Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ-ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Guru Guru

KRAAN - Tournee (1980)
Par WALTERSMOKE le 15 Février 2017          Consultée 163 fois

Visiblement, KRAAN est adepte des lives-bilans. Vous savez, le genre d'album live publié à la fin d'une ère. C'est d'ailleurs sans doute le genre de live le plus intéressant, dépassant son statut de simple exécution publique de morceaux issus des albums studio. C'est ainsi que cinq ans après un premier live d'anthologie, le groupe se plie de nouveau à l'exercice avec Tournee (et non Tournée), sorti en 1980.

Quand Kraan Live (1975) célébrait le krautrock bien jouissif de KRAAN, Tournee, pour sa part, est tout logiquement tourné (hahaha) vers le jazz-rock festif bien que paresseux par moments. Cependant, KRAAN est une vraie bête de scène, et l'on s'imagine bien le quatuor donner encore une fois le meilleur de lui-même sur scène. Et c'est le cas, puisque le KRAAN de la fin des années 70 est encore adepte des inédits et des improvisations, sans compter les morceaux déjà connus ici réinterprétés avec brio et génie.

Tournee ne part pas vraiment gagnant, ceci étant. Ou plutôt si, mais tout en incitant l'auditeur à se dire "C'est tout ?". En effet, l'album, bien que live, est simple, ce qui n'est pas forcément bon signe à l'époque du vinyle. Ensuite, concernant la tracklist en détail, Tournee est complètement polarisé : la face A enchaîne les inédits, alors que la face B propose une suite de morceaux extraits de Wiederhören (1977). Quoique parler d'enchaînement n'est pas totalement pertinent puisqu'on se retrouve avec trois morceaux par face, pour 42 minutes de musique. Ce n'est pas un défaut en soi, mais au vu de la discographie et du potentiel de KRAAN, on pouvait être en droit d'avoir plus.

Après, la musique qui est ici présente n'a pas à rougir. Les morceaux de la face B subissent ainsi une relecture qui confère par exemple bien plus de mordant à "Vollgas Ahoi" (déjà bien rock'n'roll de base) et "Yaqui Yagua". Ces deux-là constituent d'ailleurs un bon plat de résistance, tant ils sont pêchus et pleins d'énergie. La batterie sur le calme "Silky Way" offre à ce dernier une bien meilleure qualité, le rendant encore plus appréciable, notamment en fin d'album. En termes de bonne musique, KRAAN montre toujours qu'on peut compter sur lui pour en offrir.

L'intérêt n'est cependant pas si énorme pour ces interprétations-là. KRAAN les joue bien et on prend plaisir à les écouter, mais ce n'est pas la folie comme sur le premier live. Ce qui attire le plus l'attention, toutefois, ce sont les inédits. Trois grosses pièces de choix, typiques de ce qu'on attendait de KRAAN. "Borgward" ne perd d'ailleurs pas de temps pour démarrer et saisit l'auditeur au cou pour 8 minutes de musique débridée et furieuse, remplie de soli à tout va. Notons en particulier Ingo Bischof qui alterne les synthés et le piano pour un déversement de talent redoutable. Mais jouer ainsi donne un résultat à double tranchant et les improvisations sont parfois un terrain fertile à la démonstration purement technique, sans feeling ou exposition émotionnelle – pour faire court, on appelle cela de la branlette. Et ce sentiment d'y faire face n'est pas loin, sur "Borgward". Pour qui n'y goûterait pas, "Almraush" permet de varier les plaisirs pendant 6 minutes (avec un Wolbrandt très en forme), et "Peterchens Reise" fait preuve d'un calme olympien aux sonorités kitsch, mais qui restent très crédibles – dommage que le morceau s'étire autant en longueur.

Ces trois pistes inédites, dans l'absolu, ne sont pas mauvaises. Ceci étant, rassemblées en bloc sur une seule face, ce n'est pas très pertinent. Et c'est là qu'on voit la mauvaise idée d'avoir fait de Tournee un album simple, ne devenant alors qu'une sorte de compile bancale qui ne restitue ni la puissance ni la richesse des morceaux proposés ici, pourtant tous bons lorsqu'on les prend individuellement. KRAAN aurait pu, à défaut de réitérer l'exploit de 1975, offrir un live au mieux très bon, certes, mais plus conséquent en termes de contenu et donc de fluidité d'écoute. Mais tant pis.

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


ASH RA TEMPEL
Join Inn (1973)
Ash ra tempel se remet aux grands albums. génial !




PULP
Little Girl (with Blue Eyes) And Other Pieces... (1985)
Pulp la girouette


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Peter Wolbrandt (guitare, chant)
- Hellmut Hattler (basse)
- Ingo Bischof (claviers)
- Udo Dahmen (batterie)


1. Borgward
2. Almrausch
3. Peterchens Reise
4. Vollgas Ahoi
5. Yaqui Yagua
6. Silky Way



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod