait YELLO en 1981. Le groupe, alors encore trio, a certes connu un départ en fanfare avec Solid Pleasure, mais n'a pas encore trouvé la formule idéale qui fera son succès et permettra son entrée au panthéon de la new-wave. Cependant, il y arrive sûrement et pas lentement, en témoigne Claro que si, sorti en 1981.

Si l'on se limite aux six premiers YELLO, force est de constater qu'on se trouve ici en face du disque le plus sombre du groupe suisse – c'est relatif. Claro que si est également en premier lieu remarquable pour son unité globale, là où Solid Pleasure s'éparpillait quelque peu. Les morceaux sont moins nombreux, et donc plus longs dans l'ensemble. C'est déjà un bon point, surtout quand on voit les pistes lancées et cependant pas forcément totalement explorées auparavant.

Ensuite, Claro que si est-il tout bonnement réussi ? Oui, mais de là à parler d'album très bon, il y a des doutes qui se posent. L'album est plus rude, moins enclin à montrer un côté catchy, et clairement plus sombre. En un mot, Claro que si est plus exigeant. Et pourtant, l'album commence de manière intense avec "Daily Disco". Rythme rapide, lignes de synthés finement ciselées, voix extravagantes... bienvenue chez YELLO. La folie du trio se retrouve tout au long de l'album, notamment sur "The Lorry" et ses "ouuuuuuuuuuh oh ouuh oh" en refrain, et "The Evening's Youth", qu'on peut raisonnablement qualifier d'électro dance (oui, en 1981). Citons également le mélange des genres comme "Pinball Cha Cha" (le titre est suffisamment explicite) et la guitare reggae sur "Ballet Mécanique".

Ceci étant dit, YELLO se permet aussi de réaliser des morceaux plus facilement oubliables, ou du moins qui ne s'ancrent pas aussi bien que d'autres. "Cuad el Habib" est intéressant, mais pas extraordinaire. Quant à "Homer Hossa", il joue la carte de la plage ambient, ce qui est difficilement compréhensible dans un disque qui se veut ordonné, et surtout n'apporte pas grand-chose. Et puis comme dit plus haut, il manque de caractère attractif qui donne envie de revenir sur Claro que si de manière spontanée.

Qu'on se le dise toutefois : Claro que Si n'a aucun vrai point faible majeur. Pas de morceau franchement horrible, ni de production faiblarde (au contraire !). C'est juste qu'il n'est pas aussi sensationnel que son prédécesseur ni ses successeurs, qui eux seront clairement bourrés de tubes et de morceaux terriblement grandioses. Mais pour ce qu'il propose, on a de quoi passer un très bon moment.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


SOFT CELL
Non-stop Erotic Cabaret (1981)
Plutôt hard que soft




CHVRCHES
Every Open Eye (2015)
Statut du talent : confirmé


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Boris Blank (claviers, choeurs)
- Dieter Meier (chant)
- Carlos Péron (cassettes)
- +
- Beat Ash (batterie)
- Chico Hablas (guitare)
- Zine El Abedine (chant sur 7)


1. Daily Disco
2. No More Roger
3. Take It All
4. The Evening's Youth
5. She's Got A Gun
6. Ballet Mécanique
7. Ouad El Habib
8. The Lorry
9. Homer Hossa
10. Pinball Cha Cha



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod