Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE/ELECTRO POP  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 



YELLO - Live In Berlin (2017)
Par WALTERSMOKE le 13 Décembre 2017          Consultée 171 fois

L'annonce des premiers vrais concerts de YELLO en 2016 en a saisi plus d'un tant l'événement est historique. L'un des plus grands groupes de musique suisses, un géant de la musique électronique moderne, qui va se retrouver sur scène pour défendre sa musique ? Voilà qui paraît intéressant, même si Boris Blank, orfèvre du duo, est le premier sceptique au départ. Et donc, fin octobre, YELLO donne quatre concerts au Kraftwerk, à Berlin. Et du premier d'entre eux a été tiré le premier album live (si l'on oublie Live at the Roxy bien sûr), sorti en 2017. Un double CD, également accompagné, je vous le donne en mille, d'un DVD/Blu-Ray.

Oui, Dieter Meier et Boris Blank ont été on ne peut plus aimables de partager le visuel de leur première vraie rencontre avec le public. Et autant dire que les attentes étaient élevées. Après tout, quiconque connait YELLO sait qu'on parle là d'un duo qui n'a jamais négligé l'aspect visuel de sa musique. Originaux, loufoques, ils réussissent à saisir l'essence même du groupe et en même temps à s'imposer comme des court-métrages à la fois kitsch/DIY et travaillés – et au passage, relèvent le niveau cataclysmique des clips des années 80s, point sur lequel défenseurs et détracteurs de la décennie peuvent s'accorder. Manque de pot, le live à Berlin filmé ici, et co-réalisé par Meier et Blank eux-mêmes, est un live... classique. Pas de mise en scène folle ni de montage incroyable en post-production. Juste des musiciens réunis sur scène devant des spectateurs assez nombreux. On va dire qu'on s'en contentera, hein ? Surtout si la musique est bonne ?

Live in Berlin, le film, respire le professionnalisme de A à Z. Pas un pet de travers, tout le monde a travaillé pour offrir un concert irréprochable. Côté réalisation, on appréciera aussi une réalisation aux plans certes pas foufous, mais qui se retiennent de partir en vrille dès que le tempo grimpe (on appelle ça la « shaky cam », une horreur). Ainsi, c'est dans de bonnes conditions qu'on peut voir Dieter Meier et ses invitées chanter, Boris Blank pianoter derrière ses claviers et les musiciens jouer.

Autant commencer par le positif : Dieter Meier. Ok, il ne bouge pas des masses sur scène, et dans un autre contexte et sur une autre musique, on se serait gaussé du tonton déluré mais risible. Sauf qu'on parle de Meier, un idéal masculin à lui tout seul (un vieux millionnaire en pleine forme et au charisme infini... un Suisse, quoi). Et à 71 ans passés, le bougre chante avec toujours autant d'énergie et de magnétisme vocal, au point que ça en devient impressionnant ! Côté musiciens, tout le monde semble également être heureux de jouer, ce qui est toujours positif. Tout le monde, y compris le percussionniste Roland Peil, qui a carrément tendance à en faire des caisses, du moins à chaque fois qu'on le voit. Et un morceau comme "The Yellofier Song", où Boris Blank fait joujou sur son Iphone avec l'application qu'il a développée, montre la complicité entre lui et Meier, une amitié forte et vieille de bientôt 40 ans. On pourra également apprécier l'insertion d'extraits de vieux clips en guise de visuel sur le grand écran derrière la scène.

Et puis... il y a le reste. Je ne reviendrai pas totalement sur la setlist dans la chronique du CD, mais il faut hélas noter que la réalisation bien classique renforce l'ennui sur certains morceaux ("Cold Flame", "Lost in Motion", "Tool of Love"). Quant au groupe... il joue bien, la musique est léchée et professionnelle jusqu'au bout, mais il est bien trop sage. On ne demandait pas une prestation complètement punk et destroy, mais quand même, il manque un brin de folie, une énergie délurée. Pour ça, il faut en fait attendre la toute fin du concert, avec "The Race". C'est peut-être justement parce qu'il s'agit du final que les cuivres s'éparpillent et que les autres musiciens s'en donnent à cœur joie ?

Concernant le DVD en lui-même, il constitue une bonne raison d'être sévère. Car YELLO, en 2017, propose un disque qui... ne contient que le live à Berlin. C'est tout. Rien. Nada. La peau patate. On aurait pu avoir une version multi-angles de "The Yellofier Song", un making-of du concert qui aurait été pertinent vu l'importance historique du concert, ou bien la version vidéo du live au Roxy... Mais non. Rien. Et les DVD riches et complets à ce niveau, ce n'est pas ce qui manque depuis... une quinzaine d'années. Sans blague. Pour info, le Blu-Ray se négocie sur Amazon à une vingtaine d'euros.

Décevant donc, ce Live à Berlin ? Aussi bien sur la forme que dans le fond. C'est d'autant plus décevant de la part d'un groupe comme YELLO qui a pourtant montré à quel point il maîtrise les différents médias tout au long de sa riche carrière. Allez, vu que Meier et Blank ont apparemment pris goût à l'exercice du live, on rattrape ça pour la prochaine fois ?

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


CHVRCHES
The Bones Of What You Believe (2013)
Parier sur Chvrches ? Une bonne idée !

(+ 1 kro-express)



SOFT CELL
Non-stop Erotic Cabaret (1981)
Plutôt hard que soft


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Dieter Meier (chant)
- Boris Blank (synthés, choeurs, chant sur 17)
- +
- Malia (chant sur 6, 7 et 14)
- Fifi Rong (chant sur 10 et 11)
- Jeremy Baer (guitare)
- Beat Ash (batterie)
- Roland Peil (percussion)
- Louise Schumacher (choeurs)
- Rebecca Schwietzke (choeurs)
- Vivien Cutino Azahares (choeurs)
- Noah Fischer (saxophone baryton)
- Fabia Mantwill (saxophone ténor)
- Semjon Barlas (trompette, bugle)
- Jotham Bleiberg (trompette, bugle)
- Ulrich Röser (trombone)


1. Magma
2. Do It
3. The Evening's Youth
4. Limbo
5. Bostitch
6. Electrified Ii
7. Cold Flame
8. 30'000 Days
9. The Time Tunnel
10. Kiss The Cloud
11. Lost In Motion
12. Tied Up
13. Liquid Lies
14. Starlight Scene
15. Too Of Love
16. Oh Yeah
17. Blue Biscuit
18. Si Señor The Hairy Grill
19. The Yellofier Song
20. The Race



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod