Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



YELLO - Flag (1988)
Par WALTERSMOKE le 19 Décembre 2015          Consultée 1453 fois

Sur les six albums studio publiés par Yello au cours des années 80, les quatre premiers sont pour le moins essentiels. En effet, de Solid Pleasure (1980) à Stella (1985), le groupe suisse n'a eu de cesse de s'approprier avec panache et humour déjanté la new-wave et la musique électronique, en profitant au passage pour révolutionner les genres, influençant notamment l'EDM et la techno, au même titre que les contemporains de Telex et Art of Noise – comme quoi, il n'y a pas que Kraftwerk dans la vie. Cependant, à partir de One Second (1987), Yello commence à se répéter, et au mieux à améliorer sa formule.

Le constat s'affirme par ailleurs sur Flag. Sorti en 1988, et nanti d'une pochette toujours aussi kitsch et ridiculement drôle, il s'agit carrément du premier Yello décevant. Dieter Meier et Boris Blank se seraient-ils viandés pour offrir un disque raté ? Pas vraiment non, mais disons que Flag est le premier album qui n'est pas du tout prioritaire dans leur discographie commune. Cela tient en particulier à "Tied Up". En effet, ce morceau présent en ouverture présente déjà un sacré problème à lui tout seul. Pour commencer, la volonté de Yello d'y aller à fond dans la pop ensoleillée et cuivrée n'est pas une mauvaise chose, mais si les idées et les compositions sont bien présentes, elles sont ici insuffisantes pour éviter l'ennui, surtout sur un morceau de 6 minutes. Mais le pire, c'est qu'il est présent en plusieurs exemplaires, trois pour être précis. Si la présence du premier, qui ouvre l'album, n'est pas totalement inutile, "Tied Up in Red" et "Tied Up in Gear" encombrent Flag en faisant doublon. Le premier n'est qu'une version légèrement remixée de "Tied Up" (et rallongée, comme si ça ne suffisait pas), et le second un remix bien court et rock'n'roll, et qui certes ne termine pas l'album sur une mauvaise note. Mais leur présence sur un album entier n'était pas nécessaire. En face B d'une version single, oui, mais là, c'est encombrant.

Cela grève déjà la note de Flag, dont le reste de son contenu devrait être clairement meilleur. Un bon argument reste néanmoins "The Race". Avec "Oh Yeah", voilà un morceau cultissime de Yello. Tiré du même moule que "Tied Up", "The Race" a acquis sa notoriété par son usage dans de nombreux spots publicitaires et autres films, et en tant que morceau à part entière, son caractère attractif est incontestable. Ensuite, il faut aimer le caractère répétitif toujours aussi présent... pour info, la version CD/LP dure 8 minutes, tandis qu'une version 12'' durant 13 minutes était disponible à l'époque, pour les fans, les vrais. Une troisième version single annihile la longueur du haut de ses 3 petites minutes, mais tout le sel du morceau passe à la trappe.

"Tied Up" et "The Race", on le comprend assez vite, vampirisent toute l'attention de Flag. Ce serait bien dommage en effet de passer à côté de "Of Course I'm Lying", une chanson crépusculaire et toujours aussi sensuelle, avec un Dieter Meier bien smooth comme on l'aime. Clairement, cette chanson est la meilleure de l'album. "Alhambra" annonce la couleur dès son titre, cet instrumental aux influences arabes n'est pas déplaisant, surtout après un "The Race" bourratif; dommage qu'il soit assez court. En revanche, "Blazing Saddles" est juste écoutable sans plus, et possède clairement des allures de chute de studio de l'époque One Second.

Qu'on se le dise, le 2/5 infligé à Flag n'est pas une note de dépit ou de médiocrité. La trop grande redondance des "Tied Up" gâche l'expérience, et ce de manière trop grave pour être relativisée. De plus, le reste n'est pas aussi flamboyant, aussi jouissif qu'espéré, ce qui de toute façon plafonnait le tout à 3 voire 3,5. C'est donc de manière peu glorieuse que Yello quitte les années 80, avec tout de même la satisfaction d'avoir marqué son temps.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


YELLO
You Gotta Say Yes To Another Excess (1983)
Pornstache et cock-tails




BUGGLES
The Age Of Plastic (1980)
Bienvenue dans les années 80


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Dieter Meier (chant)
- Boris Blank (claviers, chant sur 4)
- +
- Beat Ash (batterie sur 1,2,5,8 et 9)
- Chico Hablas (guitare sur 7 et 9)
- Billy Mackenzie (choeurs sur 2 et 7)
- Leos Gerteis (clarinette sur 7)


1. Tied Up
2. Of Course I'm Lying
3. 3rd Of June
4. Blazing Saddles
5. The Race
6. Alhambra
7. Otto Di Catania
8. Tied Up In Red
9. Tied Up In Gear



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod