Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Very 'eavy Very 'umbl...
1971 Salisbury
  Look At Yourself
1972 The Magician's Birthd...
  Demons And Wizards
1973 Live
  Sweet Freedom
1974 Wonderworld
  Live At Shepperton '74
1975 Return To Fantasy
1976 High And Mighty
1977 Innocent Victim
  Firefly
1978 Fallen Angel
1980 Conquest
1982 Abominog
1983 Head First
1985 Equator
1988 Moscow And Beyond
1989 Raging Silence
1991 Different World
1995 Sea Of Light
1996 Spellbinder
1998 Sonic Origami
2001 Electrically Driven
  Acoustically Driven
  Remasters
2002 Between Two Worlds
2003 Live In The Usa
2008 Wake The Sleeper
2014 Outsider
2018 Living The Dream
 

- Style : Magnum, Deep Purple, Ghost
- Membre : Manfred Mann's Earth Band, The Firm , Uk, David Bowie , Black Sabbath, Blackfoot, Ozzy Osbourne , King Crimson, Asia, Ac/dc
 

 Site Officiel (363)

URIAH HEEP - Fallen Angel (1978)
Par LONG JOHN SILVER le 29 Décembre 2016          Consultée 1097 fois

Le Heep, après huit ans d’activité, n’est jamais parvenu à crever le plafond de verre pour passer à la très grande reconnaissance internationale. Cela en dépit des millions de LP’s vendus depuis ses débuts. Le dernier de ces millions a été écoulé en Allemagne, via l’album Innocent Victim en 1977, la notoriété de John Lawton là-bas n’étant pas étrangère à ce succès bienvenu, rappelons qu’il officiait dans LUCIFER’s FRIEND – un groupe teuton - au début des 70’s. Le mec ne démérite pas, on aurait pu l’imaginer chanter avec RAINBOW, un groupe qui est en passe d’orienter son style sur le hard fm, à peu près au moment où sort Fallen Angel, troisième et dernier opus enregistré par le Heep avec Lawton comme frontman. À cette période de l’histoire les autres formations estampillées hard rock s’attellent soit à polir leur son, notamment grâce à (ou à cause de) l’apport des synthés, soit à le durcir en direction du Metal, boostées qu’elles sont par une vague punk qui ne demande qu’à bouffer du hardos chevelu devenu trop ostensiblement suffisant.

En place de quoi, URIAH HEEP continue de creuser presque le même sillon, y ayant semé quelques éléments glam-rock depuis l’arrivée de John Lawton et de Trevor Bolder. Que nous apprend de nouveau sur le Heep un (bon au demeurant) titre comme « I’m Alive », pourtant signé par (l’encore nouveau chanteur et presqu’ex) John Lawton ? Rien du tout, tous ses ingrédients – y compris de production – sont déjà contenus et synthétisés dans l’album Magician’s Birthday, publié en 1972. Cela ne serait pas trop gênant si le groupe pratiquait un rock licencieux à la AC/DC, mais voilà, le Heep s’attelle principalement à produire du rock mélodique souvent sous influence prog. Si le Heep cherche tout de même à éclaircir son son, il le fait sous haute dose de pop mainstream classique, usant de chœurs glam haut perchés à la SWEET qu’on entend sur presque tous les morceaux. Cela passe plutôt bien sur « One More Night » ou « Put Your Lovin’ On me » mais cela n’empêche pas la ballade « Come Back To Me » de frôler les limites de l’exercice.

Et puis l’inspiration n’y est plus trop non plus. La plupart des chansons s’oublient facilement, le disque passe très bien en musique de fond, ses sonorités sont agréables mais on ne peut que constater l’érosion qualitative subie depuis Wonderworld, la fin de Gary Thain, ce dernier élément étant concomitant à la perte de terrain du groupe sur pas mal de domaines. Qui pour ressortir des cartons des morceaux tels que « Save It » ou « Whad ’Ya Say » ? Finalement, les moments les plus pop/folk s’en sortent presque le mieux : « Love Or Nothing » n’est pas géniale mais semble déjà plus aboutie, sise derrière les deux titres précités. « Woman Of The Night » ouvre le disque de la même façon que « Keep On Ridin’ » sur le précédent disque, le morceau est bien fichu et ornementé mais voilà : cela semble beaucoup trop téléphoné. « Put Your Lovin’ On Me », l’autre compo de Lawton, démarre comme du big rock puis évolue sur des chœurs pop tout en conservant sa lourdeur. Cela demeure daté mais ça détient néanmoins le mérite de sortir un poil des sentiers, tout en portant fière allure.

Reste que le Heep est encore capable de mieux nous émouvoir : « Falling In Love », placée en deuxième position, renoue avec les plaisirs irrésistibles (et à l’époque, tout de même coupables) que nous ont procurés les plus grands moments du groupe. La chanson est jouée up-tempo, ce qui convient très bien au Heep depuis les succès de « Look At Yourself » et « Easy Livin’ ». Elle ne tardera pas à rayonner au milieu des grands classiques sur scène, durant la tournée. Et puis, le groupe a aussi soigné sa sortie en gravant « Fallen Angel », le morceau qui donne son titre à l’album, instant dramatique porté par une guitare folk. C’est le titre le moins court d’un album qui voit le Heep se resserrer sur des carrures simples. Le fait que cette chanson possède plusieurs tiroirs lui permet aussi de sonner plus juste que la plupart des autres plages.

Encore une fois, c’est Ken Hensley qui domine à la composition, même si ici ses petits camarades sont parvenus à grappiller quelques crédits de plus. Il signe tout de même – seul - les deux meilleurs passages d’un disque dont la pochette représente une combattante sexy à forte poitrine ayant terrassé un monstre infernal. L’univers de la fantasy redevient prégnant sur le visuel tandis que la musique stagne dans un style rendu obsolète par son contexte. Heureusement qu’il reste la scène où le groupe continue d’impressionner. Car le Heep période Lawton déménageait autrement sur les planches. Mais il faudra patienter quelques années avant la publication de Live In Europe 1979, pris - principalement en Allemagne où le groupe continue à marcher sur l’eau - durant la tournée suivant la publication de Fallen Angel.

A lire aussi en GLAM-ROCK :


David BOWIE
The Rise And Fall Of Ziggy Stardust & The Spiders From Mars (1972)
Un mythe absolu et intemporel

(+ 3 kros-express)



Lou REED
Transformer (1972)
Un disque majeur du rock


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- John Lawton (chant)
- Ken Hensley (claviers, guitare, choeurs)
- Mick Box (guitare)
- Trevor Bolder (basse)
- Lee Kerslake (batterie, choeurs)
- +
- Chris Mercer (sax tenor sur 7)


1. Woman Of The Night
2. Falling In Love
3. One More Night
4. Put Your Lovin' On Me
5. Come Back To Me
6. Whad 'ya Say'
7. Save It
8. Love Or Nothing
9. I'm Alive
10. Fallen Angel



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod