Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



YELLO - Yello By Yello (2010)
Par WALTERSMOKE le 26 Août 2017          Consultée 780 fois

Compiler Yello, en admettant de base que ça peut avoir un intérêt certain, ce n'est pas facile. Et encore moins après plus de 30 ans de carrière. Il faut dire que le groupe suisse n'a pas manqué de sortir des albums au moins remarquables, et surtout de pondre des singles pas mauvais et parfois même bien représentatifs des albums respectifs dont ils sont tirés. Oui, même un album comme Pocket Universe (1997) est concerné. Dès lors, comment faire ?

Et bien, on met le paquet pour concevoir en 2010 Yello by Yello. Cette compilation a le mérite d'être sacrément bien fournie. En effet, elle contient un premier disque, traversant la carrière de Yello depuis ses débuts, accompagné des deux autres formant The Anthology, présentée comme étant un rassemblement des chansons de Yello préférées de Dieter Meier et Boris Blank. Admettons, même si je suis sceptique quant à la présence de la moitié de The Eye (2003) sur le premier CD de ladite anthologie. Ensuite, chacun ses goûts, comme on dit. En ce qui concerne le premier CD (Yello by Yello, donc), c'est là qu'on trouve vraiment de quoi être déçu. À cause de la version live de "She's got a Gun" ? Certainement pas; au contraire, on peut s'en réjouir tant elle apporte de la variété. Non, c'est à cause de "Vicious Games" qui ouvre le disque. Ou plutôt, de sa réinterprétation de 2010. La voix chaude et sensuelle de Rush Winters y est en effet remplacée par celle de Heidi Happy. Autant dire qu'on y perd beaucoup au change.

Mais le principal intérêt de Yello by Yello, que ce soit sa version simple ou celle augmentée de The Anthology, c'est le DVD fourni avec. Un DVD qui contient tout simplement les vidéoclips de YELLO depuis 1981. Une mine d'or, certes déjà ouverte par le passé, mais uniquement en VHS. Et là, déboule un joli petit défilé de véritables courts-métrages à l'esthétique tantôt loufoque, tantôt précieuse. Enfin, quand on regarde les clips, tous réalisés par Dieter Meier, le mot qui vient à l'esprit en voyant "The Evening's Young" ou "Bostitch", c'est « épileptique ». Et vas-y que je bourre les zooms, que j'enchaine les ombres chinoises dans des réalisations sentant bon le Do It Yourself. Ça se regarde avec une curiosité bienvenue, mais à part voir la tête de Carlos Perón à deux reprises, le jeu n'en vaut totalement pas la chandelle, même si le caractère cinématographique de YELLO transparaît dès le début. Et puis, pour commencer à vraiment admirer le groupe dans sa splendeur, il suffit de voir les clips tirés de You Gotta Say Yes to another Excess (1983). D'un côté la face humoristique de Yello avec "I Love You", sans paraître ridicule, et de l'autre la mélancolie ultime du dandy avec "Lost Again", dans une histoire urbaine poignante. Et c'est ainsi tout au long des clips, du moins jusqu'en 1992, et qui deviennent de plus en plus travaillés tout en gardant la patte Yello d'origine. Personnellement, ma préférence va à celui de "Vicious Games", magnétique et poignant et racontant quelque chose d'intense malgré l'austérité industrielle des décors. Si Meier se reconvertissait pleinement dans le cinéma, il ferait un réalisateur de génie.

Ensuite... Faire un clip spécifique pour un remix (au passage) réussi de "Jungle Bill" est une bonne idée. Alors, pourquoi ne pas avoir fait la même chose pour le remix de "Do It", plutôt qu'un bancal bricolage du clip de la version d'origine ? Par la suite, les clips de YELLO deviennent moins intéressants, bien qu'originaux. On se pique de voir des plongeurs marcher sur des buildings sur un remix (encore un) de "To the Sea", on voit que Meier garde la pêche sur "Planet Dada", mais on ne peut décemment classer ces clips comme cultes.

En dehors de la qualité intrinsèque des clips, force est de constater que Yello by Yello est une compile vidéo des plus recommandables qui remet au goût du jour les œuvres de musiciens ayant pleinement compris le support vidéo. Il est juste dommage de ne pas avoir ici le clip de "Of course I'm Lying", allez savoir pourquoi. Par contre, le CD, on peut s'en passer.

Note pour le CD : 2/5
Note pour le DVD : 4/5

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


YELLOW MAGIC ORCHESTRA
Naughty Boys (1983)
Cherchez pas, le meilleur album de J-pop c'est lui




YELLOW MAGIC ORCHESTRA
After Service (1984)
Un live d'exception et d'adieu


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


- cd
1. Vicious Games 2010
2. Tremendous Pain
3. The Race
4. To The Sea (2010)
5. Planet Dada
6. Oh Yeah
7. The Expert
8. Bimbo
9. Bostich (reflected
10. How How
11. She's Got A Gun (live 1985)
12. Part Love
13. Drive/driven
14. Rubberbandman
15. Goldrush
16. Lost Again
17. Who's Gone
18. Squeeze Please
19. Of Course I'm Lying
20. Desire
21. The Rhythm Divine

1. :dvd
2. The Evening's Young (1981)
3. Pinball Cha Cha (1982)
4. I Love You (1983)
5. Lost Again (1983)
6. Bostich (1984)
7. Vicious Games (1985)
8. Desire (1985)
9. Goldrush (1986)
10. Oh Yeah (1987)
11. Call It Love (1987)
12. The Rhythm Divine (1987)
13. The Race (1988)
14. Tied Up (1988)
15. Who's Gone (1991)
16. Jungle Bill (remix, 1992)
17. Do It (remix, 1994)
18. To The Sea (remix, 1997)
19. On Track (1997)
20. Planet Dada (2003)
21. The Expert (2009)
22. Tiger Dust (2009)
23. Tangier Blue (2009)
24. Bostich (reflected) (2009)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod